Le coquelicot et le bleuet à nouveau dans les champs bretons.

Le coquelicot et le bleuet à nouveau dans les champs bretons.

Promotion de la flore sauvage des champs de Bretagne

Les plantes des champs, appelées plantes messicoles réapparaissent dans les champs de Bretagne depuis quelques années. Les plantes messicoles sont les plantes annuelles à germination préférentiellement hivernale habitant dans les moissons. Une gestion plus raisonnée de l’agriculture a permis à ces belles annuelles d’égayer de nouveau les champs de céréales. En fait, outre leur beauté, elles servent une fonction importante pour la survie des insectes et des oiseaux. Elles offrent abri et nourriture aux insectes et participent indirectement à la pollinisation des espèces cultivées, et à la lutte contre les ravageurs des cultures.

De très nombreux dommages ont été causé à la flore sauvage de Bretagne dans les décennies passées.

Cela n’est pas particulier à la Bretagne, bien sûr. Car dans de nombreux pays d’Europe et du monde des pépinières sont dédiées à la culture d’espèces locale pour utilisation par les particuliers, les professionnels de l’horticulture, les communautés gouvernementales et les professionnels de la production agricole
Prenons l’exemple de Floridée’O à Bruz. Cette pépinière se spécialise dans les plantes sauvages locales et les plantes de filtration des eaux usées. Les plantes cultivées sont ensuite acheminées à une clientèle diverse allant des collectivités et des administrations aux agriculteurs et aux particuliers.
La restauration des milieux n’est pas juste une phase de mode, mais une nécessité écologique et économique. La création de pépinières spécialisées dans la production de plantes locales et messicoles conduit à la création d’emplois locaux tel que les pépinières, mais aussi des emplois dans l’entretien, la restauration et la création de milieux dit bio-divers.

champ

Champ de céréales parsemées de plantes messicoles.

Protégeons la flore locale et messicole en Bretagne.

Bien sûr la collecte de plantes sauvages doit se faire dans un cadre adapté pour éviter des dommages à la flore et faune sauvage. Pour cela la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux, dont Brest et Nantes, a développé le projet « Flore Locale et Messicole »
Depuis 2014, deux signes de qualité relatifs à l’origine géographique des végétaux commercialisés, semences, plants, plantes entières ont été créés. Végétal Local et Vrais Messicoles. Pour plus d’information allez à : www.fcbn.fr/vegetal-local-vraies-messicoles.

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.

Précédent Rolls-Royce, Bretagne et navires sans Équipage
Suivant Où fait-il bon vivre et travailler en Bretagne en 2017 ?

A propos de l'auteur

Patrick REGNAULT
Patrick REGNAULT 5 articles

J’ai travaillé comme paysagiste en Bretagne, Angleterre et depuis près de 20 ans en Australie. Ma profession est ma passion et j’espère pouvoir la partager avec vous.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Pierre Olivier MALHERBE, un globe trotteur breton au XVIe siècle

Pierre Olivier MALHERBE vient tout juste d’avoir douze ans quand il quitte en compagnie de son oncle, Vitré (35) pour se rendre à Saint Malo. Ce voyage court mais  dangereux –

Bilan démographique de la Bretagne

Le bilan démographique est naturellement globalement positif pour la totalité du pays. Mais des disparités très importantes apparaissent. Au dernier recensement, la population bretonne est de 4 616 602 habitants

Tro Breiz

 » Le Tro Breiz n’est pas un lieu à gagner, c’est une boucle à boucler«  La Bretagne a été peu à peu christianisée vers les Ve et VIe siècles, surtout

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire