Vu de Bretagne : COP22, COP24 … COP72 … on coule et ils écopent !

Vu de Bretagne : COP22, COP24 … COP72 … on coule et ils écopent !

COP sur COP, et notre Planète continue à brûler.

La COP, vingt quatrième de son nom, vient de se terminer aux forceps ce week end dernier.
Voici le beau tweet de Fañch* de RUGY en conclusion :
« L’accord obtenu hier à la COP24 après une négociation difficile acte des règles concrètes et irréversibles pour appliquer l’Accord de Paris. C’était notre objectif. Il est atteint. Beaucoup reste bien sûr à accomplir, mais nous sommes plus que jamais déterminés à agir. »
Message, pour rappel, du Ministre d’État, Ministre de la transition écologique et solidaire exerçant à Paris. Ministre qui n’était plus aux dernières séances de cette énième COP, préférant être à l’heure à sa réunion parisienne avec le patron du lobby de l’automobile. Tout est dit.
Message à se tordre de rire, si ce n’était pas l’avenir de nos enfants dont il est question.

COPains, COPines …

Donc comme chaque année, tout ce petit monde se retrouve dans une grande ville. Jamais la même bien entendu. Ou alors tous les dix ans. Juste le temps qu’il faut pour qu’il y ait un minimum de renouvellement des bons restaurants. Voilà bientôt vingt cinq ans que des milliers de personnes fabriquent un maximum de CO2 pour aller parler entre eux des mesures qu’ils pourraient envisager pour le réduire, ce CO2.
En effet, c’est the rendez-vous annuel pour palabrer, sans jamais se mettre vraiment d’accord. Uniquement pour savoir qui va promettre la plus importante baisse d’émission de CO2 dans le monde. Ainsi, quatre ans après, ils en sont toujours à discutailler des engagements sur papier du fameux Accord de Paris.
Et moi je m’engage à réduire mes émissions de CO2 de -37% d’ici 2050. A moins que ce ne soit de -50% d’ici 2037 ? Je ne sais plus. De toutes manières, on s’en moque. Car il ne s’agit que de communication pour essayer de convaincre le petit peuple qu’on s’occupe de son avenir.

Des destinations de vacances.

Ainsi, regardez les villes qui organisent les COP depuis un quart de siècle :

1995 COP1 Berlin Allemagne
1996 COP2 Genève Suisse
1997 COP3 Kyoto Japon
1998 COP4 Buenos Aires Argentine
Puis en 1999 la COP5 à Bonn en Allemagne
2000 COP6 La Hague Pays-Bas
2001 COP6 Bonn Allemagne
2001 COP7 Marrakech Maroc
2002 COP8 New Delhi Inde

Puis en 2003 COP9 Milan Italie

2004 COP10 Buenos Aires Argentine
2005 COP11 Montréal Canada
2006 COP12 Nairobi Kenya
2007 COP13 Bali Indonésie
2008 COP14 Poznań Pologne
2009 COP15 Copenhague Danemark
2010 COP16 Cancún Mexique
2011 COP17 Durban Afrique du Sud
2012 COP18 Doha Qatar
2013 COP19 Varsovie Pologne
2014 COP20 Lima Pérou
2015 COP21 Paris France
2016 COP22 Marrakech Maroc
2017 COP23 Bonn Allemagne
Enfin en 2018 COP24 Katowice Pologne.

Ah la COP25 se tiendra au Chili.

Car quitte à se balader à travers le monde et à polluer, autant joindre l’inutile à l’agréable. Ainsi programmer la COP suivante est sans aucun doute la décision qui fait toujours consensus chez nos chers, très coûteux irresponsables politiques. Ceux-là même qui veillent sur notre « transition écologique« . A moins que ce ne soit sur leur seule transition politique.

Note * : Fañch est le prénom breton interdit par le pouvoir central, et qui se traduit par « François » en langue française. Interdit parce que la République refuse le port du tildé sur la lettre n.

Précédent Réunification de la Bretagne : par décret, sinon rien !
Suivant Vu de Bretagne : quelques propositions pour redresser cette France qui tombe.

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 220 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

En Bretagne et en Europe, l’opération « Un mois sans supermarché ».

Vivre un mois sans supermarché. L’association suisse En vert et contre tout organise depuis 2017 un mois sans supermarché. C’est le mois de Février qui a été élu ce mois

Gilets jaunes et démocratie française : l’impasse du présidentialisme.

Ce serait une erreur de s’arrêter au ras-le-bol fiscal de la révolte des gilets jaunes : ça n’a été que l’étincelle. Et pas la cause de cette mobilisation déterminée par

Breizh 5/5 n°8 : lettre d’informations de Juillet 2019

Breizh 5/5 n°8 : notre riche actualité du premier semestre 2019. Breizh 5/5 n°8 Le premier semestre 2019 a débuté par la mise en ligne du nouveau site de l’Association.

1 commentaire

  1. Emilie Le Berre
    décembre 19, 10:40 Répondre
    Finalement la COP aussi reflète bien l'état générale après une Bretagne en délitement, en france en implosion et une planète étuve.

Laissez un commentaire