Evoware le Tupperware qui se mange : idéal pour la Bretagne. Pourquoi ?

Tupperware c’est du plastique. Evoware ce sont des algues.

Il faut du pétrole pour fabriquer le fameux plastique Tupperware. Et la tendance n’est plus au plastique. Tupperware en paye d’ailleurs en ce moment-même les conséquences, en fermant des usines.

Et si nous mangions l’emballage ?

Evoware est une société indonésienne qui met sur le marché des contenants à base d’algues qui se mangent. Ces sachets de thé et de cafés fondent au contact de l’eau chaude et n’altèrent bien sûr en rien le goût de votre boisson chaude préférée. Plus aucun déchet. Cet emballage révolutionnaire se conserve parfaitement durant deux ans sans souci.

Quand l’emballage devient aliment.

Votre Tupperware protégeant votre aliment n’est pas comestible. Votre Evoware le devient. A base d’algues cultivées, votre emballage Evoware devient une source de fibres, de vitamines et de précieux minéraux. Evoware propose aussi d’emballer des produits non-alimentaires dans des films d’algues biodégradables. Mais c’est tellement mieux quand vous mangez votre wrap et sa propre feuille d’emballage.

Une solution pour nettoyer les océans.

Aujourd’hui encore trop d’emballages plastiques terminent leur vie dans nos océans. Ils y resteront des dizaines d’années, voire des siècles. Causant d’importants dommages à la biodiversité et à l’environnement. Ce procédé Evoware à base d’algues est finalement beaucoup plus respectueux de la vie marine, comme de la nôtre.

algue, atouts, evoware

La Bretagne, le pays de l’algue

La Bretagne est le plus vaste champ d’algues d’Europe.

Et le dixième dans le monde. Quelle fantastique opportunité cette invention indonésienne peut représenter pour notre pays. Quand on possède vers 2700 kilomètres de côtes maritimes, comme c’est le cas de la Bretagne, on se doit de donner l’exemple dès lors qu’on évoque l’océan. Ce n’est pas tout d’être parmi les meilleurs du monde en nautisme, en construction navale, en algoculture … Il faut aussi être exemplaire quand il s’agit de protection des milieux marins et de leur optimisation.
La Bretagne a un vrai rôle international à jouer en ce vaste domaine d’avenir.

http://www.evoware.id

Précédent L'Europe fédérale est pour vous une "contagion" ou la Démocratie en marche ?
Suivant Exceptionnel : en mode symphonique les hymnes européen et breton

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 217 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Un retour de l’Écotaxe en Bretagne ? Certains y pensent à Paris.

L’Écotaxe en Bretagne, le retour ? Les Assises de la Mobilité (!!) se tiennent en ce moment à Paris et vont durer trois mois. Trois mois d’intenses réunions et de

La Bretagne à l’entrée du premier couloir maritime du monde.

Seulement quelques rares endroits au monde voient passer autant de navires dans un couloir maritime. Et la Bretagne en est le premier, devant Singapour, Malacca, le Bosphore, Gibraltar … Près de 20% du

Aménagement routier en Bretagne : de qui se moque t-on ?

Cinquante ans après, l’aménagement routier du centre Bretagne n’est toujours pas terminé ! Sous la pression du CELIB Comité d’Études et de Liaisons des Intérêts Bretons, le 09 Octobre 1968, l’État

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire