Eco Solar Breizh : la Bretagne invente les mobilités de demain.

Eco Solar Breizh : la Bretagne invente les mobilités de demain.

La voilà la voiture urbaine Hx2 de Eco Solar Breizh, selon The World News

Un prototype fut mis au point dès 2013 sous le nom de code de Heol. Mot breton signifiant « soleil » en langue française. Cet engin propulsé à l’énergie solaire n’avais pas vraiment un design d’automobile tel qu’on l’entend habituellement. Heol avait participé en 2015 a l’Abu Dhabi Solar Challenge. Ce prototype de deux cent kilos produisait 22 watts/heure avec six mètres carrés de panneaux solaires en roulant à cinquante kilomètres par heure.
Hx2 de Eco Solar Breizh a maintenant une forme de voiture. Ce véhicule ne devra pas dépasser cinq cent kilos et disposera de quatre mètres carrés de panneaux solaires et d’une batterie adaptée. Ici aucun branchement n’est nécessaire : c’est la lumière qui devient votre carburant.

La nouvelle petite citadine bretonne.

La Bretagne est déjà en pointe dans le domaine des nouvelles mobilités. La Groupe breton Bolloré produit déjà des véhicules électriques, dont sa BlueCar et son BlueBus près de Kemper en Cornouaille. On sait que de plus en plus de villes vont progressivement interdire la circulation des véhicules Diesel. Également que beaucoup de personnes évoluant en ville roulent moins de vingt kilomètres par jour et à une vitesse moyenne relativement faible. En ce moment, les Gilets Jaunes refusent de payer plus cher le carburant. Surtout pour celles et ceux qui vivent en périphérie des agglomérations et viennent travailler en ville. Même en campagne, de nombreuses personnes ne circulent que moins de cinquante kilomètres quotidiennement.
La Hx2 de Eco Solar Breizh est tout à fait adapté à ces usages limités.

Lumière solaire et batterie de stockage.

La génial et contreversé Américain Elon MUST a déjà travaillé sur ces sujets. Aussi bien dans le domaine du chauffage que de la production électrique par les ardoises de toitures.
Jean Luc FLEUREAU, le patron de Eco Solar Breizh. Après de solides études dans les deux grandes villes universitaires de Bretagne orientale, Nantes et Rennes; il se lance dans l’aventure.
« En se fondant sur un ensoleillement moyen et sur les mesures d’Heol (200 kilos, 22 watts heure/km à 50 km/heure), on estime que qu’un nouveau véhicule de 400 kilos environ doté de 4 m² de panneaux solaires aura alors une autonomie moyenne de 600 km à 50 km/heure. La récupération de l’énergie pourra s’effectuer en moins de quatre heures. A Lille, en effectuant 50 km par jour à 50 km/heure, vous roulerez 7 jours grâce à la combinaison de votre batterie de stockage et de l'énergie du soleil. La pile prendra alors le relais pour 10 jours environ de trajets supplémentaires. A Albi, vous passerez sur l’hydrogène au 22ème jour. Et si vous faites 30 km par jour à certaines périodes de l’année, votre batterie va « déborder » et vous serez alors capable de fournir de l’énergie à d’autres personnes »

Faire confiance aux territoires.

Cette innovation Eco Solar Breizh démontre parfaitement que tout ne se passe pas à Paris. Comme tant de régressistes aimeraient nous le faire penser. La Bretagne a d’innombrables atouts pour inventer l’avenir. Non seulement son propre avenir hors du carcan étouffant de l’hyper centralisation imposée par le nombril de l’Hexagone. Mais aussi participer à celui du reste du monde.
Il faut remercier ici la Région qui administre quatre des cinq départements de Bretagne pour son aide financière au projet.
Vous aussi, vous pouvez aidez Eco Solar Breizh en partageant cet article pour les faire mieux connaître.
Et en les suivant sur leurs réseaux sociaux :

www.ecosolarbreizh.com
www.facebook.com/ecosolarbreizh/
twitter.com/ecosolarbreizh
www.youtube.com/user/EcoSolarBreizh

Sources :

The World News et La Tribune

Indépendance électrique de la Bretagne

Les ardoises de nos toits pour notre électricité

Précédent Vu de Bretagne : la Révolution macroniste du Royaume de France ...
Suivant Breizh-Coin, favoriser l’innovation et pérenniser la tradition des savoir-faire.

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

L’Estonie, un modèle pour le service public de demain ?

Imaginez … Imaginez un pays où l’État n’a pas le droit de demander deux fois dans une vie la même information au Citoyen. Et imaginez un pays où toutes les

Aménagement routier en Bretagne : de qui se moque t-on ?

Cinquante ans après, l’aménagement routier du centre Bretagne n’est toujours pas terminé ! Sous la pression du CELIB Comité d’Études et de Liaisons des Intérêts Bretons, le 09 Octobre 1968, l’État

La Bretagne est la première en Europe pour la construction navale.

La construction navale bretonne construit les plus grands paquebots du monde Depuis le Moyen Age, la Bretagne est un pays maritime, tourné vers le commerce qu’on n’appelait pas encore « international » à

2 commentaires

  1. Elie Sorlin
    décembre 12, 10:09 Répondre
    Je suis un vieux bourguignon et je découvre ce que vous faites en matière de mobilité durable: super bravo pour cette Hx2; il nous faut rivaliser avec la Sion germanique...et la One inaccessible! le couplage avec une petite pile à hydrogène est tout simplement génial! Bravo à vous les bretons qui allez peut-être nous sauver? On est avec vous à 100 %
    • La Rédaction
      décembre 12, 10:13 Répondre
      Bonjour Élie, le "vieux Bourguignon" :) et merci de vos encouragements.

Laissez un commentaire