Penaos, c’est créer en Bretagne et en breton. Mais pas que …

Nicolas Gourvenec on.

Gitarour e strollad rock Gris Sauvage ha kasour e skolaj Diwan Sant Ervlan.

Abaoe pell am boa c’hoant deskiñ brezhoneg. Klevet am meus va zud kozeal pa oan yaouank ha desket am meus un tammig e skol vamm Gwitalmeze lec’h am meus kresket e Penn Ar Bed. Deuet on da benn da zeskiñ nemet warlene a-benn ar fin. Kroget am meus gant hentenn « Ni a gomz brezhoneg » Mark Kerrain ha da c’houde em meus graet ur stummadur hir e-pad c’hwec’h miz gant Skol An Emsav e Roazhon.

C’hwec’h miz : hir e oa !

Dedenus-kenañ evel just ha dizoloet am meus ur yezh ne ouezen ket e oa ken burzhudus met hir ha skuizhus e oa ! Dre chañs e oa prantadoù c’hoari ! Ar gwener e oa gant ur stummerez deomp. Tremenet hon eus kalz amzer o c’hoari « Din an dorn » pe « Klask ar ger » gant mignoned : un doare da bleustriñ a-feson ! Ar pezh e oa mat-kenañ ouzhpenn-se peogwir e oa c’hoarioù a-stroll e brezhoneg penn da benn ! Klevout a ran c’hoazh hor stummerez o lavarout deomp : « Bah ya ! Ret eo krouiñ traoù e brezhoneg mod-se ! ». Ya. Gwir eo. Ret eo krouiñ e brezhoneg ha den ebet a raio en hol lec’h. Ne ouezen ket penaos e rafen met ur c’hoant vras e oa.

Ha ganet e oa Penaos ?!

Dastumet hon eus gant va mignonez un nebeut gwenneg a-drugarez d’ur gevelerezh gant kengo.bzh (313,8 % e-keñver ar pezh a oa goulennet ganeomp !! Burzhudus e oa !!!) ha krouet hon eus ur gevredigezh e miz Ebrel 2017. Dibabet hon eus krouiñ ur merk dilhad e-keñver hor barregezhioù met ar pal kentañ e oa lakaat brezhoneg war well hag implijout anezhan en un doare « koul ». Klask a reomp ober dilhad diouzh ar c’hiz. Da skouer evit eil heuliad ar merk (anvet « Stourm ») hon eus mesket gerioù e brezhoneg, saozneg ha galleg. Un doare da ziskouezhañ eo ken « koul » ha saozneg pe galleg ar brezhoneg d’ar re a lavar « perak deskiñ ur yezh hag a zo marv ? Deskit saozneg kentoc’h ». Ar pezh a vez klevet alies vat siwazh. Met perak dibab ? « Koul » eo kaozeal brezhoneg ! Ha galleg ! Ha saozneg ! Hag euskareg… hag all hag all.
Setu ar pezh a reomp gant Penaos ?! : kemer perzh da ziskouezhañ d’ar bed eo bev ar brezhoneg !
Penaos ?! : www.penaos.bzh
Aplud : www.aplud.bzh
Kengo : www.kengo.bzh
penaos

Penaos ? la nouvelle ligne de vêtements tendance en breton, et pas que !

Je m’appelle Nicolas Gourvenec.

D’abord guitariste pour Gris Sauvage et surveillant au collège Diwan à Saint Herblain dans le sud de la Bretagne.

Au fond cela faisait longtemps que je voulais apprendre le breton. Car j »entendais mes parents le parler et j’avais appris un peu en primaire à Ploudalmézeau où j’ai grandi dans le Finistère. Finalement j’ai réussi à m’y mettre seulement l’année dernière. Alors j’ai commencé avec la méthode « Ni a gomz brezhoneg » de Mark Kerrain. Ensuite j’ai fait une formation longue à Skol An Emsav à Rennes.

Par contre six mois : c’était long !

Évidemment très intéressant. Car j’y ai découvert une langue que je ne savais pas si magique. Mais c’était long et fatiguant ! Heureusement il y avait des temps de jeux ! C’était le vendredi avec une de nos formatrices. Parce qu’on en a passé du temps entre amis à jouer à « Din an dorn » ou « Klask ar ger » : une excellente façon d’apprendre ! Car ce qui était vraiment bien en plus c’est que ce sont des jeux entièrement en breton !
D’ailleurs j’entends encore notre formatrice nous dire  » Bah ouai ! Il faut créer des choses en breton, comme ça ! ».
Oui. C’est vrai. Il faut créer en breton et personne ne le fera à notre place.
Je ne savais pas encore comment je ferai mais j’en avais vraiment envie.

Et Penaos ?! était né.

Alors avec mon amie, on a récupéré un peu d’argent grâce à un partenariat avec kengo.bzh (313,8 % de la somme demandée !! C’était magique !!!). Puis nous avons créé une association au mois d’avril 2017. On a choisi de créer une marque de vêtements au vu de nos compétences mais le but premier était de donner de la visibilité au breton et de l’utiliser d’une façon « cool ». Nous essayons de faire des vêtements à la mode. Par exemple pour la deuxième série de la marque (nommée « Stourm » – « Lutte ») nous avons mélangé des mots en breton, anglais et français. Une façon de montrer que le breton est aussi « cool » que l’anglais ou le français aux personnes qui disent « mais pourquoi apprendre une langue morte ? Apprenez l’anglais plutôt« . Ce qu’on entend souvent hélas. Mais pourquoi choisir ?
C’est « cool » de parler breton ! Et français ! Anglais ! Et basque… etc.
Voilà ce que nous essayons de faire chez Penaos ?! : participer à montrer au monde que la langue bretonne est vivante !
Précédent Sortir en Bretagne, l'annuaire complet de vos sorties en Bretagne.
Suivant Le radon, un risque naturellement breton.

A propos de l'auteur

Nicolas GOURVENEC
Nicolas GOURVENEC 1 articles

Vouloir créer en Bretagne et en breton, en s'ouvrant sur le monde. Ha ganet e oa Penaos ?!

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Kemenez Island, une expérience hors du commun.

Vous êtes en Bretagne occidentale, au large du Bro-Leon. Là il existe un archipel extraordinaire. L’archipel d’Ouessant en Iroise, Mer Celtique. Juste à l’entrée du plus important couloir maritime du

Neizhig, le petit nid, devient la plus grande crèche bilingue de Bretagne

Magouri vrasañ divyezhek brezhoneg-galleg Breizh a zigoro e 2018 e Roazhon. Da bep distro-skol e welomp, e kêr Roazhon, e vez muiocʼh-mui a gerent hag a zibab skoliata o bugale

Météo Bretagne, la météo qui nous concerne

Je vis en Bretagne, donc ma météo c’est Météo Bretagne. What else ? Je ne sais pas pour vous, mais moi, la météo qui m’intéresse le plus, c’est celle de

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire