• Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.
  • Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.
  • Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.
  • Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.
  • Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.
  • Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.

Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.

Préambule.

Cet article est le premier d’une série plus complète sur les Energies en Bretagne. Désireux de discuter des choses dans l’ordre, j’ai donc pris le parti de débuter par un Panorama objectif et sourcé sur la consommation énergétique en Bretagne : Combien d’énergies primaires et finales consommons-nous ?  Quels secteurs sont les plus demandeurs ? Quelles types d’énergies (gaz, charbon, pétrole, EnR, …) ?

Dans un second temps, ces données du secteur énergétique breton établies et clarifiées, nous réfléchirons ensemble sur l’avenir des énergies en Bretagne : Les évolutions des consommations futures, le mix énergétique à choisir pour une Bretagne pérenne, forte industriellement et propre écologiquement, etc.

La consommation d’énergie en Bretagne.

Lorsque l’on parle d’énergies, il faut tout d’abord distinguer « Energie Primaire« , « Energie Secondaire » et « Energie Finale« . L’Energie Primaire est l’énergie disponible en état dans la nature et ce avant toute transformation. Si elle n’est pas utilisable directement, ce qui est généralement le cas (le pétrole par exemple nécessite des procédés de raffinerie afin d’être utilisable dans votre cuve de voiture ou de chaudière), cette énergie doit être transformée en une source d’énergie secondaire pour être utilisable et transportable facilement.  Cette Energie Secondaire peut être utilisée soit dans l’état (le pétrole pour votre voiture), soit être à nouveau transformée en une nouvelle énergie (une centrale à charbon, par exemple, afin de produire de l’électricité) : il s’agira de l’Energie Finale.

Pourquoi est-il intéressant de faire la distinction ? Car toutes les Energies Finales ne se valent pas ! Une heure d’électricité consommée dans votre logement ne représentera pas le même bilan énergétique si celle-ci est produite par une centrale nucléaire (dont le taux de déperdition entre le lieu de production, la centrale, et le lieu de consommation, votre logement, est très important : 2.58kWh sortent de la centrale pour 1 seul kWh qui arrivera à votre logement) ou si elle est produite par votre chaudière au fioul (dont le taux de déperdition entre l’extraction et l’utilisation finale est autour de 1.25kWh extrait pour 1Kwh consommé… si on exclut le transport !). Il s’agit du rendement énergétique.

Il est donc important de s’intéresser à la quantité d’énergie consommée en Bretagne… mais aussi de sa qualité !

Quelle quantité d’Energie Primaire la Bretagne consomme-t-elle par an ?

La Bretagne administrative a consommé en 2012 près de 7.000.000 tep, « tonnes d’équivalent pétrole », unité de mesure énergétique équivalent à environ 42 GJ… ou pour les plus pragmatiques, 1 tep = 2.2 tonnes de bois bien sec. Pour garder cette image et rendre les choses encore plus concrètes, cela signifie que la Bretagne a utilisé en une année l’énergie équivalente à 15.400.000.000 kilos de bois sec, près de 4725 kilos par breton !

La part du bois, en réalité, est bien plus faible : autour de 6% de cette consommation d’énergie primaire, comme le montre ce graphique :

Consommation d'Energie Primaire en Bretagne (2012)

Consommation d’Energie Primaire en Bretagne (2012)

 90.90% de l’énergie primaire consommée en Bretagne est importée !

Comme indiqué sur le graphique, nous importons les 9/10ème de l’énergie que nous consommons : notre indépendance énergétique est de 8.9%, quand la moyenne française était de 51.20% en 2010.

Cette non-indépendance énergétique est d’autant plus significative que l’énergie principalement consommée en Bretagne est le pétrole, loin devant l’électricité ou le gaz, comme on peut le voir sur le tableau ci-dessous, comparant le mix énergétique primaire pour la Bretagne et la France :

Type d’Energie : Bretagne : France :
Pétrole 50% 31%
Gaz 17% 14%
Charbon 0% 4%
Electricité 25% 43%
EnR (hors Elec EnR) 8% 8%

Tableau NHU ; Sources : Observatoire de l’énergie et des gaz à effet de serre en Bretagne ; Commissariat Général au Développement Durable 

Seule consolation à ce stage : l’Energie Primaire a diminué de 94% à 90.90% entre 2001 et 2012, grâce au développement des EnR (énergies renouvelables).

Qu’en est-il de l’Energie Finale ?

Intéressons-nous à présent à l’Energie Finale, c’est à dire à l’énergie qui est directement consommée par l’utilisateur final (les entreprises, vous, moi, etc…). Il s’agit donc de l’énergie primaire moins les pertes liées à la transformation, au transport, etc.

En voici le mix énergétique pour la Bretagne, comparé à ceux de la France et de la moyenne mondiale :

Type d’énergies % Bretagne % France % Monde
Pétrole 50,27% 46,20% 40,70%
Gaz Naturel 16,63% 19,85% 15,20%
Charbon 0,30% 3,35% 10,10%
Electricité 26,20% 22,10% 18,10%
Autres (Solaire thermique, chaleur réseau, déchets, biomasse, biocarburants, biogaz…) 6,60% 8,50% 15,90%

La Bretagne consomme donc à hauteur de 67.20% de l’énergie fossile. C’est le même constat pour la France (69.40%) et pour le Monde en général (78.40% ; car il faut savoir que l’électricité, dans le monde, est majoritairement produit grâce à de l’énergie fossile, ce qui est moins le cas en France du fait du Nucléaire).

Le futur de la Bretagne passera nécessairement par une réflexion et une action efficace sur ce mix énergétique. En l’état, une région qui est dépendante de l’extérieur pour plus de 90.90% de son énergie (dont 67.20% est de l’énergie globalement non-produite sur le continent), est une région qui ne pourra pas relever efficacement les défis économiques et sociaux de demain.

Il faut donc trouver des solutions. Elles sont connues : développer les sources d’énergies locales (utilisons intelligemment l’énergie qui est sur notre territoire plutôt que de l’importer de l’autre bout du monde) et réduire notre consommation (en améliorant les rendements énergétiques : par exemple, un véhicule consommant 3 l / 100 km au lieu de 9 l / 100 km aura un rendement trois fois supérieur pour un résultat identique).

Pour identifier plus exactement les solutions à mettre en place, il nous faut d’abord identifier QUI consomme l’énergie en Bretagne…

Les secteurs consommateurs de l’énergie en Bretagne.

Répartition de la consommation d'énergie finale par secteur en Bretagne (2012)

Répartition de la consommation d’énergie finale par secteur en Bretagne (2012)

Le principal consommateur d’énergie finale en Bretagne est le secteur résidentiel et tertiaire : le chauffage des bâtiments. Viennent ensuite le Transport, l’Industrie puis l’Agriculture et la pêche.

C’est donc pour ces différents secteurs, en ordre d’importance, qu’il faut trouver aujourd’hui les solutions qui permettront demain de consommer moins d’énergie. Cela ne veut pas nécessairement dire, dans le cas par exemple d’une habitation lambda, de baisser le thermostat mais bien de chauffer mieux (via une isolation renforcée, par exemple) pour réduire la consommation d’énergie d’une part, et baisser la facture de l’habitant d’autre part. L’énergie la moins coûteuse est celle qu’on ne consomme pas. Gagnant-gagnant. Seul perdant : la multinationale étrangère qui vendra moins d’énergies fossiles.

Qu’en est-il de la production énergétique bretonne ?

La Bretagne produit aujourd’hui seulement 8.90% de ses besoins, ce qui est extrêmement faible comparativement à la moyenne nationale (53.10% en 2013). Un point positif néanmoins, cette production est très majoritairement renouvelable (89%) et en hausse de 47% depuis 2000.

Cette production d’énergie, de l’ordre de 612.000 tonnes d’équivalent pétrole (tep) est ventilée comme ceci :

Type d’énergie % BZH 2012
Bois 54%
Éolien 17%
Chaleur Réseau 10%
Energie Marine (Rance) 7%
Biogaz 2%
Solaire Photovoltaïque 2%
Hydroélectricité 1%
Autres 7%

Il nous faudra donc aussi étudier, dans le cadre de cette série d’articles, chacune de ces énergies (et d’autres potentielles) pour connaître leur intérêt pour le cas spécifique de la Bretagne : ressource, technologie, potentiel, nuisance, etc.

 Le Panorama de l’Energie en Bretagne : Conclusions.

Les différents éléments à retenir de cet articles sont les suivants :

– La Bretagne a consommé, en 2012, près de 7.000 ktep dont 90.90% sont importés.

– La part de l’énergie fossile dans la consommation bretonne en énergie finale est de 67.20%, énergie non produite localement.

– Les deux principaux secteurs consommateurs sont les bâtiments (45%) et le transport (34%) ; contre 44 et 31.5% en moyenne dans le reste la France.

– La production d’énergie en Bretagne est très faible (à hauteur de 9.10% de ses besoins en Energie Primaire, contre 53.10% en moyenne en France), mais celle-ci est très largement renouvelable et en forte hausse depuis 10 ans.

Pour préparer la Bretagne de demain, il est urgent de développer un mix énergétique favorisant grandement les énergies locales afin d’être moins dépendant de l’importation (et donc des conditions géopolitique extérieures, du déficit généré par l’import, etc.). Mais cela ne suffira pas : il faudra aussi consommer mieux et donc moins pour un même résultat. Ces deux leviers, indissociables, sont à activer de toute urgence.

Suivant La Bretagne en fait-elle assez pour le cinéma ?

A propos de l'auteur

Pen An Nec'hus
Pen An Nec'hus 1 articles

Breton d'une trentaine d'année, je me passionne pour l'économie, l'écologie et la géopolitique. J'ai désiré utiliser mon Pouvoir de Citoyen via NHU afin de m'informer et d'informer les autres, mais aussi pour participer à cette aventure collective qui a un objectif pragmatique et clair : contribuer à la réflexion de la Bretagne de demain.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Le glyphosate ou la faucille : nous, nous avons choisi !

Pour désherber, c’est Roundup ou faucille ? Bonjour, A Saint Rivoal, pendant que la grande majorité des sénateurs désertent leurs fonctions quand il s’agit de santé publique et de pérennité

Des entreprises installées en Bretagne deviennent danoise et estonienne !

L’entreprise bretonne Pichon devient danoise. Le leader de la tonne à lisier dans l’Hexagone, avait été placé en redressement judiciaire en Novembre dernier. Ainsi, dans un état qui accable trop

Deux Bretons dans les personnes les plus riches du monde, selon Forbes.

Classement Forbes des plus grandes richesses personnelles du monde. Les milliardaires étaient 1810 en 2016. Ils furent 2043 en 2017 soit une hausse de 13% du nombre de milliardaires sur

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire