Un coming out un peu particulier des jeunes Breton(ne)s.

Un coming out un peu particulier des jeunes Breton(ne)s.

Son coming out, tôt ou tard, il faut le faire, pour se libérer.

Très tôt, je voyais bien que j’étais un peu différent de la plupart des autres.
J’ai commencé à m’en rendre compte au collège en fait. Physiquement déjà, je portais des accessoires que la majorité des autres élèves garçons ne portaient pas. Heureusement, je n’étais pas seul. Mais à cet âge-là, on ne réfléchi pas plus. Ensuite j’ai bien vu que certaines de mes lectures et de mes habitudes de sortie étaient également différentes. Peu à peu je me suis rapproché de ceux qui dans ma classe, me semblaient avoir les mêmes tendances.

Les jeunes filles aussi

Étrangement, ai-je alors pensé, certaines jeunes filles semblaient également différentes de leurs copines de classe. Alors, peu à peu, et naturellement, je me suis rapproché des garçons qui me paraissaient avoir les mêmes goûts.
A la maison, je suis sûr, maintenant, avec le recul, que mes parents et mes deux soeurs avaient dû remarquer ma différence. Mais tous feignaient de ne rien voir. Et donc ils ne m’ont jamais rien dit. Par pudeur sans doute. Peut-être aussi par crainte du qu’en dira t-on. A l’époque, cette tendance était encore un peu tabou. Mais elle représentait toute une partie de mon identité. Sans elle je n’étais pas entier et ne pouvais donc pas vivre normalement ma vie d’homme et de Citoyen débutant.

Être différent est une vraie richesse.

Une richesse pour soi et pour les autres, pour toute la collectivité. Être ainsi n’est pas une tare ou un défaut, bien au contraire. Les hommes et les femmes qui sont habités de cette richesse, sont comme tous les autres, le résultat des générations précédentes. Nous sommes le pur produit d’une Histoire, d’une éducation et d’un vivre-ensemble.

Puis les années ont passé.

Le sujet est devenu de moins en moins tabou. La parole s’est libérée, surtout. Certains médias ont commencé à nous expliquer qu’il ne fallait pas y voir une quelconque déviance. C’est dans la nature de l’individu. Il faut respecter les différences, toutes les différences. Des associations ont beaucoup milité, et le font de plus en plus, pour nous sortir de l’ombre et parfois d’une honte mal assumée. Et maintenant de plus en plus de jeunes, garçons et filles, prennent conscience de cette fabuleuse richesse qu’ils ont au plus profond d’eux-mêmes, et de plus en plus tôt.

C’est enfin devenu normal, presque tendance.

Enfin, après toutes ces années durant lesquelles j’avais plus ou moins quand même refoulé cette partie d’identité, j’ai craqué et fait mon coming-out. En langue française, la traduction est « sortir du placard ».
Je l’ai annoncé à mes parents, je m’en souviendrais toujours, un Dimanche midi, pendant le repas.

Je suis Breton !

Bien sûr que le fait d’être né en Bretagne, d’y vivre et de n’avoir que des Bretons comme parents, grands parents, et autres ancêtres bien avant … faisait de moi automatiquement et naturellement, un Breton.

Mais ce n’est pas de cela dont je vous parle.

J’ai fait le coming-out du Breton qui assume enfin sa bretonnité dans ce qu’elle a de plus profond. J’avais peu à peu pris totale conscience que j’étais différent des gens de la rue qui seraient aussi bien à Nantes qu’à Madrid, à Fougères qu’à Oslo, à Quimper qu’à Strasbourg.

coming

C’est ici que je veux vivre

Moi je ne me sens entier qu’ici, en Bretagne.

J’ai besoin de savoir que j’y suis. J’ai un besoin vital de cet air atlantique, de ce crachin parfois. J’aime les gens d’ici, avec leurs différences, qui sont un peu les miennes. Je ne peux pas rester trop longtemps sans admirer nos magnifiques paysages. Bien sûr qu’il existe ailleurs des paysages tout aussi beaux, voire (pas sûr quand même !) plus beaux.
Mais ce ne sont pas les miens, les nôtres.
Ils ne me procurent pas le même effet.
Je ne pourrais vivre nulle part ailleurs qu’en Bretagne.
Y survivre peut-être !
Mais moi je veux VIVRE !

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.

Précédent Bretagne Magazine, le Paris Match breton
Suivant Comment ils ont coupé en deux le football breton ?

A propos de l'auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 225 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

La trop molle présidence de la Région Bretagne.

Nous avons en Bretagne, c’est à dire dans nos cinq départements, à peu près tous les mêmes plaisirs et soucis qu’ont les autres habitants de l’Hexagone. Et, parce que la

En Bretagne et en Europe, l’opération « Un mois sans supermarché ».

Vivre un mois sans supermarché. L’association suisse En vert et contre tout organise depuis 2017 un mois sans supermarché. C’est le mois de Février qui a été élu ce mois

Pierre Olivier MALHERBE, un globe trotteur breton au XVIe siècle

Pierre Olivier MALHERBE vient tout juste d’avoir douze ans quand il quitte en compagnie de son oncle, Vitré (35) pour se rendre à Saint Malo. Ce voyage court mais  dangereux –

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire