dérive totalitaire de la société française

La dérive totalitaire de la société française

de Yvon OLLIVIER

La dérive totalitaire de la société française est-elle inéluctable ?

Le groupe RN Rassemblement National à l’Assemblée nationale veut introduire dans la Constitution : « nul ne peut se prévaloir de sa langue ou sa culture pour se soustraire aux lois de la République et s’exonérer du respect des règles communes« .
Faut-il en rire ou s’inquiéter ?
Il faut prendre très au sérieux ce qui n’est rien d’autre que la manifestation du glissement totalitaire de la République française.
C’est l’aboutissement du « principe d’unicité du peuple français » consacré par le Conseil Constitutionnel, lorsque la diversité humaine et les langues minoritaires ne peuvent plus devenir source de droits.

En Bretagne, nos langues ne sont pas des « patrimoines », elles sont sources de droits individuels comme collectifs.

C’est le droit pour chaque individu de pouvoir s’exprimer dans sa langue et de pouvoir la voir enseignée à ses enfants. Également le droit pour ces derniers de partager et de vivre leur culture minoritaire. C’est le droit des peuples à persister dans l’être, en transmettant leur langue, leur culture riche d’un rapport au monde distinct et fondateur de l’humanité. Le droit de persister dans l’être, c’est encore le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes reconnu par la charte de l’ONU.

oui à l'autonomie de la Bretagne
« Je crois en la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes » … mais ailleurs

La proposition du Rassemblement National marque l’aboutissement d’une dérive totalitaire.
Il ne manquera plus que l’arsenal pénal pour faire respecter l’interdiction d’opposer le moindre droit au sein d’une « société unicitaire ».
Paul Molac a eu raison de riposter en parlant breton, pour mieux souligner l’absurdité de cette proposition.
Mais elle n’est pas absurde. Elle s’inscrit pleinement dans la politique républicano-jacobine qui a planifié la destruction méthodique de nos langues, en utilisant à plein les ressources de l’éducation nationale.

La dérive totalitaire de la société française et la liberté d’expression

Comme les victimes de cette histoire tragique – que l’on devrait situer au rang des victimes de crime contre l’humanité – relèvent la tête aujourd’hui, il convient de les empêcher d’agir par tous les moyens.
La destruction de nos langues, de la diversité par une république dévoyée dans son essence émancipatrice, nous conduit à la société de contrainte où la liberté d’expression n’existera plus, où la pénalisation des comportements dérogatoires sera reine.

Le climat est nauséabond.
Je suis abasourdi par la montée de la haine en ligne à l’encontre de ceux qui ne font jamais que défendre leur langue et leurs droits humains. On entend des bruits de bottes sur le pavé, et des marches aux flambeaux qui nous rappellent tellement de choses.

Une République tournée contre l’altérité.

La proposition du Rassemblement National nous mène à la société de contrainte, mais ce n’est jamais que la tendance actuelle. Une république tournée contre l’altérité s’abîme logiquement dans la société de contrainte. Je ne cesse de le dire depuis plus de dix ans déjà.
Notre avenir sera-t-il celui qu’offre le pouvoir chinois, par l’utilisation de tous les moyens technologiques pour assurer une contrainte sociale de tous les instants ?

Le travail d’éradication de nos langues n’est pas encore achevé.
Il repose sur la « communauté éducative » qui sabote les filières bilingues et sur la passivité du pouvoir socialiste à la région qui refuse de mettre la pression sur l’Etat.

Cette proposition du RN doit résonner aux oreilles de ceux d’entre nous qui se sentiraient tentés par la haine française. On ne peut pas être breton et d’extrême droite sans adopter une conduite suicidaire. Voter l’extrême droite, c’est soutenir la haine nationale française anti-bretonne.
Il faut savoir être cohérent.

Plus que jamais nous devons rester fermes sur l’essentiel.

Le combat pour la Bretagne, son autonomie et la survie de nos langues et culture, relève des droits humains.
Nos langues ne sont pas des « langues régionales » donc inférieures, mais les langues de notre peuple et de notre pays.
Nous ne devons pas nous laisser impressionner par l’arsenal liberticide de l’extrême droite, mais être conscient de l’hostilité viscérale d’une certaine république à notre endroit.

La République est prise en otage depuis si longtemps par les forces d’une bourgeoisie avide et coloniale.
Elle est désormais enchaînée au CAC 40, au rayonnement de Paris mais encore aux forces de haine.
Il m’est avis que nous devons la délivrer.
La vraie République émancipe, les hommes et les peuples.
Elle émancipe tous les peuples, même le nôtre sur lequel on a tant craché dans l’Histoire.

la république c'est le peuple
« La République c’est le Peuple. Quand on n’a pas la peuple avec soi, on n’est pas en République »

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

Une question ? Un commentaire ?

Recevez tous nos articles en avant-première !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.