Ne touche pas à mon BN : Breton Naturellement

Ne touche pas à mon BN : Breton Naturellement

La biscuiterie bretonne BN est à vendre

BN comme Biscuiterie Nantaise … ou Breton Naturellement.

Les quatre cent emplois de cette biscuiterie nantaise historique sont aux mains de United Biscuits. Filiale du groupe turc Yildiz depuis deux ans.
Car la Biscuiterie Nantaise BN a été créé en 1896 et est une véritable institution. Avec ses biscuits aux formes reconnaissables par tous les enfants, et les plus grands.
Pour faire face à la concurrence mondialisée, y compris dans le domaine de la biscuiterie, il faut investir et moderniser toujours plus les chaînes de production et de conditionnement. Forte de quatre vingt millions d’euros de chiffre d’affaire annuel, la Biscuiterie Nantaise, installée au Vertou, serait à peine à l’équilibre financier. Les repreneurs de 2014 s’étaient engagés, comme c’est quasi systématiquement le cas, à investir pour renouveler l’appareil de production; à hauteur de plusieurs millions d’euros par an.

Deux ans après ce changement de propriétaire, l’entreprise bretonne est donc à nouveau sur la sellette. Et ses quatre cent employés dans le doute.
Des fonds de pension étrangers s’intéressent déjà à la reprise du célèbre BN.

La biscuiterie industrielle est une activité facilement délocalisable.

Et l’on sait bien que ce ne sont pas les matières premières qui participent le plus au prix de revient du célèbre BN breton. Mais bien les charges qui accablent nos entreprises de toutes parts. Bien sûr qu’un propriétaire local peut rester convaincu du maintien de l’unité de production et de ses emplois en Bretagne.  Mais un propriétaire étranger n’en a cure.
La région nantaise voit se fragiliser plusieurs de ses secteurs industriels d’activités ces temps-ci. Les chantiers navals STX, détenus par des Coréens cette fois, cherchent également des repreneurs.

Quand les pouvoirs de décision sont trop éloignés …

Previous Constance de Bretagne face à Richard Coeur de Lion et Jean sans Terre
Next Les débats citoyens de NHU Bretagne

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 343 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Des entreprises installées en Bretagne deviennent danoise et estonienne !

L’entreprise bretonne Pichon devient danoise. Le leader de la tonne à lisier dans l’Hexagone, avait été placé en redressement judiciaire en Novembre dernier. Ainsi, dans un état qui accable trop

Un Agriculteur breton en détresse et il n’est certainement pas le seul.

Paul CHATELIER, Agriculteur en grande difficulté en Bretagne. Combien sont-ils aujourd’hui dans la situation de Paul CHATELIER, en Bretagne, en France, à se retrouver ainsi, épuisé, ruiné, déshonoré après une

La Bretagne et ses quotas laitiers

Le lait, l’or blanc de la Bretagne Ce 31 Mars 2015, après trente années, les quotas laitiers ont disparu au sein de la Communauté européenne. Pour la Bretagne et son or

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse