Jean Jacques AUDUBON, le plus Américain des Bretons

Jean Jacques AUDUBON, le plus Américain des Bretons

Jean Jacques AUDUBON (1785 – 1851), l’ornithologue le plus réputé des États Unis

CHAPITRE I
C’est à  Couëron (44) non loin de Nantes en sud Bretagne, en une belle propriété nommée La Gerbetière, au cœur des marais ligériens, que Jean – Jacques AUDUBON  contracte le goût de l’Histoire Naturelle. En fait il deviendra le plus prestigieux ornithologue du Nouveau Monde.
Donc Jean  Jacques AUDUBON naît à Saint-Domingue. Car son père, Jean AUDUBON, Officier de Marine y possède de vastes plantations de cannes à sucre. Sa mère naturelle, Anne RABIN,  immigrée  aux Antilles, est  née aux Touches (44). Jean Jacques AUDUBON  revient sur les rives de la Loire à l’âge de 16 ans. Il y est éduqué par sa belle mère, Anne MOYNET AUDUBON.
Nous sommes en l’année 1803. Les guerres napoléoniennes vont embraser le vieux continent. Afin d’échapper à la conscription,  Jean Jacques AUDUBON embarque pour les États – Unis ; son père lui a obtenu  un faux passeport. Il est accueilli à  Philadelphie par Miers FISHER, Quaker, Agent du Capitaine Jean AUDUBON, en cette même ville.
jean jacques audubon

Le Geai Bleu d’Amérique par Jean Jacques AUDUBON

Un Breton passionné par les oiseaux

Dès ces premières années américaines, le jeune homme se passionne pour les oiseaux du Nouveau Monde. Il pratique le baguage – la technique est alors nouvelle – afin d’étudier la migration de certaines espèces.  Il mène alors une existence oisive sur la propriété paternelle de Mill Grove en Pennsylvanie, où il exerce avec une certaine désinvolture, la profession de contremaître. Après un court séjour à la Gerbetière,  il revient en Pennsylvanie et épouse Lucy BAKEWELL (1808).  Le couple aura  trois enfants. Jean – Jacques AUDUBON exerce tour à tour les professions de négociant en allumettes, exploitant d’une scierie, épicier … avec plus ou moins de fortunes. La famille déménage fréquemment : Louisville (Kentucky), Cincinnati (Ohio) …

C’est équipé d’un simple fusil de chasse et d’une boite de couleurs, qu’il brousse les étendues sauvages du Nouveau Monde. Il survit en pratiquant la  chasse et la pêche. Puis il gagne également quelques dollars en brossant le portrait des notables locaux.  Il descend à de nombreuses reprises le Mississipi sur les barges nommées flat boat, explore l’Ohio et le Missouri, rêve aussi de se rendre au-delà des Rocheuses. Enfin il a rencontré William CLARK, le fameux explorateur américain, qui, en compagnie de Meriwether LEWIS, a reconnu les territoires au-delà des Rocheuses. En 1812,  il obtient la nationalité américaine. Jean Jacques se prénommera désormais John James. La crise financière de 1819 ruinera la famille AUDUBON. Devenu célèbre,  il se félicitera de cette banqueroute comme étant à l’origine de ses succès de peintre et de naturaliste. C’est à cette époque peut-être, qu’il conçoit un projet incroyable : décrire et peindre de manière exhaustive l’avifaune nord-américaine.  Son épouse, préceptrice auprès des enfants de riches planteurs, soutient financièrement son ornithologue de mari dans cette ambitieuse entreprise.

jean jacques audubon

Grue américaine – Dessin de Jean Jacques AUDUBON

Pour aller plus loin avec Jean Jacques AUDUBON :

Jean – Jacques Audubon, 1785 – 1851, biographie, Henri Gourdin, Actes Sud, 2002, pages 339
Sur les ailes d’AUDUBON, dessinateur Jérémie Royer, scénariste Fabien Grolleau, coloriste Jérémie Royer, Dargaud, 2016, pages 180

www.audubon.org et www.audubon.fr

Je veux dédicacer cet article à Kate & Mike, des amis américains, naturalistes, écrivains, et bien sûr membres de la National Audubon Society …

Contenu texte libre de copie et de diffusion sous condition de mention de la source d’origine, soit www.nhu.bzh
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs
Précédent Interceltic Digital Day
Suivant Ça STAG pour toi ?

A propos de l'auteur

Stéphane BROUSSE
Stéphane BROUSSE 24 articles

Je ne suis pas un naturaliste au sens strict du terme mais plutôt un raconteur d’histoires naturelles. Mes premières chroniques ont été publiées dans Horizons Nature et Religions et Histoires. Je participe depuis quelques années à la création d’une collection ayant pour sujet la faune en Bretagne aux éditions Yoran Embanner

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Je suis Breton : Louis LE DUFF, Brioche Dorée, Del Arte …

La Bretagne est une terre de découvreurs, d’entrepreneurs et d’innovation permanente. Dans notre quotidien, que ce soit en Bretagne, en Europe et même au-delà, nous les côtoyons. Mais trop souvent,

Le plus américain des Bretons : John James AUDUBON

John James AUDUBON (1785 – 1851) Chapitre  II Durant près de trente ans,  John James AUDUBON  mènera une existence rude et belle au cœur des bois et des bayous, par les

Je suis Breton : Yves COPPENS, paléontologue de renommée internationale.

Yves COPPENS le Breton qui remonte le temps … Breton de Vannes/Gwened est connu dans le monde entier depuis qu’il a découvert Lucy en 1974 en Éthiopie. En fait, Lucy

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire