yann vari perrot

Yann Vari Perrot, une âme pour la Bretagne.

de NHU Bretagne
Publié le Dernière mise à jour le

Yann Vari Perrot, Breton et catholique.

« Ce livre retrace la vie, les combats de ce prêtre intrépide » comme l’écrit le quotidien Ouest-France ce 11 Septembre 2021.
Écrit par Youenn CAOUISSIN, à partir des notes de son père, Herry, qui fut le secrétaire de Yann Vari Perrot durant de nombreuses années.

Extraits …

« J’éprouvais un profond rejet de l’esprit jacobin, ce mal inguérissable dont est atteinte la France. Un mal qui niait à la Bretagne son droit à exister, à être elle-même.

Nous, Bretons, nous ne contestons pas aux Français le droit à l’amour de la France. Nous pouvions très légitimement penser qu’après les immenses sacrifices des Bretons pour la défense de la « patrie française », la France serait enfin reconnaissante et accorderait aux Bretons ce qu’elle leur avait toujours refusé, le droit de parler leur langue, de voir enseigner leur Histoire, leur culture. Bous pouvions alors penser, et nous l’avons pensé, que la France nous traiterait sur un pied d’égalité.
Non!

Nous avions le droit de nous dire Bretons, mais à condition de nous dire d’abord Français. Notre qualité de Breton devenait alors accessoire. On alla même jusqu’à nous supplier « d’oublier notre qualité de Breton pour ne plus nous souvenir que de notre seule qualité de Français« .

« … Aucune langue, si belle et respectable soit-elle, n’a l’assurance de la pérennité, la bretonne comme la française.

Pour qu’une langue meure, il suffit de ne point l’enseigner, mais aussi de la dénigrer, de démontrer sa prétendue inutilité, et de la pervertir de l’intérieur. C’est la situation de la langue bretonne aujourd’hui, et elle ne manque pas de fossoyeurs qui travaillent à son enterrement. Et il est bien triste de les trouver en aussi grand nombre chez les Bretons. Mais que la France prenne garde, un jour viendra où sa propre langue connaîtra le sort qui est fait à la langue bretonne. Et ses fossoyeurs viendront des Amériques, des colonies ».

« … La France n’a eu de cesse de leur répéter (aux Bretons) qu’ils n’avaient pas d’Histoire.

On leur a appris le mépris de leur langue, de leurs traditions, mais aussi le mépris d’eux-mêmes. Dans ces conditions, comment veux-tu qu’ils aient envie de se battre pour ce qu’ils ignorent ? … »

« … Au point de vue historique, une chose est certaine, et personne ne le niera : la Bretagne a vécu indépendante pendant de longs et heureux siècles. Une chose est non moins certaine : la Révolution française a supprimé toutes nos libertés.
Tu me dis : « la Bretagne et la France sont indissolublement liées. Il y a des unions autrement intimes et autrement sacrées que cette union, et on ne les considère pas comme indissolubles ».
Pourquoi la Bretagne n’aurait-elle que des devoirs envers la France, et la France des droits« .

Yann-Vari Perrot est né le 03 Septembre 1877 au village de Keramaze en Plouarzhel dans le Bro-Leon. Il sera assassiné le 12 Décembre 1943 vers Scrignac / Skrigneg dans les Menez Are, par Jean Thépaut, membre du PCF Parti Communiste Français.

Yann Vari Perrot est publié aux Éditions Ar Gedour, actualité culturelle et spirituelle en Bretagne.

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

Une question ? Un commentaire ?

Recevez tous nos articles en avant-première !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.