Réunification de la Bretagne : référendum ou décret ?

Réunification de la Bretagne : référendum ou décret ?

Tout le monde, ou presque, réclame un référendum.

Récemment encore, l’association Bretagne Réunie a déposé au Conseil départemental de Loire Atlantique une pétition déjà signée par plus de cent mille Citoyens de ce seul département breton. Le but : réclamer une consultation pour que le million d’électeurs de ce département s’exprime sur la question. Voulez-vous, oui ou non, que la Loire Atlantique réintègre la Bretagne ?
La consultation n’a pas de valeur légale. On l’a bien vu pour la consultation à propos du projet de construction d’un autre aéroport à NDDL Notre Dame des Landes. Contrairement au référendum, qui lui, a valeur légale. Mais nous sommes dans un état qui ne respecte pas ses Citoyens. Le référendum sur le Traité de Maastricht nous l’a prouvé.

Et quelle serait la question posée ?

On sait tous qu’il est possible d’orienter un vote selon les mots choisis pour formuler la question. Ainsi que la tournure donnée à la question.
Nos administrateurs ne veulent pas voir la Loire Atlantique revenir dans le giron de la Bretagne administrative. Ils sont prêts à tout pour que cette consultation ou référendum ne se fasse pas. On peut imaginer que s’ils y étaient, malgré cela, contraints, le pouvoir central s’emploierait à ciseler la question pour l’orienter au mieux.
Enfin, et l’état central l’a déjà démontré à plusieurs reprises, il n’a que faire du résultat, si celui-ci ne va pas dans le sens escompté par Paris.

Alors il faut un décret !

Pétain, le maréchal français qui collaborait avec le régime nazi a instauré la partition de la Bretagne par décret.
Le régime de Vichy a t-il organisé en 1941 un référendum auprès des Citoyens de Loire Inférieure, comme se nommait alors la Loire Atlantique d’aujourd’hui ? Non, sur un coin de bureau parisien, ce régime contestable, déjà hyper centralisateur et anti-démocratique ne s’en est pas embarrassé. Finalement, cette partition aura été décrété par ce régime fasciste comme l’aura été le dernier découpage régional administratif plus récemment. Sans demander leur avis aux Citoyens, les principaux intéressés.
On ne change pas un pays qui perd !

Ce qu’un décret à défait, un décret doit le refaire.

En 1941, la Bretagne est arbitrairement spoliée d’un cinquième de son territoire historique. Et aujourd’hui il faudrait demander l’avis de ses habitants ? Et en posant de multiples conditions contraignantes ?
C’est trop facile !
Au lieu de dépenser une folle énergie pour l’option du référendum, dépensons-la pour contraindre le pouvoir central à réparer par décret ce qu’il a cassé par décret.
Dans cette république ou tout doit se passer à Paris au Palais, un décret « est un acte exécutoire à portée générale ou individuelle pris par le président de la République ou par le Premier ministre qui exerce le pouvoir réglementaire (art. 21 et art. 37 de la Constitution)« .

Previous Breizh-Coin, favoriser l’innovation et pérenniser la tradition des savoir-faire.
Next "Nouvelle" politique linguistique de la Région Bretagne : de la poudre de Perlimpimpin

Á propos de l'Auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 345 posts

NHU Bretagne, plateforme collaborative francophone de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur. #CroirePlusEnNous #FaireNousMemes #DeciderNousMemes Les articles en anglais pour dire notre Bretagne au reste du monde sont signés NHU Brittany.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ 488 ans déjà que la Bretagne attend. Devons-nous continuer ?

En 1532, il y a 488 ans, un traité dit d’union de la Bretagne à la France mit fin à la Souveraineté de la Bretagne, à son indépendance, 488 ans

Covid19 : centralisme, quand tu nous tiens

Covid et centralisme : où est la différenciation tant prônée par certains ? Centralisme quand tu nous tiens ! Voici une carte intéressante publiée dans le journal Sud Ouest :

Bretons contre Francs au temps de Charlemagne.

Remettre les références à leur place. Pour cette période comme pour les siècles antérieurs, nous sommes condamnés à nous contenter de trop rares sources écrites. D’autant plus aléatoires qu’elles sont

3 Comments

  1. Penn kalet
    décembre 13, 16:38 Reply

    C’est très réducteur et simpliste de limiter la partition de la Bretagne au régime de Vichy ,surtout de Pétain qui en fait était pour la Bretagne à cinq départements ,contrairement aux autres responsables de ce régime dont Romieux coupable de ce décret .Je ne ne cherche pas dut tout à réhabiliter Pétain pour autant ,il a fait par ailleurs des fautes impardonnables ,mais il a été un bouc émissaire facile pour des comparses de ce régime qui étaient bien pire que lui ,et la vieillesse est un naufrage … J’ai déjà abordé dans un autre commentaire sur ce site la chronologie de la partition de la Bretagne Pour ce qui est du décret ou référendum vous posez une très bonne question .Le problème aussi c’est que les courageux militants de la réunification mette trop en avant de légitimes aspects historiques ,alors que aujourd’hui en 2018 ,la Bretagne est à venir ou ne sera pas .D’une part hélas du fait de l’arrivée importante de nouvelles populations le pays nantais est en partie débretonnisé et si l’on ne lui démontre pas les chances économiques et don d’un mieux vivre potentiel de la Bretagne réunifiée nous aurons au mieux un soutien majoritaire mais quelque peu résigné .C’est également vrai pour l’ouest de la Bretagne ou une partie de la population en est inconsciente jusqu’à même une partie de la mouvance culturelle bretonne .D’autre part d’autres craignent à tort, que la fracture territoriale serait aggravée .Il faudrait mettre en évidence les synergies de la façade sud Bretagne de Saint Nazaire à Brest .Si cela va dans le bon sens de parler d’axe économique Rennes Nantes ,c’est une évidence de mettre en avant également Nantes Vannes ville stratégique à ce niveau car elle est un lien entre l’ouest et l’est breton ,et la plus équidistante de des autres villes bretonnes vu notre péninsule est bien plus longue que large .

  2. Jerom Mab Ker Banner
    octobre 16, 22:48 Reply

    Logique ! j »ai depuis toujours pensé cela , je ne vois pas pourquoi on se trimbalerai une consultation dans les urnes alors que les bretons n »ont jamais été consulter en après guerre … pas figeons non plus !…

Laissez votre réponse