• La Bretagne à l’entrée du premier couloir maritime du monde.
  • La Bretagne à l’entrée du premier couloir maritime du monde.

La Bretagne à l’entrée du premier couloir maritime du monde.

Seulement quelques rares endroits au monde voient passer autant de navires dans un couloir maritime.
Et la Bretagne en est le premier, devant Singapour, Malacca, le Bosphore, Gibraltar …

Près de 20% du trafic maritime mondial circule près de nos côtes bretonnes.

Tout particulièrement entre les Cornouailles au nord et la Bretagne au sud, dans sa partie la plus large donnant accès à l’Atlantique nord. Ce bras de mer connu par les limitrophes comme English Channel par les anglais. Manche par les français, Mor Breizh (Mer de Bretagne) par les Bretons. Enfin, Mor Bretannek par les Cornouaillais.

Simplement le couloir maritime le plus fréquenté du globe.

Chaque jour six cent navires empruntent ce couloir maritime, le rail d’Ouessant. Donc plus de 200000 chaque année. Et ce trafic ne cesse de croître, ici comme ailleurs, d’environ 10% par an.

La Bretagne est-elle encore, est-elle toujours, une puissance maritime ?

couloir maritime : Brittany Ferries, Pont Aven

Le ferry breton Pont Aven de la Brittany Ferries, l’un des plus modernes et beaux d’Europe

A NHU Bretagne nous posons des questions simples.

Comment se fait-il, qu’avec une telle situation géographique, unique au monde, la Bretagne ne se soit pas dotée d’une industrie de réparation navale parfaitement digne de ce positionnement névralgique ?

Car dans tous les autres détroits du monde, situés au plus près de ces autoroutes maritimes, existe des activités maritimes à la hauteur du trafic. Dont des chantiers de réparation navale et des quais adaptés. Également des infrastructures d’accueil. Enfin une vraie base containers. La Bretagne n’en accueille qu’une sur son territoire. Dans notre sud, à Montoir de Bretagne, Loire Atlantique.

Mais à la pointe ouest de Bretagne, il n’en est presque rien. Pourquoi ?

Parce qu’il existe dans le nord Finistère un abri fabuleux dont beaucoup de pays aimeraient disposer : la Rade de Brest. En outre, un goulet bien protégé pour y entrer en toute sécurité. Et au débouché une large zone de mouillage et de manoeuvre donnant sur le port de commerce de Brest.

Quand verrons-nous un cluster maritime breton ?

 

Précédent Une langue dont l'enseignement n'est pas obligatoire à l'école est condamnée à mort.
Suivant Biographies de Bretagne : recueillir et transmettre la mémoire des humbles

A propos de l'auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 221 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Le sel de Guérande, l’or blanc de Bretagne

Les interviews de NHU Bretagne : le sel de Guérande/holen Gwenrann. Pour ce nouvel entretien, nous nous sommes rendus dans le sud du pays. Précisément à Batz sur Mer/Bourc’h Baz,

Défendre Arkéa c’est défendre l’emploi en Bretagne.

Vous ne comprenez rien au conflit qui oppose Arkéa et le reste du Crédit Mutuel ? Le problème est simple : une entreprise bancaire innovante et territoriale qui lutte contre son annexion

Eco Solar Breizh : la Bretagne invente les mobilités de demain.

La voilà la voiture urbaine Hx2 de Eco Solar Breizh, selon The World News Un prototype fut mis au point dès 2013 sous le nom de code de Heol. Mot

3 commentaires

  1. […] d’Europe, les plus travailleurs et innovateurs, résolument tournés vers le monde, dans un territoire maritime et agricole riche parmi les premiers d’Europe, pourquoi ne sommes-nous pas en Bretagne, vers un […]

Laissez un commentaire