Chasse à courre en Forêt de Brocéliande

Chasse à courre en Forêt de Brocéliande

Ce grand cerf aux seize bois a récemment été abattu.

Il existe encore de grandes et magnifiques forêts en Bretagne. Et parmi elles, la Forêt de Brocéliande est sans doute la plus connue. Douze mille hectares de futaies et de landes aux essences variées. Des vallons encaissés, des ruisseaux et des lacs, des roches anciennes.
Mais le problème le plus important, sans doute, de cette forêt mythique, c’est son morcellement. Parce qu’elle est privée à environ 90%. Ainsi donc quasi impossible à gérer dans son ensemble.

Cette grande forêt bretonne privée est de fait accessible à certaines activités. Et parmi celles-ci, il y a la chasse à courre.

La chasse à courre ou vénerie en Bretagne.

En fait cette activité très ancienne n’est plus seulement l’apanage d’une certaine aristocratie. D’ailleurs, traquer le renard, le sanglier ou le grand cerf est interdit dans certains pays européens. Ainsi la Belgique, l’Allemagne et l’Angleterre. Malgré l’interdiction de 2004 dans ce dernier pays, la chasse à courre est malgré tout pratiquée. Comme en Irlande. De plus en plus de femmes et de plus en plus de jeunes s’adonnent à la vénerie. La grande vénerie est la plus démonstrative : équipages en habits, chiens en meutes, chevaux et cors de chasse … Pour chasser les grands animaux comme le sanglier ou le cerf.
En Bretagne, il existe une petite quarantaine d’équipages de vénerie sur nos cinq départements. Dont plus du tiers est actif en Côtes d’Armor.

Les six animaux de la vénerie.

La grande vénerie chasse le cerf, le sanglier et le chevreuil. Et la petite vénerie traque plutôt le lapin, le lièvre et le renard. La vénerie est une forme de chasse très codifiée qui n’a rien à voir avec la chasse à pied des sociétés de chasses communales. Ou de l’activité du chasseur solitaire.

chasse à courre

Chasse à courre

Le grand cerf de Brocéliande est mort.

En Forêt de Brocéliande une chasse à courre en Octobre dernier a mis à mort l’un des plus respectueux hôtes de ces bois. Sûrement l’un des plus beaux de la forêt mythique : le grand cerf aux seize bois. Superbe cerf que l’on peut admirer en page de couverture, encore vivant, sous l’objectif de Philippe MANGUIN, du Collectif breton de Photographes BreizhScapes.
Doit-on accepter, encore, au XXIe siècle, de voir de tels grands animaux chassés et abattus ? En effet, la vénerie, comme la tauromachie, sont des traditions très anciennes en Europe. Car de plus en plus de voix s’élèvent contre ces tueurs d’innocents. Fussent-ils en beaux habits colorés !
On s’émeut sur les réseaux sociaux de l’abattage d’un lion en Afrique en guise de trophée exotique. Il semble qu’on s’inquiète moins de l’abattage d’un grand cerf en Bretagne, également en guise de trophée. A moins que ce ne soit que pour détendre une meute de chiens et quelques beaux chevaux.

Alors défendons notre Patrimoine.

Nos dernières grandes forêts bretonnes abritent encore une faune importante. Il s’agit d’un patrimoine collectif que nous devons protéger et léguer aux générations futures.
Le plaisir et la tradition d’un petit nombre doit-il primer sur le respect du patrimoine de tous ?

Retrouvez la Forêt de Brocéliande dans le superbe ouvrage de Philippe MANGUIN.

Sources : venerie.org – chasserenbretagne.fr – equipagedelahardouinais.com

Précédent Le CO2 et le réchauffement climatique : serait-ce une fable ?
Suivant Breizh Food Trotters : la galette autour du monde.

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 80 articles

Sur NHU, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente (avec alors une adresse en prenom.nom@nhu.bzh), en signant votre article, ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

La Bretagne minée sur 3% de son territoire, par des Australiens.

La compagnie Variscan Mines est une petite compagnie minière australienne. Sa capitalisation boursière a l’ASX (Australian Stock Exchange) de 13,49 millions de dollars australiens soit seulement 9,76 millions d’euros. Le prix

La sécheresse aux portes de la Bretagne

Pour l’instant seul l’extrême sud du pays est touché. Le climat change partout sur notre petite planète. Et c’est notre faute. Globalement, nous consommons trop, de tout. Surtout dans l’hémisphère

Bilan démographique de la Bretagne

Le bilan démographique est naturellement globalement positif pour la totalité du pays. Mais des disparités très importantes apparaissent. Au dernier recensement, la population bretonne est de 4 616 602 habitants

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire