front breton

Appel à la création d’un Front Breton

de Bretagne Majeure

Vite, un Front Breton!
Que la Bretagne ait basculé à ce point vers un vote en faveur du Rassemblement National, démontre à quel point le ressentiment de la société bretonne à l’égard de la politique centraliste et ultra libérale du gouvernement en place est profond et désespéré.
Que nos dirigeants, aveuglés par leur suffisance et leur idéologie, ne l’aient pas compris est très grave et en fait de piètres représentants du peuple.

La rupture Paris / « Provinces » est consommée.

Pourtant la France n’est riche que dans sa diversité, le respect de ses différences constitutives, le lien équilibré villes/campagnes, toutes questions qui, dans son histoire, ont alimenté les crises politiques de cet État.
Le modèle jacobin dominant est mort.
La France après plus de quatre siècles d’organisation centralisée, doit se reconstruire différemment.
Car c’est bien à un rejet de ce modèle centraliste que nous avons assisté dimanche soir.

C’est bien aussi la mise en cause d’une politique ultra libérale développée par l’Union Européenne et retranscrite par nos gouvernements qui fractionne la société, abandonne les territoires périphériques, oublie le lien commun en abandonnant les services publics élémentaires : santé, école, communications, énergie notamment et spéculations de tout genre.

Les régions souffrent de ces abandons programmés au nom de simples logiques comptables et d’une lecture strictement économique de la société. Les révoltes des Bonnets Rouges, des Gilets Jaunes, parties de Bretagne sont là pour le rappeler.

L’ultra-libéralisme a fait le lit de l’extrême droite, y compris chez nous en Bretagne, chose impensable.
Le fait n’est pas nouveau. Mais cette dernière option politique ne réglera en rien ces questions, bien au contraire, car elle participe à ces mêmes orientations.

le centralisme jacobin parisiano centré nous étouffe
le centralisme jacobin parisiano centré nous étouffe

Un Front Breton / Talbenn Breizh … vite !

La Bretagne, terre de responsabilité, de cohésion, dont l’identité forte est un moteur de solidarité et de projets ne mérite pas l’avenir annoncé, contraire à ses intérêts et qui, au sein de la République, s’impose à elle sans débat. Un Front Breton, à l’instar de l’appel lancé par Bretagne Réunie, doit se constituer, rassemblant les forces régionalistes et sociales pour défendre et affirmer les intérêts d’une autonomie régionale.

Elle seule est apte à répondre aux défis posés dans l’avenir sur son territoire (transition climatique notamment, équilibre socio-économique) et assurer la pérennité de notre communauté : solidarité villes /campagnes, autonomie financière, alimentaire, énergétique et culturelle.

Pour cela une union des forces régionalistes doit pouvoir s’opposer aux logiques nationales et européennes qui ne voient en la Bretagne qu’un territoire de villégiature, tout juste bon à accueilli les populations et retraités fuyant les métropoles, de productions primaires à bas prix et de place stratégique sur un plan militaire.

Une Bretagne autonome pourrait être bien autre chose : un région européenne riche des potentialités que lui offre la mer, une région majeure de l’Europe.
Unissons-nous.
Affirmons notre différence au sein d’une République refondée accordant à ces entités constitutives autonomie et respect.

P.-S. Note actualisée sur les révoltes populaires de 2014 et 2019 auxquelles aucune réponse n’a été apportée
Titre et illustrations NHU Bretagne

La Bretagne devrait prendre toutes les décisions concernant la Bretagne
La Bretagne devrait prendre toutes les décisions concernant la Bretagne


Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

17 commentaires

Yannig Kefeleg 13 juin 2024 - 12h15

« Que la Bretagne ait basculé à ce point vers un vote en faveur du Rassemblement National, démontre à quel point le ressentiment de la société bretonne à l’égard de la politique centraliste et ultra libérale du gouvernement en place est profond et désespéré ».
Je ne comprend pas comment on peut protester contre le centralisme en votant pour un parti ultra-jacobin ? Ce basculement breton vers l’extrême droite ne signe-t-il pas d’abord l’ échec de l’ Emsav qui aurait du être un contrepoison à ce mal français ?
Quant à la refondation de la République, je pense comme avait dû l’admettre Robert Lafont à la fin de sa vie, qu’elle est impossible…

Répondre
Anne Merrien 13 juin 2024 - 16h30

C’est l’Assemblée nationale qui décide de la carte des régions : un vrai référendum ne peut être que national et donc INDIVISIBLE. Tout département peut faire une demande pour changer de région et donc chaque département est SEUL compétent pour consulter sa population à ce sujet (un vote consultatif bien sûr). Un tel vote est possible depuis 2005 et cela n’a rien à voir avec le droit d’option.
Absolument personne ne met plus le Conseil départemental de la Loire-Atlantique devant ses responsabilités. En voilà une belle unité !

Répondre
Alain Bourges 13 juin 2024 - 22h33

Il y a les principes que rappelle Anne Merien et il y a la réalité, telle que la République la pratique quand elle tombe sur un os qui s’appelle la Corse, la Nouvelle Calédonie, St Barthélemy ou la Polynésie, autant d’exemptions au droit commun. La République française autoritaire et centraliste ne connaît que le rapport de forces. Un front commun sera une manifestation de force. Il est plus que temps !

Répondre
Colette TRUBLET 14 juin 2024 - 7h13

12 Juin 2024 : URGENCE / REFLECHIR D’ABORD
(ce que j’en dis, toute seule dans mon coin – Je m’appelle Colette Trublet)

A propos de la dissolution et des élections

Un front populaire ? un front breton pour le coup d’envoi? C’est compatible et ça permet de prendre les choses en main. Les discours ne suffisent pas.

Appel à tous les partis au risque de perpétuer la bagarre entre eux comme d’habitude ?
Non, non, non.

Je ne sais pas vous, mais moi je voudrais
une sixième constitution,

Des comités de concertation dans toutes les mairies,
(Prendre le temps qu’il faut, en se dépêchant de faire doucement et bien, autrement dit : maitrisons nos élans, utilisons notre intelligence collective.)
-— Des Comités qui se transforment en
Conventions Citoyennes,
pour écrire une nouvelle constitution à approuver par référendum.
En partant des besoins vitaux existentiels :
Nourriture, logement, éducation, instruction, santé, emploi, information, sécurité, déplacements.
Et utiliser l’IA = l’INintelligence artificielle (qu’on devrait appeler la mémoire composite artificielle)
Autrement dit :
Investir les mairies, organiser la réflexion, débattre pour ne pas se battre,
s’écouter, échanger et proposer une nouvelle constitution
Et ainsi réorganiser la vie politique A LA BASE
à partir de nos besoins vitaux.

N’ayons pas peur. La puissante administration française va tenir les murs.

Dans la vie Dieu se tait. Sauf, peut-être, en secret dans l’intimité des cœurs.
S’il existe, Il compte peut-être sur nous pour être raisonnables.
Notre ennemi c’est le mensonge, le conflit d’intérêt, la finance mondiale disait François Hollande et l’illusion qu’un grand personnage qui parle bien puisse nous sauver de tous les naufrages tel un Dieu, un pape, un empereur, un héros bref quelqu’un qui n’existe que dans l’imagination quand elle est paresseuse / En Suisse il n’y a pas de Président de la République, il y a quatre cantons avec quatre langues différentes, des référendums d’initiative citoyenne. Ça ne les empêche pas de se tromper mais au moins ils savent que c’est leur faute. Et ils peuvent se corriger.
Nous n’avons pas besoin de protection nous avons besoin d’être accompagnés en cas de besoin. Nous ne sommes pas des enfants .
Nous sommes capables d’utiliser notre intelligence collective pour

ECRIRE LA CONSTITUTION
Dont les lois découleront
Et si les mairies ne veulent pas accueillir des Comités de concertation : utilisons les salles de sport, les terrains de foot, hangars , écoles etc.. Et de la discipline : construisons, ne détruisons rien. .

Répondre
Philippe Corréa 14 juin 2024 - 7h45

Bonne idée ce Front Breton. Ha bremañ ? Qu’en dit Douar ha Frankiz, l’UDB, le Parti Breton etc ? S »il disent OK, super, s’ils disent non, ce serait intéressant de savoir pourquoi !

Répondre
Lheritier Jakez 14 juin 2024 - 8h16

Un Front Breton -Poupulaire,un Rassemblement Breton, National….?
2 mots qui sont entachés et pris par deux idéologies ..

Tenter de trouver une autre désignation:
Pour un gouvernement breton….?
Gouvernons breton.?
UNION HUMANISTE BRETONNE.

Vite une date ,une heure,un lieu pour mettre en place cette Union Humaniste Bretonne?avec
un programme en 5 points principaux.
La mise en place d’un groupe porte parole de propositions,de réactions.
Définir les positions à prendre pour ces législatives
-consignes de votes pour le 1er tour:selon les candidats bretons issus des organisations bretonnes,où
connus pour leurs actions.
-Consignes de vôtes à discuter et à préparer pour le second tour,selon les cas de figures.

Et surtout mettre en place des Groupes d’actions municipales bretons. pour les élections municipales de 2026;
je suis partant pour participer à Saint Nazaire à la constitution d’une liste,….et aider sur les communes limitrophes (Trignac,Montoir de Bretagne ,en Brière)

En plus faire connaitre des bretonnes et bretons quelques porte paroles nécessaires pour la communication en vue des éléctions « présidentielles ».de 2027

Répondre
Jean BOIDRON 14 juin 2024 - 9h01

Je suis,, peut-être hélas ou peut-être pas, un peu beaucoup linguiste…
Simple question de langage : « front » est-il le mot approprié ? Au lieu de « rassemblement ». Je fais volontairement la comparaison avec FN / RN. Nous avons déjà eu un front & une armée (FLB / ARB) que j’ai pu fréquenter…
J’ai bien peur que le terme de « front » soit mal perçu & maladroit en ces temps d’ « affrontement » général ou tout le monde aspire a la paix. Le tremblement global emplit toutes les consciences & rend les gens agressifs, jusque dans leur comportement individuel.
Le terme d’ « Union » ne serait-il pas plus approprié ? Moins « guerrier » ?
Comme tous, je crois, encarté pour ma part dans une « Union » je souhaite vivement le rapprochement de nos divers partis : « l’union fait la force » & pour ma part je me réjouis de ce nouveau « Front Populaire », terme guerrier certes, mais qui répond à un « Rassemblement » des plus nauséabonds. Gilles Penel ira se promener a Bruxelles, en faire ses choux gras, profitons de son absence…
Bref, soyons attentifs à l’usage de nos termes. Si les gens en ont ras le « front », ils ‘e sont pourtant pas si prêts à se battre. La déception des « Bonnets rouges » puis des « Gilets jaunes » a usé pas mal de Monde.
Ou alors Front Populaire Breton. Référence positive a une période de l’histoire où Blum & Salengro ont permis toutes ces avancées sociales que le macronisme s’emploie a détruire.
Il est clair que nos forces politiques s’articulent désormais entre UDB & Parti Breton. Une différence ? Pour fréquenter les 2 j’ai toujours trouvé inepte de ne pas s’unir….
Quand bien même il y a un connard nationaliste français a la tête de LFI, il faut passer au dessus. Mes potes de manif , Redon (5000 manifestant sur les lois retraite pour un bled de 10 000 habitants ça secoue un peu. Véritable creuset politique & social très actif que cette petite ville à taille humaine), ils sont à la CGT ou a LFI !
Bretons avant d’être à gauche ou l’inverse ? Regardons simplement la carte : la Bretagne est à l’extrême gauche de la France. Regardons aussi l’Histoire : la révolution française a commencé en Bretagne & le club breton a fini par s’appeler, hélas, club des jacobins…
Alors « Front », j’hésite. On retrousse nos manches pour jouer les coqs ? On n’a même plus d’armée clandestine comme les Corses ou les Basques, mais nous avons une force politique efficiente, le groupe parlementaire Breizh a gleiz, qui a contribué largement a faire bouger les choses.
Jusqu’à un voeu pour l’autonomie. Voeu pieux ? Je ne crois pas. Vaste divan rouge que cette conscience bretonne…
« Front » s’il on veut mais qu’il soit « populaire ». Ou alors on invite Bolloré a la table, parce que c’est lui le véritable « patron » de la France. Les autres ne sont que des marionnettes… Tiens ? Un cas majeur à passer sur le divan des identités flouées que ce Bolloré qui affiche un drapeau breton au bacon de son appartement du 16eme a Paris, ai 51 boulevard de Montmorency… Je file juste l’adresse 🤣

Répondre
Anne Merrien 14 juin 2024 - 11h00

Ce n’est pas « la République » mais le mouvement breton dans son ensemble qui assure une paix royale au Conseil départemental de la Loire-Atlantique, celui-là même qui refuse de consulter sa population au sujet de la Réunification. Vote qu’il est le SEUL à pouvoir organiser.

Répondre
Ar Marvailher 14 juin 2024 - 11h45

Honnêtement je m’attendais à mieux de la part de NHU pour un tel appel….

L’article du magazine Stourm sur cet appel :

https://stourm.news/?p=1635

Répondre
NHU Bretagne 14 juin 2024 - 12h16

NHU Bretagne ne fait que publier un article écrit par le Collectif Bretagne Majeure.

Répondre
Ar Wirionez 14 juin 2024 - 12h06

Le Front Breton ne peut ce faire que avec tous tes Bretons. Que l’on soit régionalise, autonomiste ou nationaliste. En inclure certain et exclure certain, dès le départ est un oxymore. Que ce soit l’extrême ddroite francaise ou l’estreme gauche francaise, memes tra!!! Ur talbenn breizh ne peut que que se fonder sur une réunion des régionalistes, au tonominsites et nationalistes Bretons.

Répondre
Peter P 14 juin 2024 - 18h56

Je penche aussi pour une alliance bretonne contre les errances françaises… Je ne suis pas sûr par contre que le terme de front soit bien à propos comme l’écrit J Boidron en commentaire…

Mais il est urgent que les partis bretons, démocratiques et plus largement ceux réunis autour de la plateforme RPS (Régions et peuples solidaires) à l’échelle hexagonale prennent position où à tout le moins appel à faire barrage aux nationalistes français.

Plus de 500 ans que nous subissons, l’annexion, les vexations, les décisions funestes des dirigeants français, pour combien de temps encore ? Dans combien de conflits armés et autres guerres coloniales ou impérialistes nous ont-ils entraîné ??

Poent eo dihunañ bretoned !

Répondre
Anne Merrien 15 juin 2024 - 12h47

Macron aurait récemment émis l’idée de « rouvrir la question des grandes régions (…) et de redonner la liberté de choix sur le terrain à nos compatriotes s’ils veulent revenir sur le sujet ». Aucune allusion à la Bretagne. Cependant, si le pouvoir central faisait pression (carotte ou bâton) sur les collectivités territoriales pour qu’elles décident d’organiser des consultations « sur le terrain », il s’agirait uniquement des départements. Par exemple, la région Picardie n’existant plus, il faudrait organiser séparément des votes consultatifs dans chacun des départements de cette ancienne région pour savoir si la population souhaiterait son rétablissement. L’affaire de la consultation (et non du choix, qui reste à l’Assemblée nationale) étant celle des départements et non des régions, on ne pourrait plus rétorquer comme en 2014 : « On ne va pas faire une loi rien que pour la Bretagne ».

Répondre
Anne Merrien 15 juin 2024 - 13h35

D’après le Code général des Collectivités territoriales, c’est bien à ces collectivités que revient la décision d’organiser ces consultations. Il n’en a pourtant pas été ainsi pour le vote consultatif sur l’aéroport de NDDL, sauf que ce vote se basait sur le Code de l’Environnement. Comparaison n’est pas raison.

Répondre
Mik.M 15 juin 2024 - 21h35

perak ket « Marzoù Breizh »?

Répondre
NHU Bretagne 16 juin 2024 - 15h18

Gallout a rit diorren mar plij ?

Répondre
Jean-Louis Pressensé 16 juin 2024 - 15h21

Il y a 45 ans (1979, quarante-cinq ans !), la Bretagne était capable de se réunir au sein de Régions-Europe AVANT les élections européennes. Autour d’un sénateur centre-gauche et de Jean-Edern Hallier qui fantasmait sa Bretagne. Tout le monde était là, de la gauche à la droite, et puis, il y avait des consciences morales : Glenmor, Grall. Où en sommes-nous aujourd’hui pour nous réveiller APRES un scrutin et appeler à l’union, ou unité, ou front, ou alliance, ou ligue pendant qu’on y est ?

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.