Ports bretons – la trahison du gouvernement français

Ports bretons – la trahison du gouvernement français

Trahison et abandon …

Jean Jacques GOASDOUE est un spécialiste logistique breton (Brittany Ferries, STEF-TFE,…). Il réagit suite à la trahison des ports bretons, victimes des choix de la Commission Européenne et des gouvernements français et hollandais.

Il est clair que pour l’ensemble des réseaux logistiques irlandais, suite au Brexit, la voie naturelle passe par la Bretagne. Avec Cork – Roscoff pour les transports par camions et Cork – Dublin – Brest pour les conteneurs.

Voie routière.

Pour le transport par camions une navette maritime Cork / Roscoff est évidemment la solution la plus économique avec une faisabilité immédiate. Les prolongements routiers au départ de Bretagne sur l’ensemble de l’Europe étant également les plus compétitifs par rapport aux ports belges ou hollandais. Ou par rapport au Havre/Dunkerque. En particulier bien sûr pour la péninsule ibérique et l’Italie. Ainsi que le sud d’un axe Caen Francfort. Enfin pour toutes destinations continentales en termes de temps global de transport (maritime+ terrestre).

Voie maritime.

Pour les conteneurs il est également clair qu’un hub sur Brest connectant les ports clés espagnols et portugais + Tanger aux ports de la mer du nord + Baltique ou viendraient se connecter Cork, Dublin, Belfast – cet ensemble relié par des navires de capacité autour de 1500 / 2000 conteneurs – est la solution idéale à tous égards.

Voie ferroviaire.

Sue le plan ferroviaire fret via Transfer, filiale des transports Lahaye de Rennes, des solutions de ferroutage seraient actuellement activables au départ de Brest sur plusieurs destinations. En commençant par l’axe Rhône-Alpes-Méditerranée-Italie.
Des logisticiens et économistes bretons sont à même de calculer précisément les volumes de frets potentiels sur chaque segment. Ainsi que les tarifs de marché par chaque mode de transport, les acteurs crédibles en capacité de développer les infrastructures et solutions opérationnelles. Mais ils ne sont jamais consultés.

La France est un nain maritime.

La France est un nain maritime en Europe. Voir l’article du Télégramme du 16 décembre 2017 consacré à Christian Buchet spécialiste mondialement reconnu de l’histoire maritime : « Nous avons conçu la mer comme un mur plus ou moins infranchissable au même titre que les Alpes et les Pyrénées« . Résultat : 2,2 millions conteneurs au Havre contre 40 millions entre Zeebruges et Hambourg. Également 1,2 million à Marseille, 20 millions en Italie et Espagne. Un désert sur les ports de l’Atlantique français…

La Bretagne a ainsi perdu toutes ses capacités de leadership maritime européen dans un ensemble férocement jacobin. Ou les Jupiters de l’Elysée et leurs énarques ont succédé aux despotes absolus de Versailles et leurs petits marquis. Uniquement obnubilés d’inventivités fiscales et totalement lobotomisés de toutes capacités stratégiques en termes de développements de logistiques maritimes.

Existe-t-il un seul domaine économique en France qui démente cet axiome ?

Jean Jacques GOASDOUE
Article également paru dans 7Seizh et Pour la Bretagne

Previous Cheese my Baby, pour fabriquer du fromage en Bretagne.
Next Glenmor, le barde breton éveilleur de nos consciences ...

Á propos de l'Auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 290 posts

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Algues vertes en Bretagne : tous co-responsables !

Algues vertes en Bretagne : une caricature ? Faites un test tout simple : sur votre moteur de recherche préféré, inscrivez les deux mots séparés du signe + « algues+Bretagne ». Le

La Bretagne toujours contaminée par l’uranium d’Areva.

Peu d’entre nous le savent, mais la Bretagne fut un gisement d’uranium durant une trentaine d’années. Le sous-sol de Bretagne est riche de nombreux minerais, terres rares et métaux précieux.

Sabella, une PME bretonne dans l’aventure de l’énergie hydrolienne en mer

Cette entreprise quimpéroise d’environ quinze personnes, est en pointe dans le domaine de l’énergie hydrolienne. La Sabella D10 est la première hydrolienne française à avoir alimenté un réseau électrique. En

1 Comment

  1. aime jean
    juin 05, 09:16 Reply

    Très bon article, très clair !

    il manque, néanmoins la solution/conclusion !!

    du genre : La solution passe par une Bretagne indépendante !!!

Laissez votre réponse