L’odyssée d’eog ou les tribulations d’un Saumon atlantique.

L’odyssée d’eog ou les tribulations d’un Saumon atlantique.

Épisode 1

Le  Saumon atlantique (Salmo salar) est  une espèce emblématique de la Bretagne. Il a disparu de nombreux fleuves français mais continue à fréquenter les cours d’eau bretons,  véritables pouponnières, où naissent chaque printemps, plus de 400.000 saumons. Le Saumon atlantique est une espèce classée vulnérable par l’Union Internationale de Conservation de la Nature.

Mon nom est Eog : saumon en langue bretonne.

Je suis né en Mars sur une gravière des eaux vives de la Laïta. Juste à quelques encablures du vaste océan d’où sont venus mes parents.  Ils sont nés eux aussi dans les eaux claires de ce modeste fleuve breton puis sont partis rejoindre les eaux fraiches et salées des environs du Groenland. Ma mère, en Novembre, a déposé dans des excavations sablonneuses pas moins de huit mille œufs. Mon père y a répandu son liquide séminal puis est mort en Décembre. Ma mère l’a suivie bien vite dans l’au-delà des salmonidés. Certains seniors survivent à la fraie. Peu de mes frères et sœurs parviendront à l’âge adulte. Notre vie est rude. Nos prédateurs sont nombreux : poissons, crustacés, oiseaux, mammifères … Je n’évoquerais pas ici l’altération de la qualité des eaux et les perturbations climatiques.

eog

La présence du Saumon atlantique en Bretagne occidentale.

Les humains disent que je suis un bon indicateur de la qualité des eaux.

Je n’évoquerais pas non plus les nombreux obstacles qui bloquent l’accès aux frayères. Les humains – heureusement – ont installé des échelles et des ascenseurs.
Avant la période estivale, j’ai perdu ma poche vitelline de fragile alevin puis ma croissance s’est incroyablement accélérée. Je mesure maintenant pas moins de quatre centimètres.  Les eaux de la Laïta constituent un garde-manger fort bien achalandé : insectes, larves, crustacés … Durant près de deux ans, j’ai sillonné ces eaux bienfaitrices et dangereuses. Les êtres humains me nomment alors  tacon.  Je ressemble – à quelques détails près  – à une petite truite ; robe grise  ponctuée de tâches brunes, ventre blanc ponctué de tâches oranges.
Puis, pour je ne sais quelle raison,  j’ai été  inexorablement aimanté par des eaux à la salinité de plus en plus importante. Je me suis laissé dériver vers l’estuaire de la Laïta,  puis bringuebaler par le flux des marées.

eog

Eog en breton, Salmon en anglais et Saumon en français.

J’ai senti en moi de profondes modifications physiologiques.

Mon organisme peu à peu s’est adapté aux eaux salées. Les êtres humains me nomment maintenant smolt autrement dit petit saumon d’eau salée. Ils parlent même de smoltification, c’est à dire d’adaptation au milieu salé. Mes forces ne cessent de croître. Ma livrée est maintenant argentée. Je me nourris désormais des petits poissons qui fréquentent l’estuaire.
Il faut que je gagne le grand large et les régions septentrionales. En ce début de printemps, nous sommes des milliers à traverser le vaste océan. Ce voyage est périlleux. Nous optons pour la dynamique de banc afin d’échapper aux prédateurs.  Gare aux cormorans, aux Fous de Bassan, aux phoques, aux filets, aux hameçons et mille autres dangers encore.

Retrouvez bientôt le second épisode de la vie de Eog, le saumon de Bretagne.

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.
Précédent Bécassine à nouveau au cinéma ?
Suivant La Bretagne minée sur 3% de son territoire, par des Australiens.

A propos de l'auteur

Stéphane BROUSSE
Stéphane BROUSSE 17 articles

Je ne suis pas un naturaliste au sens strict du terme mais plutôt un raconteur d’histoires naturelles. Mes premières chroniques ont été publiées dans Horizons Nature et Religions et Histoires. Je participe depuis quelques années à la création d’une collection ayant pour sujet la faune en Bretagne aux éditions Yoran Embanner

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Notre indifférence tue la biodiversité en Bretagne

La biodiversité s’appauvrit en Bretagne Les plus jeunes ne s’en rendent sans doute pas compte. Et pour cause, le mal progresse lentement. Lentement mais tellement sûrement. La Bretagne voit disparaître peu à

Es-tu Penn ar Bed ou Finistère ?

C’est étonnant comme un territoire peut être très différemment considéré selon le nom qu’on lui attribue ! Prenons par exemple (mais tout à fait au hasard, bien entendu) cette partie

Agriculture bretonne en perdition

Agriculture et agroalimentaire en voie de disparition en Bretagne ? La Bretagne est le premier territoire européen si on combine agriculture et agroalimentaire, et tous les secteurs (viande bovine, production

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire