Breizh Odyssée ou se réapproprier notre Histoire de Bretagne

Chaque territoire européen possède sa propre Histoire.

Cette Histoire avec un H majuscule.
Au fil des siècles, l’Europe s’est construite telle qu’on l’a retrouve aujourd’hui. Cette construction ne s’est pas toujours faite dans l’harmonie, loin s’en faut. Les guerres et les trahisons, les périodes de paix et les traités internationaux jalonnent ce dernier millénaire européen. De toutes parts.

Et l’Histoire de Bretagne ?

Pour construire l’Hexagone et la République, et créer un roman dit national, l’État central siégeant à Versailles puis à Paris, a voulu et du « autodafer » les Histoires particulières des provinces englouties. Ce fut ainsi, soit.
Mais l’Histoire est en marche en Europe, et la carte des nations se recompose vite. Des puissances émergentes qu’on pense exotiques sont aussi très proches de nous finalement : Écosse, Catalogne, Euzkadi, etc …

Mais quelle Histoire ?

Et par la même occasion, des millions d’Européens se rendent compte que l’Histoire qu’on leur a inoculé à l’école n’était finalement pas tout à fait la leur, véritablement.
Celui qui écrit ces lignes, par sa généalogie jusqu’au 17e siècle, sait que la totalité de ses ancêtres a toujours vécu en Bretagne. Et nulle part ailleurs.
Toutes ces personnes qui sont passées avant moi, et grâce auxquelles je suis en vie aujourd’hui, étaient dans une Histoire de Bretagne que je ne connais pas. Chaque jour de leur vie, elles ont été dans une Histoire que l’école et les médias m’ont cachée, et me cachent encore le plus souvent.

Je veux savoir !

Ne revenons pas sur les raisons qui ont produit ce révisionnisme historique. Car ils avaient leurs raisons, et ils semblent les avoir encore aujourd’hui. Presque les mêmes.
Aujourd’hui, nous savons. Et le monde est ouvert. Internet a remplacé les livres d’Histoire officielle.
Nous pouvons, et nous devons, nous réapproprier notre Histoire.

Marre d’être un Indien.

Quand les films d’Indiens et de cow-boys sont tout le temps réalisés par les cow-boys, ils ne peuvent que véhiculer une Histoire partiale. En fait, il en est finalement de même pour nous.
Je ne veux plus me contenter d’une version dite officielle concoctée dans des salons parisiens feutrés et hors-sol.
Je ne le peux plus pour au moins deux raisons. En mémoire de mes aïeux qui ont vécu sur ces terres de Bretagne pendant des siècles et qui méritent leur Histoire, pas une Histoire. Aussi, et surtout peut-être, pour mes Petits Enfants qui ont le droit élémentaire de connaître l’Histoire de leur passé lointain. La vraie.

Notre Histoire est aussi contemporaine.

Il ne s’agit pas seulement de remonter le temps jusqu’aux mégalithes ou raconter en images nos plus belles heures d’avant l’annexion. L’Histoire sera aussi contemporaine, bien sûr. La Bretagne a vécu des événements majeurs jusqu’à ces dernières décennies, et c’est aussi cela notre Histoire.
Elle s’écrit chaque jour, et elle s’écrit en ce moment même, pendant que vous lisez ces lignes. Et vous en faites partie.

L’Histoire de Bretagne est un bien commun.

De quelque territoire il s’agisse, son Histoire n’appartient à personne en particulier. C’est un patrimoine commun appartenant à l’ensemble de la communauté, voire de l’Humanité.
Le projet Breizh Odyssée s’inscrit totalement dans cette démarche. Au-delà des personnes, au-delà des esprits partisans, ce projet propose au plus grand nombre de nous réapproprier l’Histoire de Bretagne. Et nous voulons le faire Nous-Mêmes.
Notre Histoire doit transcender tous nos vieux clivages et nos égo. Elle doit être un lieu de rencontres et d’ouverture, de mémoire et d’échanges, pour mieux construire notre avenir. L’avenir de la Bretagne.
Nous avons maintenant une mission à remplir : écrire Nous-Mêmes cette vraie Histoire pour la transmettre à nos Petits Enfants.
Et nous allons, ensemble, réussir.

Pour rejoindre Breizh Odyssée, contactez dès maintenant film@breizhodyssee.bzh

#BreizhOdysseeMonHistoire
#CroirePlusEnNous
#HistoireDeBretagne

 

 

Previous Le narcisse de l'archipel des Glénan, e brezhoneg hepken.
Next Savez-vous que je suis Breton : Jules VERNE.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Bien aménager le territoire breton.

Toujours mieux aménager son territoire de vie est essentiel. Aménager un territoire, par qui et pour qui. Avant de commencer cette série de réponses aux questions sur les besoins de

Faire disparaître, aussi, la Bretagne judiciaire ?

Bretagne judiciaire – Communiqué du Collectif des Juristes de Bretagne transmis par Yvon OLIVIER. La Bretagne judiciaire est en danger, selon le Collectif des Juristes de Bretagne.   Un danger

Le jacobinisme français a vécu !

Le vieux jacobinisme, cette forme franco-française de repli sur soi, vit-il ses dernières heures ? Le jacobinisme se meurt … Gérard GAUTIER, tout nouveau Rédacteur dans nos colonnes, en est

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse