• Le Château de Suscinio en Bretagne : gestion de plus en plus privée !
  • Le Château de Suscinio en Bretagne : gestion de plus en plus privée !
  • Le Château de Suscinio en Bretagne : gestion de plus en plus privée !

Le Château de Suscinio en Bretagne : gestion de plus en plus privée !

Le Château de Suscinio est un des joyaux du patrimoine de Bretagne.

Le Château de Suscinio/Kastell Susinioù fut une des résidences des Ducs de Bretagne dès la fin du Moyen Âge. Ce magnifique château fort est pour la première fois mentionné dans une missive de Pierre de Dreux en 1218. Cet édifice, qui fut agrandi au fil du temps, est établi sur la Presqu’île de Rhuys/Gourenez Rewiz, en bord d’océan. Entouré de marais, il était la place forte commandant aux entrées vers Vannes/Gwened, cité alors très importante.
Le Duc de Bretagne Jean Ier fera aménager autour du château un parc de plus de deux mille hectares entourés d’un haut mur. Ce sera une véritable réserve de gibiers. Les étangs fourniront les poissons et les forêts le bois de construction et de chauffe. Susinioù deviendra un grand domaine agricole aux productions variées. Parmi lesquelles des moulins et des vignes, des étangs et de vastes vergers, des salines et des bois.

Des ruines à la renaissance …

C’est sans doute sous le règne du Duc de Bretagne Jean II, de 1286 à 1305 que le Château de Suscinio connaîtra ses plus grands travaux.

 

Château de Suscinio

Château de Suscinio en Bretagne, les ruines

Au fil des siècles, ce château changera maintes et maintes fois de propriétaires et de locataires. En 1599, les toitures et grandes cheminées seront emportées par une violente tempête. A la Révolution de 1789, il sera vendu comme “bien national” au marchand Pascal Lange pour la somme de cinq mille francs. Ce dernier pillera l’édifice en revendant tout ce qui peut l’être. Puis il sera acheté par le vicomte Jules de Francheville en 1852 qui l’entretiendra correctement. Ce n’est qu’en 1965 que le Conseil Départemental du Morbihan fera son acquisition. Le Château de Suscinio, sur la commune de Sarzeau/Sarzhav intègre la patrimoine commun du Morbihan, et de fait de la Bretagne.
Depuis 1965, le Conseil Départemental du Morbihan oeuvre avec passion et acharnement à la restauration de ce joyau du patrimoine de Bretagne.

Aujourd’hui, le Château de Suscinio, dans un parc d’une soixantaine d’hectares, est le troisième château le plus visité de Bretagne. Après le Château des Ducs de Bretagne à Nantes/Naoned, et celui de Fort La Latte.

château-de-suscinio

Localisation du Château de Suscinio en Bretagne

Propriété publique mais gestion privée !

Après avoir confié la gestion du site à Sagemor et Saur, le Conseil Départemental du Morbihan a choisi le groupe Kléber Rossillon. Précisément depuis le 1 er Janvier 2018, par “convention de délégation de service public”. Et ce, pour une période de douze années.
Jusqu’alors, les sociétés privées ne géraient que le château. Le groupe français Kléber Rossillon gèrera la totalité du domaine des soixantes hectares. Dont le parc, les étangs, les marais et les bois alentours.

Retrouvez le document de promotion du Château de Suscinio

Qui est ce groupe d’affaires Kleber Rossillon ?

En 1965 Philippe ROSSILLON, énarque et grand défenseur de la francophonie, achète la forteresse française du XIIIe siècle de Castelnaud en Dordogne. Le fils de Philippe, Kléber, est un des héritiers de la famille Schlumberger et fait partie des victimes financières du scandale Madoff. Dans cette affaire, conseillé par un certain Maître Olivier METZNER, Kléber ROSSILLON a perdu quatre millions d’euros (source Le Journal du Dimanche 12 Avril 2009).
Par ailleurs, Kléber est le fils de Véronique SEYDOUX, petite fille de René SEYDOUX qui dirigea le groupe Schlumberger (Gaumont, Pathé, Chargeurs ….)

Un premier site en Bretagne.

Le fondateur de l’actuel groupe est Kléber ROSSILLON. Ce marchand commence par la gestion des Jardins de Marqueyssac en France. Jardins célèbres pour ses 150 000 massifs de buis et ouverts au public depuis 1997. Puis Kléber ROSSILLON continuera son expansion en ce domaine de gestion de sites touristiques. Actuellement le groupe gère neuf sites en France, un en Belgique. Et donc un premier en Bretagne. Ainsi, c’est près de 1,6 million de personnes qui visitent chaque année les sites du groupe.

Château de Suscinio

Château de Suscinio en Bretagne – Geneviève et Kléber Rossillon

L’affaire de famille se poursuit …

Ainsi donc après le père fondateur Kléber, c’est sa fille Geneviève qui est aux commandes depuis 2017. Geneviève Rossillon est une jeune femme dynamique passée par HEC Hautes Études Commerciales.
L’entreprise est spécialisée dans la “gestion des sites et monuments historiques et attractions touristiques”. Son siège est situé à Neuilly sur Seine en région parisienne.
Parmi les missions du groupe :
– Programme de sauvegarde et de restauration.
– Également la mise en valeur des espaces extérieurs
– La conception et réalisation de muséographies
– Puis la création d’animations, d’évènements et de programmes pédagogiques
– La production et organisation d’expositions
– Le déploiement d’une politique de commercialisation et de marketing
– Enfin la création de services adaptés et respectueux des lieux (boutiques…)
Dans une conférence de presse de fin 2017, le groupe annonçait un investissement global de deux millions d’euros sur douze années pour Suscinio… dont de suite 1,8 million dès la première année.

Professionnalisme et business.

Certes, le propriétaire du domaine reste le département, donc un bien public commun patrimonial. C’est l’Histoire de Bretagne qui nous a légué ce domaine. Il est normal qu’il reste un bien public. Mais cette fois, ce n’est pas seulement la gestion du château qui est confiée à une société privée, mais l’ensemble du domaine.
Le groupe Kléber Rossillon a fait un travail remarquable depuis début 2018 à Suscinio/Susinioù. Et le département s’est débarrassé d’une corvée.

Mais quelques questions mériteraient plus de transparence.

Par exemple, qui finance les grands travaux de restauration qui continuent : est-ce l’argent public des Morbihannais ou l’argent privé de Kléber Rossillon ?
Comment se répartissent les recettes des entrées des plus de 130 000 visiteurs que Geneviève ROSSILLON s’est engagé à doubler durant cette période ? A raison d’un droit d’entrée moyen vers cinq euros (quand l’entrée “normale” est à 9,80 euros !), ce sont 650 000 euros de recettes dès 2018. Et les autres recettes comme les produits dérivés ?

Au RCS Registre de Commerce et des Sociétés et à l’INSEE, nous trouvons bien la société GDS Gestion du Domaine de Suscinio, immatriculée le 05 Décembre 2016. Adresse : Route du Duc Jean V à Sarzhav. Il s’agit d’une SARL unipersonnelle. La première année, c’était Kléber ROSSILLON le gérant. Depuis le 02 Décembre 2017, c’est sa fille Geneviève ROSSILLON.
Le capital n’est que de dix mille euros. Dommage, les comptes ne sont pas disponibles sur Internet.

La Bretagne ignorée …

Car pour le groupe d’affaires Kléber Rossillon, le Château de Suscinio n’est qu’un produit. Un produit à rentabiliser. C’est, me direz-vous, le but d’une entreprise privée. Ce château est située en Bretagne et a été une des résidences de la cour des Ducs … de Bretagne. Mais de cela, son actuel gestionnaire n’en a cure. L’identité bretonne de ce château est au mieux globalement ignorée, oubliée. Au pire, elle est sciemment niée. Le Conseil Départemental du Morbihan a t-il, lui-même, souhaité qu’il en soit autrement ?
Certes il existe une certaine signalétique trilingue qui place le breton après le français, et après l’anglais comme autre langue étrangère.
Les animations 2019 évoquaient l’imaginaire : Arthur, les fées, les monstres … Très bien et pourquoi pas. A quand des animations concernant l’Histoire de Bretagne ?

Cachez-moi ce mot “Bretagne” que je ne saurai voir !

Les animations et scénographies sont de qualité. Il faut reconnaître incontestablement le professionnalisme des “délégataires de service public”.
Pour les animations futures, pour les petits et les grands, je propose un jeu intitulé : “cherchez le mot Bretagne !”.
Le mot “Bretagne” est rare dans le Château de Suscinio. Le mot “Bretagne” serait-il devenu à ce point tabou qu’on ne puisse l’écrire dans ce château des Ducs de Bretagne durant des siècles ?
Est-ce Geneviève Rossillon, pas Bretonne pour un gwenneg qui l’aurait décidé ?
A moins que ce ne soit le Conseil Départemental du Morbihan lui-même, sous la houlette de Fañch Goulard ?

Château de Suscinio

Château de Suscinio – Nouvelle animation : cherchez le mot Bretagne dans le château.

 

Château de Suscinio

Château de Suscinio – Nouvelle animation : cherchez le mot Bretagne dans le château. Hag e brezhoneg ?

 

Trugarez dit Iffig 😉

Bretagne, terre de châteaux.

Les châteaux de Bretagne …

Previous Loïg CHESNAIS-GIRARD, vous avez du courrier !
Next Ar brezhoneg a gan par Brezhoweb : le breton chante !

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 343 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Découvrez deux de nos bois sacrés de Bretagne

La Bretagne a toujours été un pays propice aux bois sacrés. C’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que les historiens et les artistes remettent en lumière les bois

✅ Quel(s) referendum pour la Loire Atlantique, par Jean OLLIVRO

Un referendum pour la Loire-Atlantique ? Sans exception, la totalité des formations politiques actuelles du Conseil régional de Bretagne s’est prononcée « pour » un référendum en Loire-Atlantique. L’ambition est

✅ Centralisation et haute administration sont deux faces de l’inefficacité de l’action publique

La centralisation est un mal bien français. Elle est pour certains le meilleur moyen de garantir l’égalité des citoyens. En fait, elle cache des inégalités criantes qui ne sont pas

3 Comments

  1. Iffig
    novembre 09, 11:09 Reply

    Cette année était présenté un son et lumière de bonne qualité, mais avec des aberrations historiques : je n’ ai pas réussi à savoir qui était le réalisateur et le conseiller historique

  2. Vertin
    novembre 09, 12:26 Reply

    “Entouré de marais, il était la place forte commandant aux entrées vers Vannes/Gwened, cité alors très importante.” Au vu de la configuration géographique des lieux , je ne vois vraiment pas comment Suscinio pouvait commander aux entrées de Vannes… Et même pas par l’entrée du golfe puis que le domaine est coté océan.
    Après je ne comprend pas trop ce que cet article constituant clairement une attaque ad hominem, apporte de positif. que les Roussillon soient les enfants de pierre paul jacques ou philippe, quel intérêt ?
    En revanche oui, sur la répartition des recettes il y a à dire. On peut aussi insister pour que la Bretagne soit plus présente

    • NHU Bretagne
      novembre 09, 16:12 Reply

      Bonjour et merci de votre commentaire.
      Ce château permettait le cantonnement d’une garnison veillant sur le secteur dont l’entrée du Golfe. Ce n’est pas une attaque, c’est juste éclairer le Lecteur ou la Lectrice de l’identité des personnes qui président pour encore au moins onze années aux destinées de ce joyau du patrimoine de Bretagne. A galon.

Laissez votre réponse