Bien aménager le territoire breton.

Bien aménager le territoire breton.

Toujours mieux aménager son territoire de vie est essentiel.

Aménager un territoire, par qui et pour qui.
Avant de commencer cette série de réponses aux questions sur les besoins de la Bretagne pour son développement,  je voulais remercier l’équipe de NHU de lancer cette idée de débat et d’échange entre des personnes qui n’ont pas -du tout- le même avis sur la question clivante du projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes.
Qu’il me soit permis aussi, de vous apporter quelques précisions ou avis. Puisque l’actualité sur cette question de Notre Dame des Landes est  à rebondissements constants. J’ai besoin pour cela , d’un retour à quelques points essentiels du vécu de notre Bretagne ces dernières années.

Je ne suis pas un tout jeune militant

Syndicaliste sur le port de St Nazaire-Montoir de Bretagne, co fondateur d’un autre syndicat national de dockers pour sortir du monopole de la CGT.   Militant politique régionaliste et écologiste de toujours. Je me suis engagé toute ma vie dans les combats qui à mes yeux méritaient d’être soutenus et menés.  Il en va ainsi des luttes menées à Erdeven, Plogoff, Le Carnet, Le Pellerin, contre l’extension du Port à Donges-Est, le remblaiement des Marais salants de Guérande…

Des projets anciens soutenus par une coalition étatique nationale allant de la gauche socialiste dominante à la droite décomplexée ou pas. Toujours,    leur paradigme politique s’est retrouvé dans ces projets de grands travaux qui allaient bien évidemment hisser la Bretagne, puis l’Ouest Breton, puis leur Grand Ouest dans la cour des grands de l’Europe. La communication habituelle des dominants du monde.

Toujours cette boulimie …

Une sorte de manichéisme s’empare alors de toute la pensée pour cette obsession à aménager le territoire. C’est ainsi qu’ils ont essayé de nucléariser la Bretagne qui à les entendre allait périr et s’éclairer à la bougie sans Plogoff. Puis Le Carnet en bord de Loire et encore le  même refrain pour l’extension du port de Nantes comme ils disent bien qu’il n’y a quasiment plus de navires marchands allait périr si nous ne faisions pas les 2500 mètres de  linéaires de quais. Là où le tirant d’eau n’est que de 5,50 mètres avec des entrepôts et plateformes logistiques sur les vasières et roselières de Donges Est. Où ils y voyaient déjà le Rotterdam de l’ouest !  C’est toujours cette boulimie qui leur faisaient dire que continuer la Baule à travers les Marais Salants avec rocade et marina (il ne restait alors que bien peu de paludiers) allait permettre de devenir un point culminant de l’Europe du tourisme  et bien davantage encore..

Sur ces projets d’infrastructures (transport des marchandises par la mer, transport des passagers, tourisme) chacun en Bretagne pouvait avoir un avis.

Certains parmi nous ont mené ces luttes.

D’autres pas. Mais qui oserait condamner ceux qui, à tort ou à raison, ont pensé comme moi. Utile de mener ces combats pour un autre aménagement du territoire ? Faut-il qu’ils  soient jugés sur la place publique pour crime contre le développement et l’économie de la Bretagne ? Car, ne l’oublions pas, c’est aussi ce qui était reproché à ceux qui s’opposaient. Ont-ils été des obstacles coupables au développent de la Bretagne ? Là, encore, il n’y a pas unanimité et ce n’est pas gênant.

paris aménager

On veut absolument nous mettre à 3 heures de Paris. Pourquoi ?

 

Je pense toujours qu’il est nécessaire de prendre du recul sur les événements, de débattre et d’échanger.

Ce n’est jamais l’État qui irrigue les débats dans la société, sauf dans des parodies démocratiquement anti démocratiques. Au seul  motif de considérer qu’une opposition n’est pas crédible puisque la légitimité est celle du seul suffrage universel. J’ose espérer que chacun quelque soit son opinion, s’interroge. Et puisse admettre  que ce temps est révolu. Et que d’autres formes de débats et de processus de validation des projets sont à construire.

Je veux bien débattre et donner mon opinion sur la question des infrastructures utiles en Bretagne. Je parle bien sûr de ses cinq départements. Quelles soient maritimes, terrestres, ferroviaires ou aériennes. A condition que la question qui préoccupe le débat d’actualité soit bien posée. La recherche des inter-modalités étant nécessaire, chaque sujet est traité individuellement.  Le travail à faire est considérable, puisque cet état centralisé, n’a d’yeux que pour le système pyramidal. Dans la décision comme dans l’exécution des projets.

Aménagement du territoire se dit Terkañ an tiriad en breton.

Précédent NDDL Notre Dame des Landes 2-5
Suivant Entre fées et loups ...

A propos de l'auteur

Gilles DENIGOT
Gilles DENIGOT 5 articles

Syndicaliste, écologiste, régionaliste Breton, ex élu. Militant pour une économie distributive.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

L’entrepreneur breton en recherche de personnel qualifié, et le syndrome de bécassine.

Incapacité de penser autrement que par Paris. Pour recruter du personnel qualifié, quand tu n’as pas d’idée et que tu appartiens au vieux monde finissant, tu vas à … Paris.

Les réseaux sociaux font vaciller le pouvoir central

Dans 48 heures ce sera sans soute l’Acte IV. Depuis trois semaines maintenant, les peuples de ce carcan hexagonal sont dans la rue. Il faut remonter à 1968 pour assister

Gilets jaunes et démocratie française : l’impasse du présidentialisme.

Le présidentialisme … Ce serait une erreur de s’arrêter au ras-le-bol fiscal de la révolte des gilets jaunes : ça n’a été que l’étincelle. Et pas la cause de cette

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire