1914-1918 : que les états européens présentent leurs excuses !

1914-1918 : que les états européens présentent leurs excuses !

Un siècle plus tard, la guerre 1914-1918 est toujours là !

A lire les journaux, à voir le nombre de manifestations organisées pour le centenaire de la fin de la guerre de 1914-1918, on ne peut que constater l’importance toujours présente de cette catastrophe qui fit près de 16 millions de morts en Europe. Mais aussi ailleurs dans le monde et plus particulièrement au proche et au moyen-Orient.

Comme tout un chacun, j’ai des souvenir familiaux sur cette période. J’ai le souvenir d’un grand-père qui participa aux combats à Verdun, et aussi celui d’un grand-oncle qui se retrouva parmi les premiers aviateurs de combat, ces “fous volants”. J’ai aussi le souvenir de leur modestie et de leur quasi-silence sur cette période que d’autres ne tardèrent pas à mettre en exergue et à utiliser à diverses fins et ceci jusqu’à nos jours.

Absence d’analyse.

En fait ce qui me choque dans toutes ces commémorations, c’est la quasi-absence d’analyses globales de cet “évènement” dont nous payons encore et toujours les conséquences. La glorification des armées, des maréchaux, des soldats partis au front “pour défendre la liberté” reste un classique de ces 11 novembre depuis … un siècle….. Et dans cette course au “souvenir patriotique”, Angleterre et France se disputent la première place.

Certes, on trouvera quelques conséquences “positives” à cette boucherie: Pologne,Finlande, Estonie, Lettonie et Lituanie (et quelques autres) en profitèrent pour se débarrasser de la tutelle de leurs voisins et pour devenir indépendants; on peut dire aussi finalement que la République d’Irlande est née de cette première guerre mondiale….. et aussi la tentative d’établir un ordre mondial avec la Société des Nations grâce au Breton Aristide Briand…..

16 millions de morts …

Il n’en reste pas moins que cette “grande guerre” a produit son lot de catastrophes : 16 millions de morts, l’émergence des deux grands totalitarismes du XXème siècle, nazisme et communisme, toutes les conditions réunies pour provoquer la seconde guerre mondiale, le dépeçage du moyen-Orient entre la France et la Grande-Bretagne porteur de multiples tensions jusqu’à nos jours.

Pour en rester à la Bretagne, cette guerre atroce a décimé la population masculine sans parler du coup porté à la culture et à la langue bretonnes.

Et l’on oublie trop facilement que cette guerre fut “préparée” délibérément par l’endoctrinement de la jeunesse à l’école, par les discours hyper nationalistes et agressifs, et déclenchée pour des raisons politiciennes, bien loin des “pour la liberté” que l’on nous radote à longueur de commémorations.

Cette guerre a été décidée par les états européens: il est grand temps que ceux-ci présentent de façon commune et solidaire leurs excuses à l’ensemble des peuples européens pour les atrocités et le massacre de masse perpétrés en 1914-1918.

Photo du monument à la mémoire des soldats bretons tués à Ypres (Belgique).

Previous Décentralisation de la politique culturelle : il y a urgence !
Next Les radio et télé nous demandent notre avis : voici le mien, de Bretagne ...

Á propos de l'Auteur

Vous pourriez aussi aimer

✅ Écosse et Bretagne : l’indépendance devient de plus en plus crédible.

Écosse et Bretagne : l’indépendance au bout du chemin ! Début septembre, la première ministre écossaise Nicolas Sturgeon dévoilait le programme de son gouvernement pour la rentrée 2020. Si à

La Loi Élan attaque la loi Littoral et donc la Bretagne.

La loi Élan détricote la loi Littoral. Loi Élan, comme Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique. Ce projet de loi tant décrié a déjà été adopté par l’Assemblée

Moi Femme et Bretonne, pourquoi je n’irai jamais voir bécassine au cinéma.

Bécassine au cinéma. Depuis quelques jours, certains médias essayent de faire un amalgame entre indépendantistes bretons et ceux qui boycottent le film caricature bécassine du réalisateur parisien Bruno PODALYDES. Non,

2 Comments

  1. Boc'hruz
    mars 17, 18:08 Reply

    Merci Jacques Yves Le Touze pour cet article. Mon grand-père était à Verdun. uLi non plus ne nous a jamais parlé de cette horrible guerre dans les tranchées. Il l’évoquait parfois quand il retrouvait d’autres anciens conscrits dans les cafés. Ils se demandaient en breton à quelle classe ils avaient appartenu.

    Ce qu’on a également tendance à oublier, c’est la partition de l’Empire Austro-Hongrois, imposée essentiellement par la France, qui ne concevait pas l’idée d’un grand Etat multiculturel et multilingue.
    Ce Traité de Trianon en 1920 décida entre autre la partition de la Hongrie qui se vit obligée de céder des territoires à plusieurs nouveaux états. Une importante minorité hongroise, les Sicules, depuis lors isolée en Roumanie n’est toujours pas traitée équitablement par le gouvernement roumain.

  2. Laquittant Jean-Luc
    novembre 11, 19:01 Reply

    Bravo Jacques-Yves Le Touzé Très bon article. Juste après cette guerre, Anatole France qui voyait juste, n-a-t-il pas écrit : » On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels. » Tout est dit.

Laissez votre réponse