Inauguration du train qui rapproche la Bretagne de Paris … ou l’inverse.

Inauguration du train qui rapproche la Bretagne de Paris … ou l’inverse.

Un siècle et demi plus tard, ils nous refont le coup du train.

C’est un ingénieur des Cornouailles, Richard TREVITHICK qui inventa le première locomotive à vapeur. Puis il la testa grandeur nature chez nos cousins gallois, vers Pennydarren, dès 1804.

Ce ne sera qu’en 1842 que sera acté, à Paris, la construction de lignes ferroviaires vers la Bretagne. On le doit à l’époque au combat acharné d’un négociant en toiles de la région de Loudéac. Alexandre GLAIS-BIZOIN deviendra ensuite député. Paris décidera d’une seule ligne vers Nantes mais en passant par Tours. C’est Alexandre GLAIS-BIZOIN qui obtiendra une autre ligne, vers Rennes et Brest. Paris estimait à l’époque que les « Bretons peuvent se contenter des canaux et des routes royales ».

Le train civilisateur.

Ainsi le train arrivera à Nantes en 1851, puis à Rennes en 1857. En 1858, l’Empereur viendra en grandes pompes inaugurer ce train breton. Voici ce qu’on peut lire dans l’Illustration en 1857 : « C’est de Laval qu’est parti le premier train à grande vitesse, dont le passage dans cette contrée classique de la superstition et de la sainte ignorance va introduire les usages et les habitudes qui doivent faire bientôt rentrer la Bretagne dans le concert de notre civilisation ». Il n’y a pas si longtemps, un autre premier personnage français n’en disait pas moins des Africains.
Ce train « salvateur » arrivera à Kemper et Guingamp en 1863 et à Brest en 1865. Deux compagnies privées exploitent alors le réseau breton. La Compagnie de l’Ouest exploite la ligne nord entre Paris et Brest, et la Compagnie d’Orléans la ligne sud  jusqu’à Kemper.
Au départ de Carhaix/Karaez, viendra ensuite s’organiser un autre réseau, secondaire, le Réseau Breton, pour rallier toutes les villes bretonnes de moindre importance. En moins d’une journée, on allait ainsi de Brest ou de Kemper, jusqu’à la « ville lumière ».

Et la traditionnelle inauguration du Président.

Il y a un siècle et demi, l’arrivée dans la « contrée classique de la superstition et de la sainte ignorance » avait été inauguré par l’Empereur Napoléon III venant de Paris.
Ces prochains jours, c’est le Président Macron qui viendra honorer de sa présence le train LGV Ligne à Grande Vitesse, qui va mettre la Bretagne à 1h30 de Paris.
Puisqu’on vous dit qu’il faut « Passez à l’ouest ».

passez à l'ouest, désenclaver, inauguration

A gauche le version officielle de « Bretagne Passez à l’ouest ». Mais le train va vers l’est et on nous dit donc d’aller vers Paris, à l’est. Si c’était vraiment « Passer à l’ouest » le message, ce serait le visuel de droite, revu par NHU Bretagne.

Inauguration du train qui rapproche … ou qui accroche ?

Un siècle et demi plus tard, alors que les avions ont conquis le ciel, y compris breton; et que nous sommes entrés il y a déjà un moment dans l’ère d’internet, le Président français va venir nous inaugurer le nouveau teuf-teuf. Celui-là même qu’on s’offre pour un milliard d’euros afin de nous mettre à 1h30 de Paris.
Attention : ce train ne met pas Paris à 1h30 de la Bretagne.
Sinon, ils le diraient aussi. Ce train ne fonctionne que dans un sens !
Voyons, Paris n’a pas besoin d’être à 1h30 de la Bretagne.
A force de réduire le temps de parcours entre la Bretagne orientale et Paris, cette partie du pays va finir par devenir banlieue de Paris.

Et si c’était un des côtés obscurs du projet ?

En réduisant de plus en plus l’espace temps entre l’est de la Bretagne et Paris, et en en faisant moins pour relier l’est du pays à la pointe ouest, il pourrait se produire un écartèlement.
Diviser plus pour mieux régner encore.
Nous vous en parlerons bientôt.

#CroirePlusEnNous

Précédent Aider le multilinguisme en Bretagne avec Lafayette
Suivant Aménagement routier en Bretagne : de qui se moque t-on ?

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 206 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Le volailler breton Doux va finir par y laisser ses plumes.

Doux, de crises en regroupements. Depuis les graves ennuis économiques du leader européen de la volaille, et sa dernière restructuration, on l’avait presque oublié. Doux a été regroupé avec Gastronome

Sabella, une PME bretonne dans l’aventure de l’énergie hydrolienne en mer

Cette entreprise quimpéroise d’environ quinze personnes, est en pointe dans le domaine de l’énergie hydrolienne. La Sabella D10 est la première hydrolienne française à avoir alimenté un réseau électrique. Cette installation de dix

La plus grande usine de grenades lacrymogènes est en Bretagne.

De la poudre noire aux grenades lacrymogènes. La société VECTAN est un leader européen de la fabrication de pyrotechnie et de poudres de chasse. Sa principale unité de fabrication se

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire