Ports bretons – la trahison du gouvernement français

Ports bretons – la trahison du gouvernement français

Trahison et abandon …

Jean Jacques GOASDOUE est un spécialiste logistique breton (Brittany Ferries, STEF-TFE,…). Il réagit suite à la trahison des ports bretons, victimes des choix de la Commission Européenne et des gouvernements français et hollandais.

Il est clair que pour l’ensemble des réseaux logistiques irlandais, suite au Brexit, la voie naturelle passe par la Bretagne. Avec Cork – Roscoff pour les transports par camions et Cork – Dublin – Brest pour les conteneurs.

Voie routière.

Pour le transport par camions une navette maritime Cork / Roscoff est évidemment la solution la plus économique avec une faisabilité immédiate. Les prolongements routiers au départ de Bretagne sur l’ensemble de l’Europe étant également les plus compétitifs par rapport aux ports belges ou hollandais. Ou par rapport au Havre/Dunkerque. En particulier bien sûr pour la péninsule ibérique et l’Italie. Ainsi que le sud d’un axe Caen Francfort. Enfin pour toutes destinations continentales en termes de temps global de transport (maritime+ terrestre).

Voie maritime.

Pour les conteneurs il est également clair qu’un hub sur Brest connectant les ports clés espagnols et portugais + Tanger aux ports de la mer du nord + Baltique ou viendraient se connecter Cork, Dublin, Belfast – cet ensemble relié par des navires de capacité autour de 1500 / 2000 conteneurs – est la solution idéale à tous égards.

Voie ferroviaire.

Sue le plan ferroviaire fret via Transfer, filiale des transports Lahaye de Rennes, des solutions de ferroutage seraient actuellement activables au départ de Brest sur plusieurs destinations. En commençant par l’axe Rhône-Alpes-Méditerranée-Italie.
Des logisticiens et économistes bretons sont à même de calculer précisément les volumes de frets potentiels sur chaque segment. Ainsi que les tarifs de marché par chaque mode de transport, les acteurs crédibles en capacité de développer les infrastructures et solutions opérationnelles. Mais ils ne sont jamais consultés.

La France est un nain maritime.

La France est un nain maritime en Europe. Voir l’article du Télégramme du 16 décembre 2017 consacré à Christian Buchet spécialiste mondialement reconnu de l’histoire maritime : « Nous avons conçu la mer comme un mur plus ou moins infranchissable au même titre que les Alpes et les Pyrénées« . Résultat : 2,2 millions conteneurs au Havre contre 40 millions entre Zeebruges et Hambourg. Également 1,2 million à Marseille, 20 millions en Italie et Espagne. Un désert sur les ports de l’Atlantique français…

La Bretagne a ainsi perdu toutes ses capacités de leadership maritime européen dans un ensemble férocement jacobin. Ou les Jupiters de l’Elysée et leurs énarques ont succédé aux despotes absolus de Versailles et leurs petits marquis. Uniquement obnubilés d’inventivités fiscales et totalement lobotomisés de toutes capacités stratégiques en termes de développements de logistiques maritimes.

Existe-t-il un seul domaine économique en France qui démente cet axiome ?

Jean Jacques GOASDOUE
Article également paru dans 7Seizh et Pour la Bretagne

Précédent Cheese my Baby, pour fabriquer du fromage en Bretagne.
Suivant Glenmor, le barde breton éveilleur de nos consciences ...

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 203 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

NHU Bretagne vient d’accueillir son 100e Contributeur.

Nous sommes très heureux d’accueillir le 100e Contributeur, que nous remercions. Jacques Yves LE TOUZE se défini comme Démocrate, Lorientais, Breton et Européen. Nous avions déjà publié en Août 2017

Evoware le Tupperware qui se mange : idéal pour la Bretagne. Pourquoi ?

Tupperware c’est du plastique. Evoware ce sont des algues. Il faut du pétrole pour fabriquer le fameux plastique Tupperware. Et la tendance n’est plus au plastique. Tupperware en paye d’ailleurs

Les start-up bretonnes en force au CES2018 de Las Vegas

Quest-ce qu’une start-up ? Une start-up est d’abord une entreprise très jeune, très récente. Elle a en mains un produit ou un service nouveau, innovant. En outre, son ambition est

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire