La CVEC ou comment l’État central détourne l’argent des Étudiants.

La CVEC ou comment l’État central détourne l’argent des Étudiants.

La CVEC : Un scandale pressenti qui devient réalité pour les Étudiants.

On connaît bien le désengagement de l’État français concernant les dotations accordées aux collectivités et aux services publics. Le monde des Universités n’échappe pas à cette règle. En ce sens, la nouvelle réforme, la loi ORE (Orientation et Réussite des Étudiants) qui a provoqué bien des remous dans certaines universités bretonnes comme à Rennes2 au printemps dernier montre les enjeux qui peuvent se jouer dans l’Enseignement Supérieur.
Parmi tous ces points, l’une d’elle pose polémique aujourd’hui, c’est sur la CVEC. Pour Contribution de Vie Étudiante et de Campus. Une contribution à hauteur de 90 euros pour tous les Étudiants (sauf boursier et quelques exceptions). Censée servir les Étudiants sur le plan de l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif. Ainsi que de participer en partie au financement de leur remboursement de santé.

Inspirons-nous du modèle écossais.

Cette question pouvait paraître secondaire par rapport à l’ensemble des mesures de cette loi ORE. Que cette histoire était terminée, c’est ce qu’on pouvait penser jusqu’à maintenant. En effet, les Jeunes de l’UDB ont fait un travail d’investigation et de sensibilisation auprès des jeunes dans les universités bretonnes dès septembre. S’ils alertaient sur le désengagement de l’État et sur le besoin de s’inspirer du modèle écossais en matière d’Enseignement supérieur, ils pointaient aussi sur les risques potentiels de voir l’argent de cette CVEC ne pas servir l‘intérêt des étudiants. Investigation qui semble s’être révélée juste puisque la CPU (Conférence des Présidents d’Université) dans un communiqué a annoncé jeudi dernier que cet argent « ne serait pas utilisé intégralement pour la vie étudiante mais viendrait, en partie, alimenter le budget général de l’État. »
C’est donc bien un scandale.
Puisque l’État s’était engagé à reverser l’argent prélevé aux besoins des étudiants. Sur ce point l’État ne semble pas avoir réagi, affaire à suivre donc…

Précédent Breizh-Coin, le nouveau paradigme marketing et fédérateur en Bretagne
Suivant Bretagne terre de glisse : Wave Games du 20 au 28 Octobre 2018

A propos de l'auteur

Stuart LESVIER
Stuart LESVIER 1 articles

Né en région parisienne et rentré en Bretagne en 2013. Actuellement en master d'Histoire à l'Université Rennes2, l'étudiant est investi dans de nombreuses organisations bretonnes. Porte-parole de la branche jeune de l'Union Démocratique Bretonne, trésorier au sein du BDE Kejadenn à Rennes2, membre du CA de Skeudenn Bro Roazhon ou encore de la SPREV (Sauvegarde du Patrimoine Religieux En Vie).

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Breizh Odyssée ou se réapproprier notre Histoire de Bretagne

Chaque territoire européen possède sa propre Histoire. Cette Histoire avec un H majuscule. Au fil des siècles, l’Europe s’est construite telle qu’on l’a retrouve aujourd’hui. Cette construction ne s’est pas

Agriculture bretonne en perdition

Agriculture et agroalimentaire en voie de disparition en Bretagne ? La Bretagne est le premier territoire européen si on combine agriculture et agroalimentaire. Pourtant tous les secteurs (viande bovine, production

Ar Redadeg, courir 1800 kms dans 300 communes de Bretagne : pourquoi ?

Ar Redadeg, courir pour défendre sa langue. Chez nos cousins gallois, c’est la Rhas. Nos autres cousins, Irlandais eux, sont des dizaines de milliers à courir la Rith. Plus sud,

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire