La Bretagne, l’autre pays du whisky

La Bretagne, l’autre pays du whisky

En Europe, quand on parle de whisky, on imagine immédiatement les îles occidentales d’Écosse ou les landes d’Irlande.

Ces deux pays celtiques se disputent un peu et depuis longtemps le titre d’inventeur du précieux breuvage. Étymologiquement, le mot whisky vient du gaélique uisge beathe pour traduire eau de feu. Ce serait Saint Patrick, saint patron de l’Irlande, qui aurait rapporté vers 432 de ses voyages évangéliques vers l’Égypte le premier alambic pour produire de l’eau de vie, et cette activité serait restée ensuite cantonnée dans les monastères.

Quoiqu’il en soit, le whisky tel que connu aujourd’hui dans le monde, est bien né aux confins des mers celtiques. Et le whisky commence une vie industrielle en Écosse vers 1484. Jusqu’au XVIe siècle le uisge beathe est parfaitement incolore comme nos eaux de vie, et c’est en le transportant ensuite dans des fûts de chêne ayant déjà servi à la maturation du Xérés, un des vins européens alors le plus réputé, que des négociants constatent que cette manière de faire réduit l’oxydation du breuvage et augmente ses arômes.

whisky

Quelques bons whiskies d’Écosse

Il y a whisky et whisky

La distillerie légale en Écosse débute en 1823.
Le produit le plus commun en commerce est de type blended whisky ou blend. assemblage de whisky de grain pour faire le volume et d’au moins un whisky de malt pour apporter du goût. Puis il existe les blended malt ou pure malt, assemblage de plusieurs whiskies de malt. Le single malt est né récemment, en 1960, chez Glenfiddich, et provient d’une seule distillerie. Plus précis encore, le whisky qui provient cette fois d’un même fût ou single cask, en général plus fort en alcool entre 55° et 65°.
L’élaboration d’un whisky doit durer au moins trois années.

Les pays du whisky

L’Écosse évidemment avec ses scotch whiskies en cinq grandes régions de production. L’Irlande avec son whiskey, les États Unis avec son bourbon et à moindre notoriété encore la Canada avec le rye whisky. Mais aussi, ce qui peut paraître plus surprenant, le Japon, qui élabore des whiskies de très belle facture.

Et la Bretagne dans tout cela ?
Eh oui, en bon pays celtique, comme l’Écosse et l’Irlande, la Bretagne se sentait attirée depuis longtemps par la distillation de cette boisson.
Après celle du lambig.
Mais entre l’envie et la production de bons whiskies, il s’en est fallu un peu de temps et d’efforts.
La première bouteille de Biniou sort en Ille et Vilaine en 1971.
Un distilleur de liqueurs installé à Lannion, Warenghem, se lance dans les années 1980 dans la distillerie d’un whisky breton, mais les vrais amateurs ont bien du mal à le considérer.
Les Bretons s’obstinent et la Distillerie Glann ar Mor à Pleubian en Côtes d’Armor fabrique depuis 1999 deux produits déjà plus reconnus : le Glann ar Mor non tourbé et le Kornog plus tourbé.
Enfin, la Distillerie du Menhir près de Kemper en Penn ar Bed crée un premier Eddu (blé noir en langue française), un bon whisky 100% blé noir, le seul au monde, vieilli en fût de cognac. Et sous plusieurs versions : Eddu Silver pur blé noir, Eddu Silver Brocéliande, Eddu Gold, Eddu Grey Rock et Eddu Gwenn.

whisky

Distillerie de whisky breton des Menhir

La Bretagne différente

Dans l’Hexagone, c’est le pastis coupé d’eau qui est la boisson apéritive « officielle », mais en Bretagne, il en est autrement. Là aussi.
La consommation de whiskies de toutes origines est plus forte en Bretagne que dans le reste de l’Hexagone.
Pourquoi ?
Le consommateur breton se sentirait-il plus écossais ou irlandais que marseillais ? Sans aucun doute.
Le fait de disposer aussi de whiskies produits en Bretagne nous encourage à les privilégier, comme nous le faisons également de nos nombreuses bières artisanales, de notre Breizh Cola et de nos vins du sud Nantais.

Yec’hed mat, mais à consommer avec modération bien sûr.

Contenu texte libre de copie et de diffusion sous condition de mention de la source d’origine, soit www.nhu.bzh
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs

Précédent La Bretagne aurait besoin d'un nouvel emblème ?
Suivant Un ver marin breton qui dérange ...

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 206 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Panorama : La consommation énergétique de la Bretagne.

Préambule. Cet article est le premier d’une série plus complète sur les Energies en Bretagne. Désireux de discuter des choses dans l’ordre, j’ai donc pris le parti de débuter par un Panorama objectif

STX et industries navales en Europe

Par Gilles DENIGOT. Le feuilleton très médiatisé de STX en France revient une nouvelle fois au coeur du débat politique. Il y a plusieurs approches. D’abord locales car c’est un vecteur

Transition énergétique de l’Ile de Sein et mensonges.

Transition énergétique de l’Ile de Sein : non, la Loi Littoral actuelle n’est pas responsable des blocages ! Lors des discussions du projet de loi ELAN portant sur l’évolution de

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire