pikoù panez

Pikoù panez et le gène celtique

de Rémy PENNEG

C’est quoi les pikoù panez ?

Les pikoù panez (du breton, littéralement traduit en langue française par « points de panais« , le légume) sont des tâches de rousseur ou éphélides. De petites taches sans relief et plus pigmentées que la peau, qui apparaissent chez les gens à peau claire. Mais bien plus encore chez les roux, sur les parties du corps exposées au soleil. En fait, l’hérédité est un facteur de prédisposition des pikoù panez.

Plus on est roux et plus on peut présenter des pikoù panez.
Les Celtes sont les peuples les plus roux sur terre. Ainsi 13% des Écossais sont roux et 40% portent le gène récessif porteur de la rousseur. Alors que la moyenne internationale est de seulement 1,5%. Après l’Écosse, c’est l’Irlande avec 10% de roux et 46% d’Irlandais porteurs de ce gène que les dermatologues nomment le gène celtique. Ensuite ce sont le Pays de Galles et la Bretagne.

Pikou panez, le gène celtique

Fréquence du cheveu roux en Europe

Ainsi, les Romains nous décrivaient comme le peuple « aux cheveux rouges et à la peau de lait« .
Ce gène est le MC1R (MelanoCortin 1 Receptor) et les peaux de ce type sont beaucoup plus sensibles aux effets négatifs du soleil … et cela tombe bien parce qu’il y a quand même un peu moins de soleil dans les régions du nord de l’Europe où il est le plus fréquent.

Car si aujourd’hui les pikoù panez sont plutôt bien perçus, il n’en était rien autrefois, chez les femmes en particulier. Une peau parsemée de ces taches de rousseur était considérée comme l’oeuvre de Satan et la femme était accusée de sorcellerie, et d’avoir eu des relations sexuelles avec le Diable.

Prononciation : pikou pan-nez – le singulier de pikoù est pik comme dans pik.bzh

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

30 commentaires

Michel Vettier 28 juillet 2015 - 21h40

Et moi qui ne cesse de dire à ma grande fille « met donc de la crème sur ton nez avant qu’il ne crame »
Elle de me répondre « j’en met des tonnes papa »
– « Elle vaut rien ta crème Poupette, regarde toutes ces tâches il à cramé ton nez… »

J’en connais une qui va me retourner « Laisse tombé Papa c’est des pikou panez ! »

Au retour des vacances, que nous passons joyeusement à Belle-Ile-en-Mer depuis plusieurs été, peau hallée et nez tout en pikou panez lui vont bien !

Répondre
Chatelain Geoffroy 18 octobre 2015 - 16h11

Qui a dit que les rousses incarnaient le mal ?
Calomnies que ces mensonges erronés !
Bien au contraire, je les trouve merveilleuses !
N’oublions pas qu’au Québec, elles sont aussi présentes !
Cela dit, j’ai un petit faible pour les irlandaises !
Vive les Rousses !

Répondre
Damien VERGNAULT 18 octobre 2015 - 19h48

Il y a trois ans, nous avons lancé en grande distribution notre marque Ty Gwenn : le bon goût Breton. Cette marque possède comme emblème le dessin d une jeune Bretonne rousse au cheveux long. Nous sommes à la recherche d une jeune femme rousse aux cheveux long qui pourrait incarner notre marque dans le cadre de salon profesdionnel ou dans le cadre d évènements promotionnel. Merci de me contacter. Cordialement DV

Répondre
herve 2 mars 2016 - 8h59

Pour la Bretagne c’est Faux.
pour les pays celtes de GB c’est vrai .

http://mabretagne.com/la-bretagne-est-pleine-de-le-roux

« …
Comme vous pouvez le constater, il semble bien que la Bretagne ne soit pas une terre de roux par rapport à l’ensemble celte ou même à certains coins de Russie (que l’on devrait rebaptiser Roussie). Contrairement aux stéréotypes véhiculés jusque dans la publicité, le seul rouquin que l’on rencontre en masse en Bretagne se situe donc sur la table de repas.

« 

Répondre
Iks Leroi 20 novembre 2016 - 21h58

Ton lien montre l’étude (non sourcée) d’un mec de Harvard qu’a jamais dû mettre les pieds en Bretagne.

Répondre
Ar Bleiz 25 mai 2016 - 11h45

En Irlande, le gène de la rousseur a été importé par les envahisseurs viking.
Les habitants du Kerry, au centre de l’Île sont majoritairement bruns aux yeux bleus.
J’espère qu’être Breton, c’est plus qu’avoir quelques tâches sur le visage, mais visiblement, pour certains, ça n’est que ça.

Répondre
Passion Bretagne
Rémy PENNEG 25 mai 2016 - 21h15

Bonsoir et merci de votre commentaire. Etre Breton c’est bien plus qu’avoir quelques pikoù panez sur le nez, évidemment. D’autant que la grande majorité d’entre nous n’en ont pas de pikoù panez. Si vous souhaitez contribuer à NHU par des articles démontrant qu’être Breton c’est bien autre chose, on vous attend. Merci 🙂

Répondre
Fred 14 mai 2018 - 12h27

Bruns aux yeux clairs, certes… mais également, et très souvent, à la peau claire… donc sujet aux pikoù panez… d’ailleurs, avec souvent des poils roux… dans la barbe : biskoazh kement-all, pikoù panez d’an duard fall !

Répondre
Erwan 8 août 2019 - 18h16

Ar Bleiz, vous êtes la première personne que je lis expliquant que la rousseur vient des vikings. Avez-vous une source pour creuser sur la question? Si oui je suis intéressé. A ma connaissance c’est l’inverse. Les Norvégiens de la côte ouest ont davantage de cheveux noirs et roux, sans doute le résultat de la présence de leurs ancêtres vikings en Irlande (fondation de Dublin) et en Ecosse (des tombes de rois norvégiens sont présentes à Iona). Les populations de la préhistoire ouest-européenne avaient semble-t-il des yeux bleus et des peaux sombres (deux cas étudiés, en Angleterre et en Espagne). Nous sommes le résultat de migrations mais également de mutations peut être plus rapides qu’initialement prévue (en 8 000 ans, les Sherpas ont développé une mutation génétique expliquant la densité de micro vaisseaux sanguins pour irriguer leur corps en altitude aussi bien qu’un Breton au niveau de la mer).

Répondre
Gaëtan 11 juillet 2016 - 23h16

Eh bien, moi j’en ai des pikoù panez, tout en étant aussi brun qu’un Korril. Ma mère avait les cheveux brun-roux quand elle était plus jeune, ça doit venir de là 😉 Pour faire suite à Ar Bleiz, il me semble bien que les cheveux roux sont un héritage viking dans nos contrées celtiques, mais probablement pas uniquement. Sur les descriptions des Romains, il faut aussi ajouter que les Celtes se teignaient les cheveux. Merci pour cet article en tout cas et continuez 😉

Répondre
Passion Bretagne
Rémy PENNEG 12 juillet 2016 - 18h13

Bonsoir Gaëtan et merci des encouragements. On va continuer !

Répondre
perhouan mik 24 août 2016 - 18h42

LE résiduel actuel de la mutation du géne MC1R est en relation avec la confrontation anthropologique entre les néanderthaliens et les Cromagnons, sachant que la distribution de ce géne recoupe la distribution topographique des populations néanderthalienes

Répondre
Passion Bretagne
Rémy PENNEG 24 août 2016 - 20h10

Bonsoir et merci du commentaire … qui nous laisse en peu sur notre faim. S’il te plaît, peux-tu préciser un peu de façon plus « simple » ? Merci d’avance

Répondre
Musher35 31 octobre 2021 - 16h55

Bonjour Perhouan Mik, merci pour votre commentaire. Il semble que la population d’individu étudié sur laquelle cette hypothèse a été fondée soit très faible et ne permette pas d’affirmer de manière certaine la relation entre néandertal et mutation du gène M1CR, ce malgré la correlation de la distribution topographique. Avez vous des informations récentes qui permettent d’étayer l’hypothèse de la relation néandertal/mutation M1CR chez Haplo R1b ? merci de vos lumières. F GREHAL .

Répondre
Lena Ache 7 mai 2017 - 7h13

Brune aussi, avec des pikou rouz ( c’est comme ça qu’on le dit ici), comme mon homme et mes enfants. Alors, attention au soleil, mais on ne va pas se mettre au burkini quand même.

Répondre
louarn 19 mai 2017 - 19h24

Etre celte tout simplement , si on parle de génétique, c’est être R1b-L21.
Mais c’est aussi frissonner au son d’une cornemuse ou d’un biniou, et de n’apprécier que le beurre salé 🙂

Répondre
Passion Bretagne
Rémy PENNEG 20 mai 2017 - 12h30

Les bases quoi !! Vous semblez connaître un peu la génétique : accepteriez-vous d’en faire un article dans nos colonnes ? contact@nhu.bzh. Merci

Répondre
Mady 27 août 2018 - 6h10

Ajoutant C282Y de l’hémochromatose, les Celtes sont rouillés même à l’intérieur.

Répondre
plukif 4 juillet 2017 - 10h47

Anecdotique : dans ma famille on appelait ça des « brizoù » … (environs de Quimper) . Le mot est-il connu ailleurs ?

Répondre
une instit qui en a assez des fautes d'othographe 13 mars 2018 - 11h33

une tache de rousseur (pas de ^) une tâche difficile (avec un ^)

Répondre
La Rédaction 13 mars 2018 - 13h04

Bonjour et merci de cette très pertinente remarque. On va corriger. Désolé, nous sommes Breton(ne)s et ce n’est pas toujours évident avec les langues étrangères 🙂 – Merci de nous suivre. Très cordialement.

Répondre
Lotie 15 mars 2019 - 9h34

Kenavo, en termes de génétique, je suis issue de 2 bruns l’un d’origine espagnole et anglaise, l’une d’origine alsacienne et pays de l’est ( non avéré). J’ai 2 sœurs : 1 châtain clair’ 1 châtain foncé/ brune et moi née rousse mais aujourd’hui châtain clair avec plein de cheveux roux et 2 mèches blond vénitien peau blanche et plein de pikou panez. Mes sœurs bronzent très facilement, pas moi ! Lotie

Répondre
Mikael Gwilhom 7 juillet 2019 - 12h21

(Deiz mad d’eoc’h Remy.Skrivet a ran d’eoc’h e Galleg peogwir n’ouzon ket ma oc’h gouest da kaoseal e Brezhoneg.Va digarez ma oc’h brezhoneger).Bonjour Rémy .Je lis chaque fois que possible tes articles ou chroniques d’un très grand intérêt culturel et societal pour notre Bretagne.Felicitations et bon vent debout .

Répondre
La Rédaction 7 juillet 2019 - 14h02

Trugarez dit. Les colonnes de NHU Bretagne sont ouvertes à celles et ceux qui ont à s’exprimer sur la Bretagne.

Répondre
Torque Bernez 15 novembre 2019 - 23h22

Bien qu’ayant été très blond étant petit, je suis vite devenu brun, mais avec une sensibilité exacerbée au soleil concernant les yeux, c’est à dire que je ne supporte toujours pas la lumière violente du soleil qui me fait faire des grimaces et, depuis tout petit, ma mère rigolait de me voir avec mes pikoù-panez sur le nez et un peu sur les joues dès que le soleil d’été commençait à se montrer. Mais, maintenant, avec l’âge, c ‘est passé. A l’époque ça me faisait sourire , même si j’étais loin de penser, manque de culture, aux gènes celtiques.

Répondre
Jimmyeli 29 août 2020 - 17h58

Demat Remy
Si tu permets ma familiarite .
Pour ce qui est des plages bretonnes permets a un marseillais d’origine catalane et basque d’en citer quelques unes . Durant pres de 10 ans j’ai eu a tuer des jours et des semaines entieres et je l’ai fait en visitant le Finistere , ( de fond en comble ) apres avoir vecu en Cotes d’Armor .
J’ai aime les plages de Kerlouan , de Brignogan , de Portsall , de St Michel en Greves celle des anges a Landeda de Karreck Hir pres de Guisseny , de De Beg Meil et de Benodet et tant d’autres .
Mais j’ai eu le coup de foudre pour les plages de Ker emma et de Plouescat et le superbe Cap-coz .
J’ai meme eu l’idee de faire un fascicule qui ne traiterait que des plages bretonnes .
Il faut dire que je suis un marseillais qui ne se baigne pas en Mediterranee et qui ne supporte pas trop le soleil .
Pour ce qui est des Pikou panez , du cote basque ma tribu en est pleine yeux bleus , enfants blonds virant au roux fonce ou auburn et j’ai fn Bretagne une fille aux cheveux blonds venitiens , dont la maman est rousse et qui est constellee de grains de soleil .
Ma 1ere epouse me disait le jour ou tu iras en Bretagne tu en tomberas amoureux .
Elle avait raison
Trugarez pour votre rubrique
Kenavo

Répondre
Dan 14 mai 2021 - 7h26

Bonjour,
Vous précisez : prononciation : pikou pan-nez. Mais qu’est-ce à dire, pour un non breton ?
Dit-on pan (comme dans panpan) ou pann (comme dans mettre en panne) ?
Dit-on né ou nèz ?
Merci

Répondre
NHU Bretagne 14 mai 2021 - 10h36

Bonjour et merci de votre commentaire. Plutôt pan-naiss.

Répondre
Bernez 19 janvier 2024 - 6h02

Salud deoc’h,
Juste un mot pour le « an » Breton, y compris à l’intérieur d’un mot. Il se prononce comme AN (le nouvel an), mais il faut rajouter le son N comme dans le prénom Ann le prénom anglais. Donc AN +N.

Répondre
Bernez 19 janvier 2024 - 6h08

Concernant les pikoù panez, j’en avais plein le nez et les pommettes, mais uniquement l’été et surtout lorsque j’étais enfant. Pourtant, je ne suis pas un « peau blanc », même si ma mère l’est. Je bronzais plutôt facilement, sauf sur mes pikoù panez, evel-just. Ca m’amuse, maintenant de voir, après mes enfants, mes petites filles les arborer aussi.

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.