La Bretagne aurait besoin d’un nouvel emblème ?

La Bretagne aurait besoin d’un nouvel emblème ?

Il paraît, selon certains, que la Bretagne se devrait d’avoir un autre emblème.

Un emblème de plus, une fleur cette fois.
Pourquoi pas ?
L’Écosse possède le chardon et l’Irlande le trèfle. Le Pays de Galles a la jaune jonquille comme emblème floral, en plus de son célèbre dragon rouge national.
Alors, pourquoi la Bretagne ne pourrait-elle pas disposer d’un logo floral en plus de notre hermine nationale ?
L’Institut Culturel de Bretagne lance une opération cette année pour demander aux Bretonnes et aux Bretons de s’exprimer sur ce sujet et de proposer leur fleur, leur plant préféré, pour devenir cet emblème.
Participez à cette opération en donnant vos avis sur http://skoluhelarvro.net/plant2016/

Mais la Bretagne a t-elle vraiment besoin d’un autre emblème ?

Depuis des siècles, la Bretagne a son emblème national connu et reconnu de tous, à travers le monde entier, indiscutable et indiscuté : l’hermine.
Quel est l’intérêt, dans ce cas, aujourd’hui, d’aller se créer un autre emblème ? Pour l’Écosse, nos cousins du nord disposent de cet emblème depuis des siècles déjà. Et les pays qui s’inventent un emblème, fut-il floral, sont souvent des pays qui ne disposent pas déjà d’un emblème national connu. Et qui ont donc effectivement besoin, de s’en créer un.
La Bretagne a t-elle les moyens financiers, sur fonds publics (donc notre argent) d’aller dépenser des dizaines de milliers d’euros pour créer une fleur stylisée, qui sera tout d’un coup décrétée emblème de la Bretagne ?
Cette plante, cette fleur, servirait à quoi, pour qui, sur quels supports ?

emblème

Une hermine couchée en logo de région administrée

Et si c’était pour remplacer l’hermine ?

Et si, à terme, dans un cadre plus large d’élimination progressive des emblèmes historiques nationaux de la Bretagne, cette fleur était destinée à remplacer, petit à petit, au fil des années, notre hermine si représentative ? Celle que l’on voit partout, y compris sur notre drapeau Gwenn ha Du.
Regardons de près comment est déjà traitée notre hermine noire et blanche en logo de la région administrée et sur les trains TER.
Le logo présente une hermine qui se couche à gauche. Et dont les angles piquants s’arrondissent mollement jusqu’à presque paraître des feuilles, et qui perd ses couleurs gwenn ha du pour un vert végétal.

Tiens, déjà un penchant vers les plantes.

La décoration des trains TER, elle, est encore plus expressive, d’une certaine manière. A ce point, on ne sait plus si ce sont des hermines stylisées se transformant en branches d’arbres. Ou des branches d’arbres se terminant par trois feuilles pouvant évoquer l’hermine. Styliser tellement que celles et ceux qui ne connaissent pas notre hermine sont bien incapables de la reconnaître.
Tiens encore du végétal !

emblème

Hermine stylisée sur les TER

Risque de dilution d’image

Pourquoi faut-il, dès lors qu’il s’agit de représenter l’hermine, l’emblème premier de la Bretagne, que certains prennent un malin plaisir à ne pas la garder droite et fière, mais à la coucher en position du sommeil et du dominé. Et pourquoi faut-il lui changer ses couleurs originelles, celles-là mêmes qui la caractérisent physiquement ?
Pourquoi faut-il lui gommer peu à peu son piquant, pour l’arrondir, jusqu’à la rendre molle, voire difforme et méconnaissable ?
Nos cousins Gallois changent-ils leur piquant dragon rouge à la gueule grande ouverte peu à peu en un caméléon lent et multicolore ?

En marketing, il existe une loi très simple à propos de l’image.

Pour être efficace, il faut de la clarté. Créer, de manière totalement artificielle, un logo supplémentaire, amène tout le contraire. Moins de lisibilité, moins de visibilité. Dilution de l’image de la Bretagne.
Une entreprise, une société, n’a qu’un seul et unique logo, pour être connue et reconnue.
On ne crée un nouveau logo, un nouvel emblème, que pour deux raisons.
Remplacer l’ancien ou le rendre moins visible auprès du grand public.

 

Précédent Ça STAG pour toi ?
Suivant Un ver marin breton qui dérange ...

A propos de l'auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 225 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Roazhon Park

Depuis 1912 le Stade Rennais Football Club jouait au stade de la Route de Lorient. C’était son nom, et il faut bien l’avouer, ce nom ne faisait pas rêver :

Découverte en vidéo du travail de sculpteur à la Vallée des Saints

La Vallée des Saints, terre de légende et de confluence de Saints bretons ! Derrière la beauté de ce site historique qui surplombe le Poher, derrière ces statues monumentales posées

Un million de migrants aux portes de la Bretagne

De nos Correspondants Erwann LE COZ à Fougères et Gaëlle YAOUANK à Nantes : des migrants arrivent en masse ! Selon des indiscrétions obtenues de source sûre par nos deux correspondants,

6 commentaires

    • Rémy PENNEG
      août 19, 17:07 Répondre
      Bonsoir, et merci du slogan. On va en faire quelque chose à NHU. A paraître bientôt ...
  1. André Corlay
    août 21, 01:38 Répondre
    Par contre, moi, je proposerais bien un nouveau slogan à Ouest-France, qui serait mort depuis longtemps sans ses subventions de l'occupant : "PLUTÔT LA SOUILLURE QUE LA MORT" ou mieux, "Kentoc'h bezañ saotred eget mervel"
  2. LE PORS RAYMOND
    août 23, 15:54 Répondre
    Il est hors de question de changer à notre hermine ni à nos symboles. On ne change pas de drapeau comme on change de chemise!
  3. kantreour
    septembre 01, 18:50 Répondre
    Les Galles ont le dragon et le poireau, l'Ecosse le lion et le chardon et l'Irlande la harpe et le trèfle. Pour Breizh, je verrais bien la bruyère (brug) avec l'hermine...
  4. GCC
    novembre 28, 17:54 Répondre
    Mettre en avant le fait que nos cousins Gallois et Ecossais ou Irlandais ont un végétal à coté d'un autre emblème est certes vrai. Cependant, il est clair que dans le cas de l'Écosse et de l'Irlande, le végétal qui leur est propre a pris l'avantage sur l'autre emblème. Le Chardon et le Trèfle sont clairement les équivalents de notre Hermine, au moins en terme de notoriété sinon en terme de statut "officiel". Pour les Gallois, la Jonquille est un peu dominée par le Dragon, me semble-t-il... D'un autre coté, faire un procès en tentative de substitution de symbole à l'ICB me semble un rien audacieux, pour ne pas dire injuste (à ce stade de leur initiative). Aux USA, pour chaque état nous avons une fleur et un animal "symbole" de l'État, et qui sauf rares exceptions ne sont que rarement connus par la majorité des non-habitants de l'État en question. Par contre il semblerait beaucoup plus approprié de viser la politique de "découplage" de la Bretagne de ses symboles "traditionnels" (GHD, Hermine...) par le Conseil Regional, qui a, à grand frais, fait travailler une agence parisienne sur le néo-logo de la Bretagne, pour accoucher de ces trois bandes à cheval entre le logo de la marque "ESPRIT" et un découpage sauvage de la partie "bandes" du GHD, au nom d'une modernité dont on peut discuter et l'intention et le fondement. De même, comme souligné dans l'article, la dérive de l'Hermine couchée, verdissante ("Région" Bretagne), puis transformée en presque trèfle a longue tige sur les trains, et demain quoi? ressemble fort à cette dilution, évaporation...qui ne peut être revendiquée comme une "déclinaison" au sens graphique du terme (et pourquoi pas car nous n'avons pas nécessairement besoin d'un GHD plein pot partout), mais plutôt comme un declin. Bref, si l'initiative de l'ICB est quelque chose, je dirai qu'elle semble être une "fausse bonne idée". La référence à nos cousins d'Outre-Manche oublie d'ailleurs de noter que les symboles végétaux étaient à l'origine une idée anglaise, pour symboliser chacun des territoires et dominions, colonies de l'empire britannique. Ainsi Élizabeth II avait-elle brodée sur la traine de sa robe de couronnement l'ensemble des "fleurs" de son empire, du Canada à l'Australie, devenus pour la plupart des états membres de son Commonwealth. Je suis souvent le premier à suggérer que nous adoptions les bonnes idées des autres, de par le monde, et que nous les fassions notres en Bretagne, à notre façon. Ici, j'ai un doute....

Laissez un commentaire