Je ne suis pas Journaliste, j’écris sur NHU Bretagne et j’y prends du plaisir.

Je ne suis pas Journaliste, j’écris sur NHU Bretagne et j’y prends du plaisir.

Le Journaliste écrit pour de l’argent, le Bénévole pour le plaisir.

Avant de m’attirer les foudres des premiers cités, ajoutons deux mots. D’abord « généralement ». Puis « pas seulement ».
Le Journaliste écrit généralement pour gagner sa vie, mais pas seulement. Comme dans tout métier, certains exercent plus par passion, et d’autres plus par intérêt.
Bien sûr, me direz-vous, le Journaliste a suivi des études de journalisme dans une école spécialisée. Certes. École où l’étudiant en journalisme va apprendre. L’Étudiant suivra des cours de matières générales comme le français, l’anglais, la culture générale et la géopolitique. Ainsi que l’histoire de la presse, l’économie, la sociologie … Enfin quelques matières spécifiques comme la technique rédactionnelle presse écrite, la déontologie, la sémiologie …
Un seul cursus de journalisme est officiellement reconnu par la profession en Bretagne. Au sein de l’IUT de Lannuon/Lannion. Mais il existe bien d’autres formations, publique et privées, pour devenir Journaliste.

Journaliste, un métier de passion.

La mission du Journaliste est de rechercher l’information, de la vérifier, de la rédiger et enfin de nous la proposer sur tout type de support. Le Journaliste est donc quelqu’un qui écrit, qui rédige avant tout. Son texte, son article sera publié sur un support papier ou de plus en plus sur un support numérique, lu à la radio ou à la télévision. Le Journaliste saura aussi, parfois, filmer, témoigner face caméra, interviewer, photographier, mettre en ligne …

Toute personne faisant du journalisme ainsi décrit, sa principale activité professionnelle, peut demander la fameuse carte de presse. C’est la CCIJP Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnelles qui gère cette formalité.
La très grande majorité des Journalistes travaille pour un média. Très peu sont indépendants, donc libres de leurs propos.
Attention, le grand public appelle parfois « Journalistes » des personnes seulement correspondants de presse.

On est toutes et tous un peu journalistes.

Cette mission comme définie plus haut n’est-elle pas abordable pour tout(e) Citoyen(ne) ?
Faut-il posséder une carte de Journaliste pour « rechercher l’information, la vérifier, la rédiger et enfin nous la proposer sur tout type de support » ?
Évidemment, et heureusement, non.
Donc, vous qui lisez ces lignes, écrites par un Citoyen breton libre, vous pouvez de la même manière écrire des articles sur vos sujets favoris.

 

Vous n’êtes pas Journaliste*, vous pouvez écrire sur NHU Bretagne et y prendre du plaisir. Librement.
Vous commencez quand ?

#CroirePlusEnNous

*Bien entendu, les Journalistes le peuvent aussi. Mais la quasi totalité d’entre eux travaillent pour un autre média, et n’en sont donc pas libres.

Précédent Algaia, un bel exemple de relocalisation en Bretagne.
Suivant Hé oh le Rectorat de Rennes, il va falloir s'adapter à notre époque !

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Voici venu le temps de délivrance …

Délivrance Voici venu le temps de délivrance Loin de nous toute idée de vengeance Nous garderons notre amitié avec le peuple de France Mais nous abattrons les murailles honteuses Qui

Embarquez dans votre NHU Breizh Tour

Le NHU Breizh Tour, kezako ? Le site www.nhu.bzh est depuis début 2015 consacré à la Bretagne. Plus de 650 articles déjà et des centaines de photos superbes, de plus

La belle histoire du bois échoué, ou la mémoire d’un matelot.

Le bois échoué ou la mémoire d’un matelot. Né à Nantes en 1969 et diplômé d’une licence de Géographie. Pourtant c’est vers le sport, ma première passion (footballeur et volleyeur)

2 commentaires

  1. Reun Allan
    juillet 01, 22:04 Répondre
    Il me parait intéressant que le rôle du "Journaliste" soit posé d'emblée. Est-il INDEPENDANT ? La réponse est dans la question, il ne l'est pas dans la presse accessible au citoyen ordinaire mais est-il une victime de son sort professionnel, c'est à dire contraint de se plier à la ligne éditoriale de son employeur ou alors est-il une victime consentante finalement satisfaite de son sort ? A suivre certains débats télévisés on a surtout l'impression que la ligne commune à tous les organes de presse qu'ils soient en diffusion papier ou audio-visuelle que le maître mot est le conformisme à l'esprit de "bienpensance", toute dérogation à cette règle étant frappé du sceau de "populisme". Si NHU peut être cet organe permettant de briser la glace du conformisme ambiant, il n'y a pas à hésiter pour l'encourager dans cette voie, un équilibre probablement difficile entre la liberté d'opinion et certaine règles légales visant (sans le dire) sous couvert de déontologie à restreindre cette liberté si elle ne conforme pas à la pensée édictée par les pouvoirs financiers et politiques dominants.
    • La Rédaction
      juillet 02, 08:58 Répondre
      Bonjour Reun, et merci de votre commentaire. Personne n'est objectif, ni vous ni moi. A fortiori un(e) Journaliste. D'abord pour les mêmes raisons que vous n'êtes, que je ne suis, objectif. Et ensuite parce que tout Journaliste a un employeur et une ligne éditoriale à suivre de fait. NHU Bretagne ne dépend d'aucun intérêt financier privé ou public. Nous sommes un média libre, uniquement composé de dizaines de Citoyen(ne)s désirant diffuser infos et points de vue dès lors que le sujet à trait à la Bretagne. Nous tenons à un certain degré de réserve (lire https://www.nhu.bzh/devenez-redacteur-ou-redactrice-nhu/) mais sommes libres par ailleurs. Bienvenu !!

Laissez un commentaire