Penaos, c’est créer en Bretagne et en breton. Mais pas que …

Nicolas Gourvenec on.

Gitarour e strollad rock Gris Sauvage ha kasour e skolaj Diwan Sant Ervlan.

Abaoe pell am boa c’hoant deskiñ brezhoneg. Klevet am meus va zud kozeal pa oan yaouank ha desket am meus un tammig e skol vamm Gwitalmeze lec’h am meus kresket e Penn Ar Bed. Deuet on da benn da zeskiñ nemet warlene a-benn ar fin. Kroget am meus gant hentenn “Ni a gomz brezhoneg” Mark Kerrain ha da c’houde em meus graet ur stummadur hir e-pad c’hwec’h miz gant Skol An Emsav e Roazhon.

C’hwec’h miz : hir e oa !

Dedenus-kenañ evel just ha dizoloet am meus ur yezh ne ouezen ket e oa ken burzhudus met hir ha skuizhus e oa ! Dre chañs e oa prantadoù c’hoari ! Ar gwener e oa gant ur stummerez deomp. Tremenet hon eus kalz amzer o c’hoari “Din an dorn” pe “Klask ar ger” gant mignoned : un doare da bleustriñ a-feson ! Ar pezh e oa mat-kenañ ouzhpenn-se peogwir e oa c’hoarioù a-stroll e brezhoneg penn da benn ! Klevout a ran c’hoazh hor stummerez o lavarout deomp : “Bah ya ! Ret eo krouiñ traoù e brezhoneg mod-se !”. Ya. Gwir eo. Ret eo krouiñ e brezhoneg ha den ebet a raio en hol lec’h. Ne ouezen ket penaos e rafen met ur c’hoant vras e oa.

Ha ganet e oa Penaos ?!

Dastumet hon eus gant va mignonez un nebeut gwenneg a-drugarez d’ur gevelerezh gant kengo.bzh (313,8 % e-keñver ar pezh a oa goulennet ganeomp !! Burzhudus e oa !!!) ha krouet hon eus ur gevredigezh e miz Ebrel 2017. Dibabet hon eus krouiñ ur merk dilhad e-keñver hor barregezhioù met ar pal kentañ e oa lakaat brezhoneg war well hag implijout anezhan en un doare “koul”. Klask a reomp ober dilhad diouzh ar c’hiz. Da skouer evit eil heuliad ar merk (anvet “Stourm”) hon eus mesket gerioù e brezhoneg, saozneg ha galleg. Un doare da ziskouezhañ eo ken “koul” ha saozneg pe galleg ar brezhoneg d’ar re a lavar “perak deskiñ ur yezh hag a zo marv ? Deskit saozneg kentoc’h”. Ar pezh a vez klevet alies vat siwazh. Met perak dibab ? “Koul” eo kaozeal brezhoneg ! Ha galleg ! Ha saozneg ! Hag euskareg… hag all hag all.
Setu ar pezh a reomp gant Penaos ?! : kemer perzh da ziskouezhañ d’ar bed eo bev ar brezhoneg !
Penaos ?! : www.penaos.bzh
Aplud : www.aplud.bzh
Kengo : www.kengo.bzh
penaos

Penaos ? la nouvelle ligne de vêtements tendance en breton, et pas que !

Je m’appelle Nicolas Gourvenec.

D’abord guitariste pour Gris Sauvage et surveillant au collège Diwan à Saint Herblain dans le sud de la Bretagne.

Au fond cela faisait longtemps que je voulais apprendre le breton. Car j”entendais mes parents le parler et j’avais appris un peu en primaire à Ploudalmézeau où j’ai grandi dans le Finistère. Finalement j’ai réussi à m’y mettre seulement l’année dernière. Alors j’ai commencé avec la méthode “Ni a gomz brezhoneg” de Mark Kerrain. Ensuite j’ai fait une formation longue à Skol An Emsav à Rennes.

Par contre six mois : c’était long !

Évidemment très intéressant. Car j’y ai découvert une langue que je ne savais pas si magique. Mais c’était long et fatiguant ! Heureusement il y avait des temps de jeux ! C’était le vendredi avec une de nos formatrices. Parce qu’on en a passé du temps entre amis à jouer à “Din an dorn” ou “Klask ar ger” : une excellente façon d’apprendre ! Car ce qui était vraiment bien en plus c’est que ce sont des jeux entièrement en breton !
D’ailleurs j’entends encore notre formatrice nous dire ” Bah ouai ! Il faut créer des choses en breton, comme ça !”.
Oui. C’est vrai. Il faut créer en breton et personne ne le fera à notre place.
Je ne savais pas encore comment je ferai mais j’en avais vraiment envie.

Et Penaos ?! était né.

Alors avec mon amie, on a récupéré un peu d’argent grâce à un partenariat avec kengo.bzh (313,8 % de la somme demandée !! C’était magique !!!). Puis nous avons créé une association au mois d’avril 2017. On a choisi de créer une marque de vêtements au vu de nos compétences mais le but premier était de donner de la visibilité au breton et de l’utiliser d’une façon “cool”. Nous essayons de faire des vêtements à la mode. Par exemple pour la deuxième série de la marque (nommée “Stourm” – “Lutte”) nous avons mélangé des mots en breton, anglais et français. Une façon de montrer que le breton est aussi “cool” que l’anglais ou le français aux personnes qui disent “mais pourquoi apprendre une langue morte ? Apprenez l’anglais plutôt“. Ce qu’on entend souvent hélas. Mais pourquoi choisir ?
C’est “cool” de parler breton ! Et français ! Anglais ! Et basque… etc.
Voilà ce que nous essayons de faire chez Penaos ?! : participer à montrer au monde que la langue bretonne est vivante !
Previous Sortir en Bretagne, l'annuaire complet de vos sorties en Bretagne.
Next Économie circulaire en Bretagne : le recyclage des bouteilles plastiques

Á propos de l'Auteur

Nicolas GOURVENEC
Nicolas GOURVENEC 1 posts

Vouloir créer en Bretagne et en breton, en s'ouvrant sur le monde. Ha ganet e oa Penaos ?!

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

A la rencontre de Reder Bro avec Bretagne Prospective

Depuis la semaine dernière, Bretagne Prospective vous propose d’embarquer pour une formidable aventure à la rencontre de certains de ceux qui choisissent de s’identifier à cette région qui bouge. Deuxième

✅ Les poêles a bois scandinaves Aäsgard sont … bretons !

Aäsgard est dans l’Hexagone depuis plus de dix ans déjà. Au début, les fondateurs Arnaud Monnier et Olivier Chaudet créent et développent un réseau de cuisines sous franchise. Très vite,

Crêpes ou galettes en Bretagne : le livre qui vous dit tout

Les Bretons ont-ils toujours mangé des crêpes ou galettes ? Et pourquoi l’image de ce plat est-elle autant associée à la Bretagne ? Car pour le voyageur en Bretagne, la

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse