Beltaine, fête celtique veille de 1er Mai

Beltaine, fête celtique veille de 1er Mai

La fête de Beltaine, veille du 1er Mai.

Beltaine est dans l’année celtique qui est marquée par quatre grandes fêtes. Ainsi, la Fête du Renouveau (Beltan en breton) marquait le passage de la saison sombre à la saison de lumière. D’ailleurs, cette veille de 1er Mai fixait le début des travaux agraires et des activités champêtres. Mais également de la chasse et des conquêtes, des razzias et des guerres.

Pour Beltaine, les druides allumaient des feux immenses et purificateurs autour desquels le peuple dansait et faisait parfois des fêtes débridées pour chasser la saison froide. Il existe encore des traces de ces Fêtes de Beltane en Europe du nord. Également en Bretagne où nous pouvons danser autour d’un grand mât planté dans le sol et brûlé durant cette nuit de passage. Finalement vers la saison de la renaissance de la Nature, pour s’assurer bonheur, fertilité et prospérité.
En Écosse, plus de dix mille personnes participent chaque année au Beltane Fire Festival le 30 Avril à Edimbourg (Dùn Èideann).

Fête celtique de Beltaine et muguet porte bonheur

Brin de muguet porte bonheur

Le muguet se dit louzaouenn an hañv en breton, littéralement herbe d’été. Et il vrai que passé les jours dits des Saint de Glace des 11, 12 et 13 Mai, l’air devient très vite plus agréable, nous amenant vers l’été breton; la belle période des vacances et des festivals de toutes les musiques.

NHU vous offre ce brin de muguet et vous souhaite beaucoup de bonheur pour cette saison estivale qui commence.

Contenu texte libre de copie et de diffusion sous condition de mention de la source d’origine, soit www.nhu.bzh
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs

Précédent Décoloniser les provinces, de Michel ONFRAY
Suivant Kemenez Island, une expérience hors du commun.

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 143 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Brittany Maps, Kartennoù Breizh, Cartes de Bretagne

NHU Bretagne est une plateforme participative bretonne et citoyenne. Alors devenez acteur/actrice de cette page Facebook consacrée aux cartes de Bretagne. Nous sommes très attachés, comme vous l’avez sans doute

Le chômage en Bretagne

L’emploi en Bretagne, ou le chômage en Bretagne ? Que ce soit en français ou en breton, le chômage est un malheur. Comme sur de nombreux autres sujets, l’Europe est

Notre indifférence tue la biodiversité en Bretagne

La biodiversité s’appauvrit en Bretagne Les plus jeunes ne s’en rendent sans doute pas compte. Et pour cause, le mal progresse lentement. Lentement mais tellement sûrement. La Bretagne voit disparaître peu à

8 commentaires

  1. Rémy PENNEG
    avril 26, 14:28 Répondre
    Cette tradition de la vente de muguet a son origine dans les rues de Nantes vers 1932 après l'instauration de la Fête du Lait de Mai, fête purement nantaise créée par Aimé DELRUE, modeste commerçant nantais. Les jeunes gens nantais avaient pour tradition d'aller de ferme en ferme le 1er Mai pour boire du lait fraîchement tiré et tous les bénéfices de ces festivités étaient redistribués aux nécessiteux du quartier. Il existe à Nantes, plus grande des villes de Bretagne, un Square du Lait de Mai, depuis 2002. Votre brin de muguet du 1er Mai à 80% de chance de provenir de la région nantaise, qui produit annuellement quelques 60 millions de brins de muguet.
  2. En Bretagne, ce n'est pas le muguet ( qui est une mode venant des villes extérieures au pays) qui est de tradition mais la branche de mai (Koet Mae) posée sur les maisons pour les protéger des maléfices le 30 Avril au soir, avant le coucher du soleil. On peut en voir un peu partout en Morbihan brittophone encore aujourd'hui.
    • Rémy PENNEG
      mai 02, 19:14 Répondre
      Bonsoir Mikel, et merci de cette remarque très pertinente. S'agit-il d'un arbre ou d'un bois particulier ? Bonne soirée
      • Job
        mai 25, 13:44 Répondre
        Il s'agit le plus souvent de petites branches de hêtre, parfois d'aubépine. On les place principalement aux entrées des maisons (portes, fenêtres, etc.). C'est une tradition venant directement de l'ancienne fête celtique, alors que le brin de muguet est une mode récente. Gardons l'originalité de notre culture et faisons perdurer cette tradition de la branche de Mai !
        • Rémy PENNEG
          mai 25, 21:18 Répondre
          Bonsoir Job. Et merci de ce commentaire. Nous notons en début Avril prochain de vous contacter pour que vous nous écriviez un petit article sur cet Arbre de Mai. D'accord ? Mais si d'ici-là, vous souhaitez écrire dans nos colonnes sur un autre thème, ce serait avec plaisir.
          • Job
            mai 26, 14:38
            J'en serai ravi !
  3. RONAN
    février 17, 12:21 Répondre
    Sur la branche de mai ( en breton) http://www.kerlenn-sten-kidna.bzh/detail-lenn-da-delaou-fr/ar-barrad-mae.html
  4. plukif
    avril 30, 23:33 Répondre
    La tradition des "branches de mai" est connue dans diverses régions. En Champagne, les jeunes gens allaient couper de jeunes arbres et les accrochaient la nuit aux portes ou clôtures des maisons où vivaient des filles "à marier". Ils se faisaient offrir à boire. (parfois au-delà du raisonnable). La coutume voulait aussi qu'ils déplacent tout ce qui pouvait se déplacer: salons de jardins, outillage agricole ou de jardinage et même volets ou gouttières . La veille du 1er mai, nous savions qu'il ne fallait rien laisser traîner au risque de retrouver notre bien à l'autre bout du village. Je me suis vu ainsi démêler mon jet d'arrosage des branches d'un vieux tilleul où des garnements audacieux l'avaient perché ! Cette coutume des "mais" s'est peu à peu éteinte, la population plus jeune ne supportant plus les débordements traditionnels. Généralement , huit jours plus tard, les jeunes filles distinguées par leur "mai" offraient une soirée aux garçons. On appelait ça le "retour des mais".

Laissez un commentaire