Novembre, le mois de la mémoire

Novembre, le mois de la mémoire

La Grande Guerre à mille kilomètres dans l’est de la Bretagne.

Novembre : ayons une pensée en ce moment pour nos Grands Pères et Arrières Grands Pères. Pour tous ceux qui ont dû, un jour, quitter leur village ou leur ferme de Bretagne. Pour être déplacés de mille kilomètres et survivre avec d’autres qui ne parlaient pas leur langue. Dans des tranchées de boue et d’horreur.
Ainsi, de tous ceux qui furent contraints de s’enterrer comme des rats durant des mois sur cette frontière franco-allemande, les Bretons étaient parmi les plus éloignés. Mais ils en ont été aussi parmi les plus victimes.
Comme le disait le Général français Nivelle (commandant en chef des Forces Françaises en 16 et 17) : « Ha ! J’en ai envoyé des Bretons et des Bretons aux premières lignes ».

Il ne faisait qu’obéir aux ordres.

Selon les sources, la Bretagne a perdu entre 100000 et 240000 hommes. Soit de 4% à 9% de sa population. Autant d’hommes en moins, force de travail et bretonnants pour la grande majorité.
Car ceux qui ont le plus subi de pertes avec les Bretons durant cette Grande Guerre (le terme « Grande » est-il bien approprié ?) furent les « indigènes ». Comme on appelait les Africains à l’époque : 5,75% de leur effectif.
Quant aux pertes les plus faibles, et tant mieux pour eux, ce fut parmi les soldats du sud de l’Hexagone et de la région parisienne.

Première guerre mondiale 1914 1918

Eñvor 1914 1918

 

Novembre et mémoire

Car cette abominable guerre et les pertes excessives parmi les soldats de Bretagne furent pour la Bretagne une des pires calamités de son Histoire.
En effet, nos villes et nos campagnes furent vidées de leurs forces les plus vives. Et la vie quotidienne et l’économie bretonne seront considérablement et durablement perturbées. Autre conséquence, sans doute utile pour le pouvoir central de l’époque, ce fut une rupture historique pour la langue bretonne.
Parce qu’à cette époque tous les hommes de Bretagne occidentale étaient naturellement brittophones. Chaque soldat bretonnant mort sous une balle ou une mine allemande, et ceux qui furent exécutés par une balle française d’un peloton, ont amené avec eux un peu de l’avenir de notre langue.

Pourquoi tant de Bretons ne sont pas revenus de cette boucherie ? Comme ce sera encore plus tard le cas dans d’autres guerres lointaines.

Car cette guerre inhumaine a tué près de dix millions de soldats. Également tué près de neuf millions de civils et blessé environ vingt millions de personnes.
Mais la nature humaine, jurant dès 1918 qu’on ne l’y reprendrait pas … remettait cela seulement vingt ans plus tard.

En Novembre surtout, je pense à mon Grand Père cornouaillais qui fut déplacé contre son gré, pendant plus d’un an. Loin des siens et de sa terre, dans une guerre inutile …

Sources :
http://www.grande-guerre-1418.com/index.php?option=com_content&task=view&id=62&Itemid=27
http://87dit.canalblog.com/archives/2012/09/19/25330874.html
http://www.sites.univ-rennes2.fr/cerhio/IMG/pdf/Appel_a_communication_La_Grande_Guerre_des_Bretons_mai_2014-3.pdf
Carte par www.EnEnvor.f

Précédent Les vents interdits de Bretagne.
Suivant 1914-1918 : que les états européens présentent leurs excuses !

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 206 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Vu de Bretagne : la Révolution macroniste du Royaume de France …

… ou l’art de nous prendre pour des bulots. La Révolution macroniste du Royaume de France débute voici plus d’un an. Une «nouvelle vague» balayait les partis politiques historiques qui

Bretagne, Progressistes bretons jacobins… ou girondins ?

Progressistes de Bretagne / Breizh Lab. L’annonce du lancement d’un mouvement, pour faire des propositions novatrices pour la Bretagne, faite par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ne

Bretons contre Francs au temps de Charlemagne.

Remettre les références à leur place. Pour cette période comme pour les siècles antérieurs, nous sommes condamnés à nous contenter de trop rares sources écrites et d’autant plus aléatoires qu’elles

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire