Tro Breiz

« Le Tro Breiz n’est pas un lieu à gagner, c’est une boucle à boucler« 

La Bretagne a été peu à peu christianisée vers les Ve et VIe siècles. Surtout par le travail de sept moines venus du Pays de Galles et des Cornouailles, nos voisins du nord. Ces sept moines, devenus les Saint fondateurs de Bretagne étaient : Saint Corentin / Kaourintin (Kemper) et Sant Tugdual (Treger). Également Saint Pol Aurélien / Sant Paol (Saint Pol de Léon), Sant Brieg (Saint Brieuc) et Sant Malo (Saint Malo). Enfin Saint Samson / Sant Samzun (Dol) et Sant Patern (Vannes/Gwened).
Les retrouver tous, et bien d’autres à la Vallée des Saints.

La mémoire de ces sept moines fondateurs de ces sept évêchés (La Bretagne en compte neuf avec Nantes et Rennes) est toujours vivement entretenue, plus de 1600 ans plus tard, par ce Tro Breiz, pèlerinage en boucle, à l’origine d’environ 600 kilomètres, que tout(e) Breton(ne), faute de l’avoir réalisé de son vivant, était selon la légende condamné à le faire au royaume des Morts en avançant chaque siècle seulement de la longueur de son cercueil.

Le seul pélerinage au monde …

C’est sans doute le seul pèlerinage au monde à suivre cette circularité, constance de l’esprit celtique.

De nos jours, ce pèlerinage breton va d’une capitale d’évêché à une autre chaque année, en une semaine. Il n’existe pas d’ordre de départ, l’important étant d’avoir marché les sept étapes dans sa vie. « Le Tro Breiz n’est pas un lieu à gagner, c’est une boucle à boucler« .

tro Breizh

Tro Breiz 2018 etre Lanndreger ha Sant Brieg

Beaucoup font le Tro Breiz pour des raisons évidemment religieuses et traditionnelles, mais d’autres le font pour le plaisir de la randonnée ou pour découvrir le patrimoine fantastique des innombrables monuments à découvrir tout au long du chemin, passant d’une cathédrale majestueuse à une minuscule chapelle dans son écrin de verdure, longeant des abbayes et des manoirs. Tout une partie du fabuleux patrimoine de la Bretagne, religieux et païen, se découvre durant ce Tro Breiz.
Participer au Tro Breiz est également pour de plus en plus de bretonnes et de bretons l’affirmation d’appartenance à un territoire et à un peuple.

En 2018, le Tro Breiz quittera Tréguier/Lanndreger pour se rendre à Sant Brieg du 30 Juillet au 04 Août.

En savoir plus : www.trobreiz.com

Autre aspect très intéressant : l’association qui préside à cette organisation, grâce aux dons, acquiert des chapelles à l’abandon sur les chemins traversés pour leur réhabilitation. Oeuvrant ainsi à la sauvegarde de notre patrimoine national.

Chapel ar sonj - Tro Breiz

Tro Breiz – Chapel ar sonj – www.trobreiz.com

Pourquoi toujours demander ailleurs ce qu’on peut faire soi-même. Sauvons nous-mêmes notre patrimoine – (NHU est l’acronyme de Ni Hon-Unan, qui signifie « nous-mêmes » en langue française »)
Avant l’apparition de l’orthographie normalisée et moderne de la langue bretonne, Bretagne s’écrivait Breiz sans « h ». Toute langue évolue et aujourd’hui, Bretagne s’écrit Breizh, mais le Tro Breiz conserve la graphie initiale.

Précédent Music Festivals Awards 2017 : la Bretagne rafle presque tout !
Suivant Démocratie et population : small is great !

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 217 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Produit en Bretagne

Pour consommer d’abord le produit en Bretagne En 1993, Jean-Claude SIMON, Claude PUJOL, Jean-Michel BORDAIS, Jean-Marie LE GALL, Jean-Yves CHALM, Jean BANNIER et Gilles FALC’HUN créent de toutes pièces une association

Bretons contre Francs au temps de Charlemagne.

Remettre les références à leur place. Pour cette période comme pour les siècles antérieurs, nous sommes condamnés à nous contenter de trop rares sources écrites et d’autant plus aléatoires qu’elles

Le désert médical, un mal qui grignote la Bretagne.

Un désert médical s’installe en Bretagne. Le désert médical devient de plus en plus courant en Bretagne. Force est de constater que nous assistons depuis un temps certain à l’installation

6 commentaires

  1. ELsa
    juin 19, 17:14 Répondre
    Voilà donc un bon article, bien passionnant. J'ai beaucoup aimé et n'hésiterai pas à le recommander, c'est pas mal du tout ! Elsa Mondriet
  2. Sinjin
    novembre 24, 12:01 Répondre
    Un article bien sympa qui m'a apporté quelques informations bien utiles. Un grand merci et une bonne journée à tous.
  3. Larochelle
    avril 26, 08:34 Répondre
    Merci pour ce partage, c'est pas mal du tout. Je m'occupe de la partie actu pour la ville de la Rochelle et je ne vais pas hésiter à relayer votre article. Cordialement.
  4. Laura Keffelec
    mai 01, 17:51 Répondre
    Demat.. Considérer que ces 7 "personnages" sont les fondateurs de la Bretagne, c'esr génocider d'un revers de manche toute l'histoire bretonne qui a précédé, , c'est à dire des dizaines de milliers d'années, (voire plus puisque les premières traces de cuvlisation sur le sol breton remonte à 700 mille ans disent les archéologues ayant trouvé des pointes de lance en silex), c'est nier que le Druidisme est le socle fondateur du Celtisme (les Druides étaient m^me là avant la deuxième migration) (évidemment religion oblige), c'est ethnocider notre culture, civlisation par acceptation de la colonisation chrétienne, qui, sous prétexte d'éloignerr les peupels celtes d'une spiriutlaité nommée prmaire sans âme) (comme l'église le fit dans toutes les terres présentant un intérêt politique, riches et fortes, il n'y avait plus qu'à occuper et masscarer pour rpendre), a , en fait, éloigner l'humain de son lien primoridial avec la Natire, ses lois , cycles et fonctionnements immuables, incontournables, opposables à tous, de ce fait, le privant de son identité vraie.. ! a bloqué la science pedant des sicèles en faisant arrêter les chercheurs et découvrueurs, inventeurs, a persécuté ceux qui ne se convertissaient pas (pouruqoi ne pas avoir laisser le libre choix aux gens ?? hin ??) pourquoi profaner les mégalithes pour ensuite nous servir le fameux "chrisitnaisme celtique" ? le socle du celtisme c'est le pagnaisme drudique et nul autre .. ! les relgions, toutes, ne sont que des prétextes pour colonsier les peuples avec les politiques derrière, ici nous avons rome qui paracheva ainsi l'ouevre que césar, éjecté de la celtie, n'avait pu terminer ..ni plus, ni moins (rappelon nous l'oeubre génocidaire du romain Maewenn Succat Culpurcius, allais st patrick , chargé par son père, le patricien romain Culpurcius de souettre l'iralnde à Rome, mandaté pour cela par le pape célestin 1er.. les irlandais se sont faits bernés et faibles dans leur fidélité au drudise, ont été la brêche oiuverte pour conquérir la Celtie .. la Bretagen fut la moins toucéhe dans son fodn, car les rites pagans ont continué dans les sous-terrains des Forêts scarées où les Druides s'étaien réfugiés et poursuivaient leurs ouevres, observation, étude et enseignement de la nature , pérésiant notre culturel et cultuel, qui nous a ainsi été transmis de génération de druides en génération de druids, et de nos jours, nous l'avons enhéritage (pour les Druides sous-terrains authentiques) .. voilà la triste réalité, cessons de faire l'apologie des relgions dans le monde, elles n'ont apporté que guerres, divisions, massacres, perséctuoons, sectarisme et intorlance, jamais le bonheur des peuples conquis
    • Rémy PENNEG
      mai 01, 18:28 Répondre
      Bonsoir Laura et merci de ce long commentaire. NHU ne fera jamais l'apologie d'une religion, quelle qu'elle soit. Nous respectons en cela les croyances de chacun. Dans cet article sur le <a href="https://www.nhu.bzh/tro-breiz/">Tro Breiz</a>, nous ne voulons évoquer que la tradition pour les uns, la croyance (sans parti pris), la randonnée pour d'autres. Et nous abordons aussi Samhain et Beltaine. Merci de nous suivre.
    • sirch47
      février 22, 08:25 Répondre
      Votre commentaire a au moins eu le mérite de me faire relire l'article et même après la seconde lecture je n'y ai trouvé d'affirmation que ces 7 "personnages" comme vous dites auraient été les "fondateurs de la Bretagne". Pour ceux à qui cette phrase d'introduction de l'article aurait échappé je la recopie ici : "La Bretagne a été peu à peu christianisée vers les Ve et VIe siècles. Surtout par le travail de sept moines venus du Pays de Galles et des Cornouailles, nos voisins du nord." Que l'on soit chrétien ou pas, on ne peut nier que la Bretagne a été christianisée et c'est ce que Rémy nous rappelle puisqu'il y a un lien évident entre cette christianisation et l'origine du "Tro Breiz". Bien sûr, comme il le dit, on fait cette randonnée pour toutes les raisons qu'on veut et il en est de même avec le Chemin de Saint Jacques de Compostelle, que j'ai fait et pour des raisons tout à fait personnelles, sans aucune connotation religieuse ... ce qui ne m'a pas empêché en chemin d'admirer le patrimoine religieux ou non .

Laissez un commentaire