Ne touche pas à mon BN : Breton Naturellement

Ne touche pas à mon BN : Breton Naturellement

La biscuiterie bretonne BN est à vendre

BN comme Biscuiterie Nantaise … ou Breton Naturellement.

Les quatre cent emplois de cette biscuiterie nantaise historique sont aux mains de United Biscuits. Filiale du groupe turc Yildiz depuis deux ans.
Car la Biscuiterie Nantaise BN a été créé en 1896 et est une véritable institution. Avec ses biscuits aux formes reconnaissables par tous les enfants, et les plus grands.
Pour faire face à la concurrence mondialisée, y compris dans le domaine de la biscuiterie, il faut investir et moderniser toujours plus les chaînes de production et de conditionnement. Forte de quatre vingt millions d’euros de chiffre d’affaire annuel, la Biscuiterie Nantaise, installée au Vertou, serait à peine à l’équilibre financier. Les repreneurs de 2014 s’étaient engagés, comme c’est quasi systématiquement le cas, à investir pour renouveler l’appareil de production; à hauteur de plusieurs millions d’euros par an.

Deux ans après ce changement de propriétaire, l’entreprise bretonne est donc à nouveau sur la sellette. Et ses quatre cent employés dans le doute.
Des fonds de pension étrangers s’intéressent déjà à la reprise du célèbre BN.

La biscuiterie industrielle est une activité facilement délocalisable.

Et l’on sait bien que ce ne sont pas les matières premières qui participent le plus au prix de revient du célèbre BN breton. Mais bien les charges qui accablent nos entreprises de toutes parts. Bien sûr qu’un propriétaire local peut rester convaincu du maintien de l’unité de production et de ses emplois en Bretagne.  Mais un propriétaire étranger n’en a cure.
La région nantaise voit se fragiliser plusieurs de ses secteurs industriels d’activités ces temps-ci. Les chantiers navals STX, détenus par des Coréens cette fois, cherchent également des repreneurs.

Quand les pouvoirs de décision sont trop éloignés …

Contenu exclusif NHU. Reproduction interdite, même partielle, sur tout autre média, des contenus textes et images.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs

Précédent Brit Air de 1973 à 2013, le rêve d'icare breton
Suivant Top 15 des plus hautes constructions de Bretagne

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 217 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

NHU Bretagne vient d’accueillir son 100e Contributeur.

Nous sommes très heureux d’accueillir le 100e Contributeur, que nous remercions. Jacques Yves LE TOUZE se défini comme Démocrate, Lorientais, Breton et Européen. Nous avions déjà publié en Août 2017

Un ranch, des vaches écossaises … vous êtes bien en Bretagne !

D’autres agricultures sont possibles en Bretagne. NHU Bretagne souhaite un meilleur avenir pour la Bretagne et ses habitants. Ces derniers doivent croire plus en eux, être encore plus imaginatifs et hardis. Osez

Bretagne et balance commerciale

La balance commerciale bretonne est déficitaire. Quelques données chiffrées de la balance commerciale de la Bretagne Principaux Partenaires hors Hexagone à l’exportation :  Allemagne 12,8% – Espagne 9,2% – Italie 8,3%

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire