couloir maritime Bretagne

La Bretagne à l’entrée du premier couloir maritime du monde

de NHU Bretagne
Publié le Dernière mise à jour le

Seulement quelques rares endroits au monde voient passer autant de navires dans un couloir maritime.
Et la Bretagne en est le premier, devant Singapour, Malacca, le Bosphore, Gibraltar …

Près de 20% du trafic maritime mondial circule près de nos côtes bretonnes.

Tout particulièrement entre les Cornouailles au nord et la Bretagne au sud, dans sa partie la plus large donnant accès à l’Atlantique nord. Ce bras de mer connu par les limitrophes comme English Channel par les anglais. Manche par les français, Mor Breizh (Mer de Bretagne) par les Bretons. Enfin, Mor Bretannek par les Cornouaillais.

Simplement le couloir maritime le plus fréquenté du globe.

Chaque jour six cent navires empruntent ce couloir maritime, le rail d’Ouessant. Donc plus de 200000 chaque année. Et ce trafic ne cesse de croître, ici comme ailleurs, d’environ 10% par an.

La Bretagne est-elle encore, est-elle toujours, une puissance maritime ?

cCouloir maritime Bretagne

La Bretagne est à la porte du plus important couloir maritime du monde : on en fait quoi ?

A NHU Bretagne nous posons des questions simples.

Comment se fait-il, qu’avec une telle situation géographique, unique au monde, la Bretagne ne se soit pas dotée d’une industrie de réparation navale parfaitement digne de ce positionnement névralgique ?

Car dans tous les autres détroits du monde, situés au plus près de ces autoroutes maritimes, existe des activités maritimes à la hauteur du trafic. Dont des chantiers de réparation navale et des quais adaptés. Également des infrastructures d’accueil. Enfin une vraie base containers. La Bretagne n’en accueille qu’une sur son territoire. Dans notre sud, à Montoir de Bretagne, Loire Atlantique.

Mais à la pointe occidentale de Bretagne, il n’en est presque rien. Pourquoi ?


Parce qu’il existe dans le nord Finistère un abri fabuleux dont beaucoup de pays aimeraient disposer : la Rade de Brest. En outre, un goulet bien protégé pour y entrer en toute sécurité. Et au débouché une large zone de mouillage et de manoeuvre donnant sur le port de commerce de Brest.

Quand verrons-nous un cluster maritime breton ?

Autant de vraies questions que l’état central évite.
Tandis que la trop molle présidence de la Région Bretagne administrative les contourne trop souvent.
La Bretagne doit reconquérir des pans entiers d’autonomies qu’elle a naguère abandonné à l’état central. C’est la seule condition préalable pour retrouver sa position, profiter pleinement de ses atouts et bénéficier de son plein dynamisme.

#CroirePlusEnNous
#DeciderNousMemes
#BretagneAutonomie

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

3 commentaires

L’emploi en Bretagne, ou le chômage en Bretagne ? 27 juillet 2015 - 16h20

[…] d’Europe, les plus travailleurs et innovateurs, résolument tournés vers le monde, dans un territoire maritime et agricole riche parmi les premiers d’Europe, pourquoi ne sommes-nous pas en Bretagne, vers un […]

Répondre
Erick45 9 février 2018 - 16h02

C’est la France!

Répondre
La Rédaction 10 février 2018 - 9h55

Non c’est l’Europe

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.