nos ancêtres les gaulois

Analyse de l’Héritage Gaulois et origine de la France : Réalité ou Mythe ?

de Rémy PENNEG
Publié le Dernière mise à jour le

« Nos ancêtres les Gaulois« .

« Nos ancêtres les Gaulois« , c’est un restaurant à Paris et une chanson de Boris Vian interprétée par l’Antillais Henri Salvador dans les années 1950. Plus récemment, c’est aussi une malheureuse phrase d’Emmanuel Macron en Août 2018 à propos de « Gaulois réfractaires« .

« Nos ancêtres les Gaulois » c’est aussi les aventures d’Astérix et Obélix qui vivent sur la côte nord de la Bretagne … celtique!.
Enfin, ce sont quatre mots imposés et rabâchés à tous les élèves des écoles de France et de ses colonies, tant extérieures qu’intérieures. De Ouagadougou au Burkina-Faso (anciennement Haute-Volta coloniale française) jusqu’aux confins de l’Indochine et de la Nouvelle-Calédonie kanak. Jusqu’à Ajacciu en Corse et Pondi/Pontivy en Bretagne.

L’invention du mythe des « Gaulois ».

Après la révolution de 1789, certains révolutionnaires français jacobins se mettent en tête d’inventer pour la France une autre origine que la royauté qui y prévaut depuis un millénaire. Il fallait passer des tribus franques qui avaient bien existées à une autre origine rassembleuse pour cet Hexagone disparate qui se constituait peu à peu à coups d’annexion souvent violentes. Il fallait une histoire et une incarnation de ce mythe qui se voulait unificateur. Quitte, au passage, bien sûr, à éradiquer quelques cultures plus anciennes.

Ainsi naquit le mythe des « Gaulois » dont le chef fut choisi : ce sera Vercingétorix.
Il fallait maintenant écrire de toutes pièces un « roman national » autour de ces deux fadaises.

A la fin du XIXe siècle, basé sur la doctrine élaborée de toutes pièces par Jules Michelet, trois historiens français, Ernest Lavisse, Henri Martin et Amédée Thierry, écrivent les prémisses du « roman national français » … ou « gaulois ».

nos ancêtres les gaulois

Jules Michelet parlait très bien de la Bretagne en 1831 : « La Bretagne est une colonie … ». L’historien a parlé!

Quelques morceaux choisis …

Je vous ai sélectionné quelques perles disponibles facilement sur Internet, entre bêtise et fake news. Certains de ces textes ont figuré ou figurent encore dans des livres imposés à nos enfants dans le système scolaire français.

  • « Les Romains qui vinrent s’établir en Gaule étaient en petit nombre. Les Francs n’étaient pas nombreux non plus, Clovis n’en avait que quelques milliers avec lui. Le fond de notre population est donc resté gaulois. Les Gaulois sont nos ancêtres » (cours moyen, 26
  • « Autrefois notre pays s’appelait la Gaule et les habitants s’appelaient les Gaulois » (cours élémentaire, 1
  • « Dans la suite, la Gaule changea de nom. Elle s’appela la France » (cours élémentaire, 14
  • « Il y a deux mille ans la France s’appelait la Gaule » (cours moyen, 5
  • « Nous ne savons pas au juste combien il y avait de Gaulois avant l’arrivée des Romains. On suppose qu’ils étaient quatre millions » (conclusions du livre I du cours moyen
  • « Il y a dans le passé le plus lointain une poésie qu’il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique. Faisons-leur aimer nos ancêtres les Gaulois et les forêts des druides… »
    Plus près de nous, en 2016, le président français Nicolas Sarkozy déclarait sans rire : « Dès que vous devenez Français, vos ancêtres sont Gaulois« .

    On est parfaitement là dans la construction d’une passé mythique qui n’a jamais existé, et qui est du pur négationnisme historique. Le but est de créer de toutes pièces une « nation française » dans le cadre de la République naissante, pour aller vers la République « Une et Indivisible ».

    nos ancêtres les gaulois

    (Carte de la Gaule avant la Guerre des Gaules selon Gustav Droysen d’après les peuples définis par Posidonios d’Apamée et Jules César : les Belges (en orange), les Aquitains (en rouge), la Gaule celtique (en vert) et la Gaule narbonnaise (en jaune)

    Quand on doit ainsi créer par le mensonge une nation, c’est qu’elle n’existe pas!

    Jules César a vécu de juillet 100 av. J.C. à Mars 44 av. J.C.

    A cette époque l’Europe occidentale est composée de centaines de peuples et de tribus, dont la grande majorité sont d’origine celtique. Au XIXe siècle, les nationalistes français en quête d’un « roman national », face à l’Histoire et aux cartes irréfutables, ne peuvent retenir le terme « Celtes » pour bâtir leur mythe. En effet ce mot appartient déjà, et depuis bien longtemps, aux six peuples européens frères et cousins parlant des langues celtiques. Du nord au sud, l’Écosse, l’Irlande, l’île de Man, le Pays de Galles/Cymru, les Cornouailles et surtout la Bretagne. « Surtout », parce qu’elle a été annexé à la France et que cette dernière ne peut donc d’autant pas retenir ce terme « celte ».
    Alors, ils choisiront le mot « Gaulois » inusité depuis presque toujours, et seulement connu au XIXe siècle que de quelques historiens éclairés.

    Je suis celtique! par Gwennyn

    Ils ont le nom, leur héros.

    Ils inventeront la filiation et nos ancêtres à tous deviendront de force ces « Gaulois« .
    Ensuite, il ne restera plus qu’à inventer leur accoutrement et leur caractère. La bande dessinée Astérix et Obélix tombera à point nommé pour répandre la « gauloiserie » dans le grand public, et chez les jeunes en particulier.
    Il leur faudra aussi un animal totem : ce sera le coq. Le fameux « coq gaulois ».
    C’est globalement ainsi que l’état central français tentera de faire disparaître les Celtes d’origine pour les remplacer par les Gaulois imaginés.

    nos ancêtres les gaulois

    Le guerrier « gaulois » au service du roman national et du fascisme français

    Pétain et Vercingétorix …

    Pendant la seconde guerre mondiale, le maréchal Pétain, chef de l’état français collaborationniste avec les nazis, se voit dans Vercingétorix. Selon lui, « le héros gaulois qui su rester digne dans la défaite »

    Selon Christian Goudineau, dans L’Histoire, Décembre 2003  » César a écrit La Guerre des Gaules parce qu’il voulait donner une unité à sa belle conquête. Les historiens du XIXe siècle ont inventé les Gaulois pour déterminer une origine et une frontière à la France.  »

    nos ancêtres les gaulois

    Christian Goudineau, L’Histoire, Décembre 2003

    Alors, le Breton que je suis est-il d’origine « gauloise » ?

    Ce que César nommait vers 60 avant J.C. la « Gaule » était un terme générique pour parler de populations très hétérogènes, le plus souvent hostiles les unes envers les autres, d’une partie de son empire de conquête. Et dans cette Gaule, existaient des divisions que l’on dirait administratives, dont l’une était nommée par les Romains conquérants la « Gaule Celtique« . Tout simplement parce que ces territoires étaient habités par des Celtes.

    Au XXIe siècle, près de deux siècles après l’invention du mythe « gaulois » par Jules Michelet et ses acolytes, et plus de deux mille ans après l’invention du mot par Jules César, je préfère faire confiance à l’Histoire (la vraie, avec un H majuscule) : en tant que Breton, je ne suis donc en aucune manière « gaulois » et suis d’origine Celte, vivant dans un pays, la Bretagne, d’ascendance et de nature celtique.


    Alors, et vous, êtes-vous Celte ou Gaulois ?

    Analyse de l'Héritage Gaulois et origine de la France : Réalité ou Mythe ?

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

5 commentaires

Jean-Pierre 18 janvier 2023 - 11h18

Je trouve que, à force de vouloir distinguer à toute force la Bretagne de la « France » hexagonale, l’auteur fait des confusions et établit un tableau peu clair..
D’abord, même s’il est vrai que le terme « Gaulois » a un emploi qui n’est pas univoque, il correspond quand même à une réalité.. au niveau linguistique, la langue dite gauloise, une des langues dites celtiques, est différente des langues germaniques. A l’est du Rhin, grosso-modo, on ne parle plus le celtique à l’époque de César, même si cela a été vrai un millénaire plus tôt, à l’époque hellénistique.. A l’ouest du Rhin, même si déjà quelques tribus germaniques sont passées de ce côté, on parle majoritairement une langue celte, qu’on appelle « gaulois » pour le différencier du britton, assez proche , ou du gaëlique, plus éloigné. Il faut bien sûr exclure le sud-ouest, ou visiblement l’euskadi (langue du pays basque actuel) occupait toute la Gascogne, et le sud-est ou persistait le ligure jusqu’à la conquête romaine..
De plus, même si le brezhoneg vient du britton suite, on le sait, à l’arrivée de migrants de Grande Bretagne, les gens qui le parlent descendent certes des Brittons, mais aussi des Gaulois qui occupaient précédemment l’Armorique (qui n’ont pas été exterminés),.. et sans doute de migrants germaniques divers, comme peut-être des Alains, sans compter les légionnaires romains (comme les Légions maures envoyées pour défendre les côtes armoricaines contre les pirates scots ou gaëliques).. il faut bien admettre que tous les peuples d’Europe proviennent de métissages multiples. et les gaulois en sont une des sources dans la plupart des régions hexagonales..

Répondre
NHU Bretagne 18 janvier 2023 - 16h49

Bonjour Jean Pierre,
Oui, les peuples européens, tous, sans exception, et selon des degrés divers, ont été mélangés, et le sont encore. Mais pourquoi vouloir absolument nommer « Gaulois » les Celtes de la « Gallia Celtica ». Ils ont un nom : Celtes. Pourquoi vouloir gommer leur nom et leur apposer l’étiquette de « Gaulois », pure création de communication en vue d’imposer un roman qualifié de « national ». En quoi ce mot Celtes ou Celtique semble pour quelques-uns devenu comme tabou, à ne pas prononcer ni écrire.
Cachez-moi ce Celte que je ne saurais voir 🙂
Merci de votre commentaire

Répondre
Francine Alanet 18 janvier 2023 - 13h21

Jean-Pierre :

Vous confonfez EUSKADI (euzkadi), néologisme conçu par Sabino Arana Goiri au XIXè siècle pour « Nation Basque » et EUSKARA langue traditionnelle basque.
Cdlt,

Répondre
Goldo 18 janvier 2023 - 20h43

Il ne faut pas oublier qu’il existait une Armorique qui allait sans doute des côtes picardes à la Vendée et sans doute préexistante à la présence celtique.

Répondre
Jean-Pierre 19 janvier 2023 - 16h58

Pourquoi employer le terme « gaulois » et non « celte » ?? Il me semble que « celte » est actuellement employé pour désigner toutes les langues celtes, pas seulement celle qui était parlée en France, qu’on appelle de nos jours « gaulois », mais aussi [je cite un article de NHU] « d’une part les langues celtiques dites gaéliques. Dont le gaélique écossais, le gaélique irlandais et le mannois [….], d’autre part, les langues celtiques dites brittoniques. Dont le gallois, le breton et le cornique ».
Dans l’acception qu’on en a de nos jours, Gaulois est donc plus précis que Celte.
Cela n’enlève rien aux remarques pertinentes sur la construction du roman national en faisant de la France entière l’héritière des Gaulois (ce qui est faux factuellement pour le sud-ouest et sud-est de l’hexagone, y compris bien sûr la Corse).

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.