✅ Cachez-nous ces magistrats bretons qui dérangaient « l’une et indivisible » …

✅ Cachez-nous ces magistrats bretons qui dérangaient « l’une et indivisible » …

Les statues de quatre magistrats bretons furent détruites par le pouvoir central dans les années 60.

En effet, jusqu’aux années 60, la façade principale du Parlement de Bretagne était orné de quatre superbes statues monumentales d’éminents magistrats bretons.
Et puis, à l’occasion de travaux, elles « disparurent » … Selon les informations, elles auraient discrètement été détruites à coups de masse.
Elles avaient été inauguré en grand apparat en 1843.
Alors qui sont donc ces quatre magistrats bretons qui dérangeaient tant que cela ?

Bertrand d’Argentré, juriste breton (1519-1590)

Pierre d’Argentré jouera un rôle très important dans les transactions qui aboutirent à l’édit (sans valeur juridique valide) de 1532 qui vit le Royaume de France prendre possession illégalement de la Bretagne indépendante.
Bertrand d’Argentré sera Sénéchal de Bretagne jusqu’à la perte de l’indépendance. C’est également à Bernard d’Argentré que l’on doit la Nouvelle Coutume de Bretagne, alors la principale source juridique de Bretagne. Par ailleurs, il possède une des plus belles bibliothèques d’Europe à l’époque. Enfin, il écrira une Histoire de Bretagne contestant la nature des relations entre les deux pays, la Bretagne et la France. Cela lui vaudra d’être censuré par le roi Henri III, et son ouvrage original devra se lire sous le manteau.

 

magistrats bretons

Magistrats bretons du Parlement de Bretagne-Bertrand-d’Argentré

 

Louis René Caradeuc de La Chalotais (1701-1785)

D’abord Avocat Général au Parlement de Bretagne en 1730. Puis Procureur Général dès 1752.
En 1763, les États de Bretagne entre en conflit ouvert avec le Duc d’Aiguillon, Gouverneur de l’état central (il serait aujourd’hui préfet de région administrative). En effet, les États de Bretagne refusent de voter de nouveaux impôts imposés par Paris. Le Parlement de Bretagne interdit la levée de ces impôts et Louis René Caradeuc de La Chalotais prend la tête du mouvement de rébellion contre le pouvoir central. De Paris, le roi de France fait révoquer cet arrêt des autorités bretonnes, qui alors démissionnent dans leur quasi totalité.

Louis René Caradeuc de La Chalotais sera arrêté et emprisonné à Sant Malo.

Puis transféré au Château du Taureau en baie de Montroulez/Morlaix. Étant Procureur de Bretagne, il ne pourra pas être jugé par le pouvoir central. En effet, conformément à la Coutume de Bretagne, un Procureur de Bretagne ne peut être jugé que par le Parlement de Bretagne.
Plus tard, il sera transféré à la Bastille (Paris), puis dans d’autres geôles françaises. Finalement, le pouvoir français pliera devant l’insistance du Parlement de Bretagne en 1775 et Louis XVI libérera le Procureur de Bretagne Louis René Caradeuc de La Chalotais

 

magistrats bretons

Magistrats bretons du Parlement de Bretagne – Louis René de Caradeuc de Chalotais

 

Pierre Jean Baptiste Gerbier (1725-1788)

Ce magistrat breton était né à Roazhon/Rennes et son père déjà était Procureur de Bretagne. Il devint Avocat à vingt huit ans et plaida de grandes affaires. Puis il fut Avocat au Parlement de Paris dès 1745.
Source : www.wiki-rennes.fr

 

magistrats bretons

Magistrats bretons Parlement de Bretagne – Pierre Jean Baptiste Gerbier

 

Charles Bonaventure Marie Toullier (1752-1835)

Charles Bonaventure Marie Toullier est né à Dol le 21 Janvier 1752 et il décèdera à Roazhon/Rennes le 19 Septembre 1835.
Il commencera ses études en Normandie à Caen. Puis ce sera Roazhon, Oxford et Cambridge. Il s’attirera, lui aussi, les foudres de l’état central, pour avoir défendu quelques accusés pour motifs politiques. Pour cela, il échappera de peu à l’exil.

magistrats bretons

Magistrats bretons du Parlement de Bretagne – Charles Bonaventure Marie Toullier

En 1960, « sur ordre » on détruit quatre statues de Juristes et Procureurs Généraux de Bretagne au Parlement de Bretagne, et en 2020, l’état central veut imposer au même endroit une statue de Louis XIV, l’un des plus terribles destructeurs de la Bretagne et de son économie au XVIIe siècle.

Notre question est simple et double :
Qui a donné l’ordre de détruire ces statues de magistrats bretons
et pourquoi ?

 

magistrats bretons

Article paru dans Ouest France la 06 Août 2020 – Magistrats bretons et destructions de leur statues

Autres sources :

Notre Confrère ABP Agence Bretagne Presse publiait dès 2006 quelques photos de ces statues.
https://abp.bzh/mysterieuse-disparition-des-statues-des-grands-juristes-bretons-au-parlement-de-bretagne-de-rennes-4255

 

Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

A lire également au sujet du patrimoine de la Bretagne.

✅ Et si on s’occupait Nous-Mêmes* de notre patrimoine en Bretagne ?

En Bretagne, Louis XIV a encore besoin d’argent …

Previous ✅ Celtic languages in Europe: three Gaelic languages and … 1/2
Next ✅ La loi sur les langues régionales adoptée au Sénat 

Á propos de l'Auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 393 posts

NHU Bretagne, plateforme collaborative francophone de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur. #CroirePlusEnNous #FaireNousMemes #DeciderNousMemes Les articles en anglais pour dire notre Bretagne au reste du monde sont signés NHU Brittany.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Mais comment se rencontre-t-on en Bretagne ?

Les rencontres en Bretagne. Très souvent, lorsque l’on parle de la Bretagne, on imagine cette terre mystérieuse et splendide habitée par des personnes froides, distantes et peu ouvertes d’esprit. C’est

GeoBreizh, l’indispensable base de données cartographiques en Bretagne

GeoBreizh, porrastell douaroniezh ha kartennoù Breizh  (« le portail géographique et cartographique de Bretagne« ) GeoBreizh est LE portail de référence en Bretagne, et bien au-delà, dès lors qu’on parle de cartographie

✅ Retrouver le sens de l’émancipation en Bretagne !

Notre émancipation … Longtemps, je me suis demandé ce qui nous définissait, nous les Bretons, puisque le droit ne nous connaît pas. J’en suis arrivé à la conclusion que ce

1 Comment

  1. Michel
    décembre 14, 14:48 Reply

    Attention à la confusion des prénoms, ce n’est pas « Bernard » mais bien Bertrand d’Argentré, comme dans le titre.

Laissez votre réponse