Le coquelicot et le bleuet à nouveau dans les champs bretons.

Le coquelicot et le bleuet à nouveau dans les champs bretons.

Promotion de la flore sauvage des champs de Bretagne

Les plantes des champs, appelées plantes messicoles réapparaissent dans les champs de Bretagne depuis quelques années. En fait les plantes messicoles sont les plantes annuelles à germination. Préférentiellement hivernale et habitant dans les moissons. Une gestion plus raisonnée de l’agriculture a permis à ces belles annuelles d’égayer de nouveau les champs de céréales. Ainsi, outre leur beauté, elles servent une fonction importante pour la survie des insectes et des oiseaux. Elles offrent abri et nourriture aux insectes. Également elles participent indirectement à la pollinisation des espèces cultivées, et à la lutte contre les ravageurs des cultures.

De très nombreux dommages ont été causé à la flore sauvage de Bretagne dans les décennies passées.

Cela n’est pas particulier à la Bretagne, bien sûr. Car dans de nombreux pays d’Europe et du monde des pépinières sont dédiées à la culture d’espèces locale pour utilisation par les particuliers, les professionnels de l’horticulture, les communautés gouvernementales et les professionnels de la production agricole
Prenons l’exemple de Floridée’O à Bruz. Cette pépinière se spécialise dans les plantes sauvages locales et les plantes de filtration des eaux usées. Les plantes cultivées sont ensuite acheminées à une clientèle diverse allant des collectivités et des administrations aux agriculteurs et aux particuliers.
La restauration des milieux n’est pas juste une phase de mode, mais une nécessité écologique et économique. La création de pépinières spécialisées dans la production de plantes locales et messicoles conduit à la création d’emplois locaux tel que les pépinières, mais aussi des emplois dans l’entretien, la restauration et la création de milieux dit bio-divers.

champ

Champ de céréales parsemées de plantes messicoles.

Protégeons la flore locale et messicole en Bretagne.

Bien sûr la collecte de plantes sauvages doit se faire dans un cadre adapté pour éviter des dommages à la flore et faune sauvage. Pour cela la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux, dont Brest et Nantes, a développé le projet « Flore Locale et Messicole »
Depuis 2014, deux signes de qualité relatifs à l’origine géographique des végétaux commercialisés, semences, plants, plantes entières ont été créés. Végétal Local et Vrais Messicoles. Pour plus d’information allez à : www.fcbn.fr/vegetal-local-vraies-messicoles.

Previous Rolls-Royce, Bretagne et navires sans Équipage
Next Où fait-il bon vivre et travailler en Bretagne en 2017 ?

About author

Patrick REGNAULT
Patrick REGNAULT 12 posts

J’ai travaillé comme paysagiste en Bretagne, Angleterre et depuis près de 20 ans en Australie. Ma profession est ma passion et j’espère pouvoir la partager avec vous.

View all posts by this author →

You might also like

Ce pays est au bout du rouleau … par Alain GLON.

Le pays n’a plus de marges de manœuvre. Ainsi 57 % du PIB de la France est engagé par la dépense publique. Puis il faut y ajouter 3 % de

Le Camp de Conlie ou l’effroyable délibéré massacre de milliers de Bretons

Nous sommes en 1870, pendant la guerre entre France et Prusse. Les Prussiens mieux organisés et armés que leurs ennemis français, sont aux portes d’Orléans. En fait la désorganisation de

Et la Bretagne, accueillerait-elle l’Aquarius ?

L’Aquarius, le navire qui défrayent nos chroniques. Depuis des mois maintenant, ce navire de l’Association SOS Méditerranée occupe l’actualité en Europe. L’Aquarius longe les côtes libyennes, embarque à son bord

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply