En Bretagne, il faut reconstruire des talus

En Bretagne, il faut reconstruire des talus

Les talus ont façonné pendant très longtemps la Bretagne.

Beaucoup se rappelleront des paroles de la chanson de Gilles SERVAT, Madame la colline, dans laquelle il décrit les dommages qui suivent la démolition déraisonnée des talus de Bretagne. Démolition qui a commencé à grande échelle au temps du remembrement.  Déclenchant l’érosion des terres, la perturbation de la circulation de l’eau, l’appauvrissement de la biodiversité des campagnes et moins reconnu la dégradation de la faune et de la flore des sols.
Une association, Skol ar C’Hleuzioù (l’école des talus), située à Pouldouran près de Tréguier agit depuis 1998/ Pour la promotion et la sauvegarde et la reconstruction de talus, talus en pierres sèches et la restauration du bocage. L’association organise des chantiers et des activités ainsi que des fiches techniques.

La reconstruction des talus dans nos campagnes est nécessaire.

Pour limiter l’érosion, la pollution des cours d’eau et remplir la nappe phréatique. Et contrairement à l’idée reçue, la reconstruction judicieuse de talus apporte un gain financier. Aux exploitations agricole entre autres en limitant la perte de limons et de sables fins.
Dans les nouveaux lotissements et aménagements de terrains il devient plus commun de voir les parcelles divisées avec des talus plutôt que des haies à même le sol. Il serait bon de voir les essences locales utilisées en priorité. Surtout celles favorisant les petits mammifères, les passereaux. Et bien sûr les essences mellifères pour attirer les pollinisateurs. Il faut cependant noter que sur la côte la végétation des talus était, dû au vent salé, constituée en majorité de plantes herbacées et d’ajoncs.

Skol ar C’Hleuzioù.

Spontanément de nombreuses espèces de plantes herbacées apparaitront sur les pentes et la base des talus. Cette flore locale permettra le maintien d’une faune diversifiée. L’usage des désherbants chimiques est déconseillé. Ne pratiquer qu’un ou deux fauchages annuels, pas trop court, et l’ombrage des arbres et arbustes limiteront naturellement le développement des plantes indésirables.
Vous pouvez visiter le site de Skol ar C’Hleuzioù sur www.talus-bretagne.org/index.php

Lisez aussi l’article de Stéphane BROUSSE consacré au bocage de Bretagne.

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.

Précédent Changement d'heure : Molène et heure solaire
Suivant La Vallée des Saints, l'île de Pâques bretonne.

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Aménagement routier en Bretagne : de qui se moque t-on ?

Cinquante ans après, l’aménagement routier du centre Bretagne n’est toujours pas terminé ! Sous la pression du CELIB Comité d’Études et de Liaisons des Intérêts Bretons, le 09 Octobre 1968, l’État

La Bretagne, puissance économique

La Bretagne possède beaucoup plus d’atouts que nombre de régions européennes et doit se considérer comme puissance économique Puissance économique d’un pays qui possède 2700 kilomètres de côtes maritimes. Depuis

Sabella, une PME bretonne dans l’aventure de l’énergie hydrolienne en mer

Cette entreprise quimpéroise d’environ quinze personnes, est en pointe dans le domaine de l’énergie hydrolienne. La Sabella D10 est la première hydrolienne française à avoir alimenté un réseau électrique. En fait cette

5 commentaires

  1. cyclope 56
    mars 27, 19:25 Répondre
    Peut on espérer des aides pour reconstruire les talus sur des parcelles attenantes ? J'ai toujours été horrifié de voir des champs dont on a detruit les talus et haies qui étaient le visage de notre Bretagne !!!
    • Rémy PENNEG
      mars 28, 11:17 Répondre
      Bonjour et merci de votre commentaire. Nous vous suggérons de contacter l'association Skol ar C'Hleuzioù dont l'Auteur parle dans son article. A galon.
  2. thierry
    avril 06, 09:15 Répondre
    bonjour à vous je voudrais des renseignement sur la construction d'un talus. ma situation géographique :j'habite en pleine campagne dans le pays du porzay ,et je n'ai pas de voisin. mais je suis collé à une terre cultivée, il n'y a qu'un grillage de séparation entre le champ est mon terrain. je voudrais donc faire un talus , longueur 120m environ. je suis en bonne relation avec l'agriculteur exploitant ce champ mitoyen , mais je voudrais rassembler un maximum d'informations avant de lui en parler. je suis prêt à donner une partie de la terre de mon terrain ,mais je pense que ça ne suffiras pas pour faire un talus de hauteur correcte (environ 1m). questions: -y a t 'il des lois ou des décrets qui déterminent des distances minimum , ou infrastructure (talus) par rapport à la pulvérisation et la culture de la parcelle? (entre le pignon de ma maison et ce champ il y a une dizaine de mètres , et ensuite j'ai 2000m2 de terrain) -la commune peut- elle aider ou prendre en charge le chantier? -y a t'il une participation financière des 2 parties? -étant au chaumage y a t 'il des aides financières? -y a t 'il des organismes ou avocats spécialisés à ces questions? je vous remercie d'avance cordialement Mr thierry Gachichans
    • Rémy PENNEG
      avril 06, 18:53 Répondre
      Bonsoir et merci de votre commentaire, et votre intérêt pour réaliser ce talus. Nous vous suggérons de vous adresser aux spécialistes dont on parle dans l'article, en l'occurrence Skol ar C'Hleuzioù que vous retrouverez sur leur site (www).talus-Bretagne.org. Bonne construction.
  3. Marc Le Bayon
    janvier 08, 17:46 Répondre
    Bonjour Merci pour ce beau texte... Mais, concrètement, que voulez vous ou pouvez vous faire ? Très concrètement, à coté de chez moi, entre le 16 et le 18 rue de mané pages a Landevant 56690, ils sont en train de ravager le talus. Et quand je dis ravager, c'est ravager... Afin d'y construire un lotissement de 14 lots pouvant donner 10.000M² d'appartements. L'accès ne faisant que 2,90M, ils n'ont pas hésité une seule seconde a démonter et détruire le talus avec un Chêne vieux d'une centaine d'année, afin d'avoir leur 3,50M de large. C'est pour cela que je vais au TGI de Lorient le 23 Janvier 2018, afin de faire arrêter ce massacre. Cordialement Marc Le Bayon

Laissez un commentaire