Rolls-Royce, Bretagne et navires sans Équipage

Rolls-Royce, Bretagne et navires sans Équipage

Rolls-Royce est connu du grand public pour ses voitures de luxe.

Mais Rolls-Royce est aussi un acteur majeur au niveau international pour les motorisations. Motorisations des navires en particulier. Et le groupe anglais va plus loin encore. En imaginant les navires de demain.
Le grand dossier actuel du groupe Rolls-Royce est leur AAWA. Pour Advanced Autonomous Waterborne Applications initiatives. Autrement dit un programme de recherche sur l’autonomie de navigation.
Des navires sans équipage pilotés depuis la terre à distance.
On n’est plus dans la science-fiction. Les premiers navires de ce type seraient opérationnels vers 2020. Comme le dit Oskar LEVANDER du groupe Rolls-Royce, « la question n’est plus de savoir si, mais de savoir quand ».

Les navires robots de Rolls-Royce.

Les robots envahissent notre quotidien sans qu’on s’en aperçoive vraiment. Guichets d’autoroutes, caisses de supermarchés … et bientôt nos navires marchands.
Les technologies existent déjà pour l’autonomie globale des navires. A ce stade, il ne s’agit plus que de travailler sur la sécurité et la sûreté d’une part. Et d’harmoniser l’ensemble pour optimiser l’exploitation de ces navires. Et de fait leur rentabilité économique.
Des tests sont en ce moment en cours sur de petites unités et de courtes distances.

rolls-royce

Cargo marchand autonome.

L’avenir de la marine marchande.

Au fil du temps, la technologie a entraîné une réduction importante du nombre des personnels embarqués. Un porte container géant est aujourd’hui manoeuvré par seulement une vingtaine de Marins.
La Bretagne, grand pays maritime depuis la nuit des temps, est grande pourvoyeuse de Marins. Sur toutes les mers du globe, naviguent des Marins bretons.
En outre il y a déjà eu il y a une vingtaine d’années la concurrence des Marins asiatiques. Marins moins coûteux venant de pays moins gourmands en charges sociales et autres contraintes. Puis ce furent les Marins de certains pays de l’est de l’Europe.
Maintenant des navires qui n’auront plus besoin du tout de Marins à bord.

Deux manières d’envisager en Bretagne cette évolution :

C’est une régression qui va supprimer de l’emploi parmi nos Marins bretons.
C’est un progrès qui va permettre, à nouveau, de créer des compagnies de navigation marchande bretonnes.

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.

Previous Atersadenn Roland MOGN evit NHU Breizh
Next Le coquelicot et le bleuet à nouveau dans les champs bretons.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 317 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

La Bretagne, leader européen du bien-manger, ou du mieux-manger ?

Le bien-manger : c’est la campagne que lance la Région Bretagne. Faire de la Bretagne (c’est à dire la Région Bretagne et la Loire Atlantique) le leader européen du bien-manger.

Le projet Breizh Sukr

Breizh Sukr pour la production et transformation de la betterave sucrière bio en Bretagne. Traduisant  l’émergence de valeurs sociétales progressistes, d’une prise de conscience des enjeux d’équilibres environnementaux fragilisés, le

Les Bretons préfèrent le web à la télé

Écrans mobiles ou télé ? Télé ou web ? Le cabinet américain eMarketer scrute et analyse nos comportements sur la façon d’aller chercher l’information. On sait tous très bien que le

1 Comment

  1. Tidji
    février 27, 14:23 Reply

    L’humain est en train de créer un monde où il n’aura plus sa place. Un monde géré par des robots qui se géreront eux même, robots pilotés par des programmes d’intelligence artificielle basés sur des méta-connaissances que les humains ne comprendront plus. Des programmes d’intelligence artificielle seront là pour détecter lorsque d’autres programmes d’intelligence artificielle ne réagit plus comme on aurait pu le penser si jamais l’humain réussi encore à comprendre les robots qu’il a créé. Tout ça n’est pas de la science fiction. C’est là juste devant nous. Après l’humain là dedans, le bonheur, l’utopie, ce qui devrait faire que l’humain est cette créature que même en rêve on ne pourrait pas créer passe à la trappe. Alors ce demander s’il faut mieux des navires robots et des humains qui les regarde travailler…. pas facile de prévoir le futur actuellement.

Laissez votre réponse