L’Euro 2016 de football : rien en Bretagne !

L’Euro 2016 de football : rien en Bretagne !

L’Euro 2016 de football du 10 Juin au 10 Juillet prochains.

Quelques données d’abord pour mieux comprendre

Euro 2016  – l’Hexagone compte vingt équipes de football en Ligue 1, dont quatre en Bretagne : Lorient, Nantes, Guingamp et Rennes, ce qui place la Bretagne comme étant une des treize régions administratives ayant le plus grand nombre d’équipes.
Treize régions administratives dans l’Hexagone : si chacune d’entre elles avait quatre équipes en Ligue 1 comme la Bretagne, le championnat compterait cinquante deux équipes et il n’y en a que vingt. La Bretagne compte donc deux fois plus d’équipes que la moyenne.

Regarde cette carte de l’Hexagone attentivement …

Les clubs sont situés sur la carte par leur blason et les stades où vont se jouer les rencontres par des points de couleur mauve.
On voit très bien trois grandes zones concentrant ces vingt clubs de foot : dix sont situées dans un grand sud de l’Hexagone, six dans un grand nord et quatre en Bretagne.
Aucun des clubs français n’est à plus d’une heure et demie de voiture d’un stade de l’Euro 2016 de football. Les quatre clubs bretons, eux, sont en moyenne à trois heures de route, voire nettement plus pour certains.
Corse mise à part !

Pourquoi ?

Comment se fait-il qu’il n’y ait pas, au moins à Nantes, au moins à Rennes, les clubs bretons les plus à l’est, un des stades retenus pour cet Euro 2016 ?
Nous ne pouvons, un seul instant, imaginer qu’il s’agisse d’un pur hasard.
Pourquoi le public breton passionné de football n’aura pas le droit d’aller assister à ces belles rencontres de qualité internationale dans les mêmes conditions que les autres publics passionnés de foot ?

Nos quatre stades ne présenteraient pas les conditions requises pour de tels événements ?

Guingamp et Lorient sans doute, mais Nantes et Rennes ! Et puis comme d’autres, ces stades auraient eu le temps d’apporter quelques aménagements complémentaires pour valider le cahier des charges.

Nos quatre grandes villes n’auraient pas accepté d’investir quelques millions d’euros pour qu’en Bretagne. Au moins un stade soit en mesure de donner aux Bretonnes et aux Bretons passionnés de ce sport si apprécié en Bretagne, le frisson du direct des grandes rencontres ?
Partout, ou presque, les municipalités s’arrachent ce genre d’événement à couverture médiatique internationale. Et en Bretagne, comme par hasard (encore lui !), aucune de ces quatre grandes villes n’en aurait voulu ! Si tel est le cas, dans la situation financière des municipalités bretonnes et leur gestion de l’argent public, ne pas s’engager dans un tel projet est peut-être plus raisonnable qu’il n’en a l’air.

Ceci dit, on a beau chercher une explication autre, on n’en trouve pas !

Quoique !
On en a bien une, mais elle nous paraît si folle qu’on n’a même pas envie de vous la confier.
Si ? D’accord, devant tant d’insistance et pour calmer notre public de plus en plus important, nous allons vous souffler à l’oreille ce qui pourrait être une explication plausible.
Ne venez pas nous dire après que nous racontons des balivernes : c’est vous qui venez d’insister !

euro 2016

Le football en Bretagne, toujours en gwenn ha du

Tu imagines un instant des milliers de gwenn ha du, le drapeau blanc et noir de la Bretagne, flottant dans les tribunes de Roazhon Park (déjà ce nom étrange, dans une autre langue) devant des dizaines de millions de spectateurs et téléspectateurs devant leur écran en Amérique du sud, dans toute l’Europe, en Afrique ?

Inconcevable voyons !

Ces dizaines et dizaines de millions d’étrangers et ces milliers de journalistes des quatre coins du monde se demandant ce qu’est ce drapeau, et trouvant rapidement la réponse : c’est le drapeau de la Bretagne.
Et à partir de là, tellement d’autres questions …
Notre Gwenn ha du dans  nos grands festivals bretons de musique est une évidence, dans toutes nos manifestations aussi bien sûr. Lors d’une finale de football dans un grand stade parisien entre deux de nos équipes bretonnes, c’est déjà plus équivoque. Mais là, il y aurait trop de monde à le voir.

Surtout trop de gens qui ne savent pas qu’il existe.

Cette explication vaut ce qu’elle vaut, comme on dit; et sincèrement, nous ne pouvons pas imaginer un seul instant, que ce pu être une des raisons pour la non présentation, et de fait la non sélection, d’au moins un de nos stades bretons.
Bretonnes et bretons amoureux du foot, si vous souhaitez assister à une de ces grandes rencontres internationales, il va falloir parcourir en voiture, en train, en brouette; au moins deux fois plus de kilomètres que les autres.
Aucune rencontre n’aura lieu en Bretagne.
C’est bien cela, l’Euro 2016 de football va se dérouler en France.

Contenu texte libre de copie et de diffusion sous condition de mention de la source d’origine, soit www.nhu.bzh
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs

Précédent Croire plus en nous : quand la Bretagne s'éveille
Suivant L'archipel des îles Glénan

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 206 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

L’Association Athlétique Gaélique (GAA) doit en finir avec le pillage des joueurs bretons.

Jeux mondiaux des sports gaéliques 2019, du 28 juillet au 1er août. Imaginez la fureur si l’Angleterre avait pu débaucher Gareth Bale, Aaron Ramsey et un nombre incalculable de joueurs

Bretagne : découvrez 8 atouts majeurs trop méconnus.

La Bretagne possède d’innombrables atouts. Mais les connaissez-vous tous ? Certains sont parfois au mieux ignorés, au pire dissimulés. Il ne faudrait pas non plus qu’on prenne la grosse tête

Breton(ne) tu dois aller à Paris

Toujours cette farouche volonté de nous mener à Paris On entend et on lit un peu partout et depuis trop longtemps une même ritournelle. « Il faut absolument mettre la Bretagne à

2 commentaires

  1. rachel
    juin 04, 07:21 Répondre
    "Comment se fait-il qu’il n’y ait pas, au moins à Nantes, au moins à Rennes, les clubs bretons les plus à l’est, un des stades retenus pour cet Euro 2016 ?" il n'y a plus aucun article sur internet sans faute, au secours !
    • Rémy PENNEG
      juin 04, 10:11 Répondre
      Bonjour Rachel Nous avons bien reçu votre commentaire et nous vous en remercions. Nous aimons les langues, toutes les langues (un article est en préparation à ce sujet et devrait paraître la semaine prochaine) et essayons de respecter leur magie. Et de ne pas commettre de fautes d'orthographe et/ou grammaticales. Et dans l'extrait ci-dessous auquel vous faites référence, nous ne voyons pas où se trouve la/les faute(s). S'il vous plaît, pouvez-vous nous éclairer à ce sujet ? D'avance merci et bonne journée Cordialement / A galonVotre réponse : bonjour je ne parlais pas de l'orthographe, mais de l'est, la Bretagne est à l'ouest, pas à l'est. bien cordialement RachelNotre réponse : Rachel, On est tous à l'est et à l'ouest de quelqu'un d'autre. Si vous êtes à l'est de la Bretagne, la Bretagne est effectivement, pour vous, à l'ouest. Mais pour nous bretons, qui vivons en Bretagne, Rennes et Nantes sont à l'est (de la Bretagne). Tout dépend de votre configuration géographique, qui ne semble pas la même que la nôtre. Mais les deux sont pertinentes. Merci de votre commentaire Cordialement / A galon

Laissez un commentaire