Partez à l’étranger … venez en Bretagne !

Partez à l’étranger … venez en Bretagne !

Tout en Bretagne semble différent pour les personnes qui y viennent !

Combien de fois n’avons-nous pas entendu de la part d’amis ou de membres de la famille vivant à l’étranger, dans l’Hexagone ou plus loin encore, qu’ils avaient l’impression, en Bretagne, d’être un peu à l’étranger. Il existe chez nous tellement de particularités, de singularités.
Cette impression on la retrouve quelle que soit la nationalité des visiteurs en Bretagne. Bien sûr, l’Espagnol ou le Néerlandais sait qu’il va à l’étranger quand il quitte son pays pour aller vers notre péninsule de début d’Europe. Mais ce même Espagnol ou Néerlandais a souvent une surprise en y arrivant : l’impression d’avoir traversé un pays, la France, pour parvenir à un autre, si différent, la Bretagne. Il en est de même pour les Français, qu’ils soient de Marseille, de Limoges ou de Nancy.

Il y a bien sûr la météo qui est différente.

Mais tellement d’autres réalités quotidiennes.
Les maisons d’habitation sont couvertes d’ardoises et ont des formes facilement reconnaissables. Le réseau routier, même les quatre voies, est totalement gratuit. Passé les deux péages à l’est de Rennes et au sud de Nantes, plus un centime à débourser pour rouler sur près de huit cent kilomètres. L’océan si présent, avec quelques 2700 kilomètres de côtes découpées. De la verdure partout : compte tenu de la qualité du système d’arrosage, la nature est partout très verte et fait parfois penser à l’Irlande. D’ailleurs, à part la conduite à droite en Bretagne, ne seraient-ce pas les Irlandais et les Gallois qui seraient les moins dépaysés en venant en Bretagne ?

Et puis il y a ce drapeau si présent.

Que dire de la gastronomie si particulière ? Aussi de l’amabilité et du sens incroyable de la fête des Bretonnes et des Bretons qui savent accueillir l’étranger d’où qu’il vienne ? Et puis il y a aussi cette omniprésence d’un drapeau noir et blanc qui participe à cette impression d’avoir changé de pays. Moins dans l’est, mais partout dans l’ouest, il y a aussi la signalétique bilingue qui interroge nos visiteurs, et qu’ils n’ont pratiquement pas rencontré ailleurs pour venir en Bretagne.

Qui mieux que des étrangers venant en Bretagne pour nous donner leur sentiment sur « l’étrangeté » de la Bretagne. Nous qui y vivons toute l’année, toute la vie, en sommes tellement imprégnés, que notre perception en est naturellement faussée.

Nous avons interrogés deux familles de passage en Bretagne à ce sujet.

A Nantes …

Tout d’abord, nous avons rencontré un jeune couple avec leur bébé venant de Marseille (France). Olivier et Aïcha ont roulé presque toute la nuit et viennent d’arriver à Nantes/Naoned. « Hier soir on a quitté une fournaise méditerranéenne. Et on a l’impression ce matin, d’être dans un autre monde. Il fait plus frais, et c’est agréable. On vient tout juste d’entrer en Bretagne. Mais c’est vrai qu’il y a des trucs qui nous projettent ailleurs. L’ambiance est différente, les gens plus courtois. Il y a aussi ce drapeau avec des bandes noires et blanches qui donne l’impression qu’on a changé de pays. L’an dernier, on est resté dans le sud de l’Europe et on est allé en Italie.  C’est aussi le drapeau italien qu’on voit de l’autre côté qui dit qu’on vient de changer de pays« .

Puis à Lorient.

Durant le Festival Interceltique, on a bu un verre en terrasse en compagnie de deux Danois. Judith et Morten vivent en grande banlieue de Copenhagen, la capitale du Danemark. « On est venu en voiture, tranquillement, en visitant tout le long de la route depuis le Danemark. Il y vraiment de belles choses en Europe. On a beaucoup aimé la Normandie et le Mont Saint Michel. Mais en entrant en Bretagne par Fougères, on a vraiment cru qu’on changeait de pays. Pourtant je crois que c’est encore la France ici, non ? Ici, à Lorient, on se sent très proche de l’Irlande, de l’Écosse et tout est différent de ce qu’on a traversé jusqu’ici. C’est comme si c’était un petit pays. D’ailleurs j’ai vu sur mon guide que la superficie et la population du Danemark et de la Bretagne ne sont pas si différentes. On aime vraiment la Bretagne et on reviendra. Sûrement« .

Partez à l’étranger … venez en Bretagne !

Précédent La pluie, une richesse en Bretagne, que bien d'autres pays nous envient déjà.
Suivant Célib, s'il te plaît reviens ... tu nous manques !

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 68 articles

Sur NHU, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente (avec alors une adresse en prenom.nom@nhu.bzh), en signant votre article, ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Danger du plastique pour nos oiseaux marins

La Bretagne est un pays maritime, et nos oiseaux marins sont en grand danger. Le danger est d’autant plus réel en Bretagne que notre pays dispose de quelques 2700 kilomètres

Les chinois investissent en Bretagne

Les chinois voient tout en grand. Si pour certains, la terre finit en Penn ar Bed. Pour d’autres, de plus en plus nombreux, il est évident que bientôt le soleil

Apiculture, abeilles et miel en Bretagne

L’apiculture en Bretagne, une déjà longue histoire … En Bretagne, du sud Loire à nos côtes nord, on recense environs 65000 ruches pour près de 5500 apiculteurs dont seulement une

3 commentaires

  1. mistigri
    août 11, 10:05 Répondre
    Vous écrivez hollandais pour néerlandais erreur fort commune en France et ailleurs. La Hollande n'est qu'une région des Pays-Bas. Comme de dire anglais pour britanniques ce qui plait beaucoup aux écossais. J'ai de le souvenir d'articles d'Ouest-France d'il y a 15 ans demandant aux nouveaux arrivants ce qu'ils pensaient de Brest. Réponse de la femme d'un jeune couple venant de Tunis : Entre Reims et Tunis ils avaient choisi Brest à cause de la mer, mais ce qui pourrait les faire partir, c'est qu'il fallait 2 à 3 heures pour .....être en France. Comme quoi, il n'y a pas que les voyageurs écrivains du XIX pour considérer la Bretagne comme un pays à part !
    • La Rédaction
      août 11, 15:17 Répondre
      Bonjour Martial et merci du commentaire. Vous avez parfaitement raison pour la différence entre Hollandais et Néerlandais. Nous corrigeons sans plus attendre. Merci de nous suivre et bonne fin de semaine. Cordialement / A galon.
  2. Dwrdan
    août 15, 14:45 Répondre
    ...nous avons reçu, l'an passé plus de 81.000 touristes étrangers -de france et d'ailleurs- ici à Pempont...! *nous ne sommes pourtant que...1.500 paimpontais ! - Et çà continue en 2017 !!!... notre "PIB" breton nous met désormais en droit d'exiger la Fédéralisation des Institutions hexagonales, à l'exemple de nos voisins, en récupérant -DANS UN PREMIER TEMPS- Notre Parlement...! *- Affaire à suivre de très près...!!! Dwrdan-

Laissez un commentaire