de Saint Aloüarn

De Saint Aloüarn, le Breton qui le premier prit possession de l’Australie

de Rémy PENNEG
Publié le Dernière mise à jour le

Oui c’est bien un Breton qui a le premier, prit possession de l’Australie.

Louis François Marie Aleno de Saint Aloüarn est né à l’été 1738 au Manoir de Saint Aloüarn en Gwengad (Guengat en langue française) près de Kemper en Cornouaille. De noblesse bretonne, son père était officier de la marine de guerre et était mort face aux Anglais.
Louis s’engage donc logiquement dans la marine royale française dès ses dix sept ans, à Brest. Son premier embarquement il le fera sur L’Espérance dès 1754, un vaisseau de soixante-quatorze canons commandé par son oncle Rosmadec de Saint Aloüarn.

Suivront plusieurs autres missions sur différents navires. Puis un emprisonnement chez les Anglais durant deux années. Son père et son oncle seront tous deux tués par les Anglais à la bataille de la Baie de Kiberen / Quiberon, ou bataille des Cardinaux, en 1759.
En 1761, à Loktudi, Louis François Marie Aleno de Saint Aloüarn épousera Jeanne Corentine DROUALLEN.

saint aloüarn
Louis François de SAINT ALOÜARN

Yves de KERGUELEN, encore un illustre Breton.

Ensuite, il fera connaissance d’un autre illustre grand navigateur de découvreur breton : Yves Marie de Kerguelen de Tremarec. Ce dernier proposera en 1771 de se lancer avec lui dans une grande expédition à la recherche d’un continent austral.

Le 30 Avril 1771, les deux Bretons embarquent sur deux modestes gabares de trente-sept mètres : Le Gros Ventre et La Fortune. Tout d’abord, cap sur l’Ile de France, aujourd’hui Ile Maurice.
Puis destination … l’inconnu austral.

Aucune carte bien sûr, et de modestes moyens.
Mais il en faut plus pour impressionner deux navigateurs bretons. Le 11 Février 1772 après plus de neuf mois de voyage, ils découvrent un archipel de rochers et de glaces. Les conditions météorologiques sont exécrables et les deux navires perdent le contact. Yves de Kerguelen rentrera en Europe pour annoncer sa découverte de l’archipel des … Kerguelen.
Tandis que de Saint Aloüarn, après de vaines recherches pour retrouver son compatriote, continu finalement la mission initiale. C’est à dire rechercher un éventuel continent austral.

saint aloüarn
La gabare Le Gros Ventre de Louis François de SAINT ALOÜARN

Prise officielle de possession de l’Australie par de Saint Aloüarn.

Le navigateur breton découvrira la côte ouest de la Nouvelle Hollande

C’est le 30 Mars 1772 que l’Australie, alors encore Nouvelle Hollande, sera officiellement prise comme possession au nom du Roi de France Louis XV. Un courrier écrit de la main du navigateur Breton sera adressé à Yves de KERGUELEN pour transmission au roi. Cette missive n’arrivera jamais. Et de Saint Aloüarn décédera à Port Louis à l’Ile Maurice de scorbut et de fièvre, à seulement trente-quatre ans.
Finalement en 1788, seize ans plus tard, des Anglais (décidément, encore eux !) accostèrent à l’est de l’île continent, et leur courrier de prise de possession, lui, arrivera à bon port. Ainsi, les Anglais prenaient officiellement possession de l’Australie.
Peut-on dire que déjà les postes anglaises fonctionnaient mieux que les françaises 🙂

Qui a découvert l’Australie ? 

Le premier navigateur ayant posé le pied sur le continent austral fut sans doute le Portugais Cristóvão de Mendonça en 1522. L’Espagnol Luis Váez de Torres en 1605 passa au large et vit sans doute les côtes. Puis le Hollandais Willem Janszoon en 1606 y posa de façon certaine le pied.

Une des bouteilles enfouies dans la dune par le navigateur breton de Saint Aloüarn – Photo @ WA Museum
Une des bouteilles enfouies dans la dune par le navigateur breton de Saint Aloüarn – Photo @ WA Museum

Mais aucun ne revendiqua officiellement la possession de l’île comme il en était coutume à cette époque, un nom d’un état.
Le Breton Louis de Saint Aloüarn ne fut pas le premier européen à découvrir le continent austral. Il fut le premier à en prendre possession pour un roi.

Le 30 Mars 1772, de Saint Aloüarn débarque à Turtle Bay. Il enfouira dans le sable de la dune deux bouteilles scellées contenant chacune deux pièces de monnaies. C’est en 1998 que des archéologistes découvriront une de ce deux bouteilles.

saint aloüarn
Première carte du continent austral

Le Gouvernement australien a installé une plaque à l’endroit supposé de l’accostage de 1772 de Saint Aloüarn.

« Le 30 mars 1772, l’explorateur français de Saint Aloüarn mouilla devant ce point de la côte avec son navire le Gros Ventre et envoya un officier pour prendre possession de la région au nom de la France. Pour cela, un document attestant cette prise de possession fut enterré avec deux pièces françaises. On pense que des explorateurs du XIXe siècle tels que Hamelin et Freycinet sont descendus eux aussi à terre dans le secteur. En janvier 1998, une équipe dirigée par M. Philippe Godard de Nouméa et M. Max Cramer de Geraldton découvrit l’une des pièces.

Au mois d’avril de la même année, une équipe du Musée maritime assistée par deux opérateurs de détecteurs de métaux, MM. Bob Sheppard et Bob Creasy, localisa ce qui semble être la bouteille de prise de possession. En vertu de la loi sur l’archéologie maritime, ce site est désormais protégé comme un des sites de débarquement européen les plus importants de l’Australie occidentale. Prière de ne rien emporter d’autre que des photographies et de ne laisser rien d’autre que les empreintes de vos pieds« .

Aujourd’hui encore, Rue Saint Mathieu à Kemper, se trouve son ancien hôtel particulier où il venait passer l’hiver, délaissant le manoir de campagne de Gwengad.
En Australie, il existe une plaque commémorant le passage du Breton de Saint Aloüarn, mais à Kemper, aucune plaque sur sa belle maison historique.

Notre Histoire de Bretagne …

L’Histoire de Bretagne nous est trop méconnue. La Bretagne a une Histoire très singulière en Europe.
Si d’autres ne nous la révèlent pas, faisons-le Nous-Mêmes.

de Saint Aloüarn

#CroirePlusEnNous
#FaireNousMemes
#RacontonsNotreHistoireNousMemes

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

16 commentaires

Daniel**** 17 mars 2019 - 14h00

Bonjour,
En fait je n’ai pas vraiment de question sur le contenu de l’article mais sur la photo en haut de l’article (je suis breton…) : je me demande quelle est la police (font) utilisée ; je la trouve superbe.
Au fait, j’ai des origines vendéennes : sommes-nous amis ou ennemis ?
Salutations
Daniel

Répondre
La Rédaction 17 mars 2019 - 17h00

Nous n’avons évidemment aucun ennemi. Des amis, des voisins … Nous utilisons une application qui propose de façon aléatoire de très nombreuses polices, mais sans jamais préciser son nom. Désolé. Merci de nous suivre

Répondre
Claire 21 décembre 2019 - 16h30

A la place de « pris possession » il serait plus juste de dire « colonisé et génocidé ». L’australie était habitée par les Aborigènes, les vrais habitants de cette ile, à qui, Bretons ou pas, les blancs ont volé leurs terres et pillé leurs ressources, (et ça continue avec les mines et les grandes exploitations agricoles). Ils ont été massacrés ou réduits à la plus grande pauvreté et ont toujours du mal à faire valoir leurs droits.

Répondre
NHU Bretagne 21 décembre 2019 - 16h41

Bonjour Claire. Vous avez parfaitement raison. Nous utilisons cette formule « pris possession » parce que c’était à l’époque la formule consacrée … du colon. Merci de votre commentaire et de nous suivre.

Répondre
Konann 31 juillet 2020 - 10h44

Bonjour
Je suis très étonné par ce commentaire de Claire et le fait que vous le validiez.
Connaître l’histoire de la Bretagne, c’est aussi essayer de la découvrir et de la comprendre.
Et l’histoire officielle que l’on nous enseigne est certainement très différente de la réalité.

Qu’étais donc l’histoire de la Bretagne avant son annexion par la France ?
Comment se fait-il que Jacques Cartier ait pris possession du Canada pour le compte du roi de France juste au moment de cette annexion ?
Les bretons y étaient t’ils avant ?
Ou se trouvait Brest, au Labrador ?
Pourquoi certaines personnes en pays bigouden ont-elles un faciès « asiatique ». Elles auraient des ancêtres au Tibet ou en Mongolie, comme le prétendent certains, à moins que ce ne soit.. de l’autre côté de l’atlantique !
Christophe Colomb aurait découvert les Amériques, mais aurait donné un nom breton au premier pays continental ou il posa le pied ?
Rio de Janeiro, comme Sao Luis, aurait été fondé par les français, mais ce nom, nous vient pourtant d’un nom breton, Karioc /Kerrioc, (qui nous a aussi donné Cariocas..)
Le mot Brazil viendrai du nom d’un arbre… à moins que ce mot ait une toute autre signification …
Polynésie.. serait ce un mot venant aussi du breton ?
(je vous aide un peu : les îles avec des bassins.. )
Etc..
Les bretons étaient des navigateurs et des marchands, ils ont été chassés de ces cités qu’ils avaient fondées et ou ils commercaient en paix.
Et ce sont ceux qui sont arrivés après qui étaient des génocidaires. Alors, ne croyez pas à tous ces mensonges que l’on vous raconte.
Savez vous d’ou viennent vraiment les mots Janvier /Janeiro /January /Januar, et ce qu’ils signifien vraiment ?
Ou un mot comme le mot « tulipe », qui nous viendrait du Hollandais « tulpen » ?
Je vous raconterai tout cela bientôt, et bien d’autres choses encore.
Kenavo
Konann

Répondre
Galaad 29 juin 2021 - 1h56

Konann, il va bien falloir tordre le cou à l’idée d’une annexion de la Bretagne en 1532. Ce n’est pas ce qui s’est passé.

1532 est un simple édit de François Ier pour contourner la clause du traité de 1499 empêchant au même héritier de succéder simultanément en Bretagne et en France. L’intégralité du traité de 1499 est laissé intact, commence alors une période d’union personnelle, à savoir deux pays, un seul chef d’état. La chose est confirmé par l’inventaire du domaine royal français en 1566 à la demande de Charles IX où l’on voit que la Bretagne, sans surprise, n’y apparaît pas.
Cette union personnelle prend fin avec la mort du dernier héritier commun aux deux lignées, à savoir Henri III (1589), Isabelle d’Autriche, en tant qu’arrière-petite-fille d’Anne de Bretagne revendique le duché et dénonce le maintien de l’union personnelle au bénéfice des Bourbons qui eux n’ont aucun droit. Ils s’arrangent finalement, et les Bourbons peuvent continuer de jouir de l’union personnelle, union usurpée, ce qui explique aussi le durcissement de ton sous leur règne.

Il faut attendre 1790 pour l’annexion, bien qu’elle ne soit pas présentée comme telle puisqu’il n’y a aucune procédure spécifique pour 1. mettre fin à l’union personnelle, 2. dénoncer le traité de 1499 et 3. procéder à l’annexion. Mais, passons sur ce point, l’important c’est que tout Breton né avant 1790 est breton de nationalité, où comme le mentionne la traité de 1499, possède la qualité de naturel breton ou régnicole breton (prototype de nationalité) puisque ce traité mentionne des lettres de naturalité etc.

Toutefois, sont Bretons ceux né avant 1790, mais sont également sujet du roi de France en vertu du traité d’union et ce, depuis 1547 (puisque Henri II devient duc de Bretagne en 1536 mais ne devient roi de France qu’en 1547).

Voilà pour l’Histoire.

Répondre
rico.29 3 janvier 2020 - 19h02

c’est sûr , c’est mieux d’associer un breton à une « possession » plutôt qu’au massacre des aborigènes et au final , un génocide…
peut être que si « ce premier breton » (et les autres) n’y avaient pas foutu les pieds, les aborigènes auraient su éviter à leur pays de brûler. foi de breton.

Répondre
Pierre Quintin 4 janvier 2020 - 12h59

Merci pour cet article, c’est tellement la triste réalité, mais ne baissons pas les bras……
Très bonne année
Bises

Répondre
Fabien Fernandez 4 janvier 2020 - 13h59

comme je le disais )à un ami auteur sur Twitter, j’aime le fond. Je note que le final sur le lemming est un petit travers d’humain un peu spéciste. Mais je suis d’accord avec vous. J’essaye de parler de tout ça dans mes livres pour sensibiliser les lecteur.ices. Sur le sujet, je conseille aussi ce documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=LsanRHMTS2g&feature=share&fbclid=IwAR3Rd5HDkgsralB_LIJpml1Q4DGcDadKtPZcob_wDJfb_PbKnnKBqY-15SE

Et tout ceci arrive après le début d’un de mes projets reprenant une idée d’un conte aborigène australien que je vais mettre en BD, sur le fait que l’eau est une ressource pour tous et que ersonne ne devrait se l’approprier.

Répondre
Dan ARDUYNNA 5 janvier 2020 - 12h05

La cause anthropique physique du réchauffement  » dit climatique  » est l’ importation d’ énergie dans la biosphère. Cette importation provoque une LEGERE AUGMENTATION ANTHROPIQUE, notée LAA pour que ce soit clair, du niveau d’énergie de la biosphère, donc du chaos, de la température, donc de la quantité d’ eau qui reste dissoute dans la troposphère, par par-delà les cycles de l’ eau, et qui provoquer une LAA de l’ absorption des rayonnements solaires et terrestres, qui vont provoquer une LAA de l’ effet de serre.
L’ effet de serre fermant la boucle sur l’ eau de la biophère, va agir sur le réchauffement planétaire, comme l’ effet Larsen agit sur le son.
Il faut CESSER d’ IMPORTER de l’ ENERGIE dans la BIOSPHÈRE.
SORTIR DU CARBONE FOSSILE
SORTIR DU NUCLEAIRE civil.
Ne pas recourir à la GEOTHERMIE
ALBEDO COMPENSER LE SOLAIRE.
Réapprendre à NOUS SATISFAIRE des ENERGIES PRIMAIRES ISSUES de la BIOSPHÈRE, que sont :
– l’ EOLIEN
– l’ HYDRAULIQUE
– La BIOMASSE
Il faut COMBINER ces ressources pour palier à leur IMPERMANENCE, et mettre en place des dispositifs de stockage, tels que les stations de pompage turbinage, STEP, réserves d’ energie et d’ eau vivrière, solution applicable de l’ échelle territoriale à l’ échelle domestique.
=> frugalité énergétique, sens du partage, du respect de l’ environnement, du vivant… l’ ethique au dessus de la morale circonstancielle anthropocentrée et éphémère.
Reduire nos émissions de GES, donc de methane, très climaticide, accélérateur du réchauffement avec un PRG moyen de 102 sur les 20 premières années, et un PTG de 67 à 30 ans .
Il faut SORTIR de l’ alimentation CARNEE.
Cela nous affranchit des rendts biologiques des espèces intermédiaires, réduit l’ espace nécessaire à l’ alim humaine, libère cet espace à la biodiversité, aux ressources biosphère, aux forêts, puits de carbone, protection des sols, des nappes phréatiques sources de vie.
Nous avons 30 ans pour nous affranchir de ce système materialiste, consumériste néolibéral.
Frugalité énergétique : plus d’ avions, de voitures, de camions, mais aussi plus de trains… tout à pied, à vélo, donc un périmètre des ressources limité à 20 km . Retour à la campagne, à la terre, car dans les villes, ce sera l’ enfer.
Tout à la main, sans machines… avec l’ aides des animaux qui le voudront bien, contre soins et protection.
Maintenant que vous avez un aperçu du chemin, posez vous la question du dénuement technique à venir face au SIDA. Comment éteindre un brasier si on l’ alimente par ailleurs. Les statistiques sont éloquentes. Il faut respecter le corps et protéger Éros avec Philae, s’ aimer les uns les autres, par et pour nos différences, faire société, mais respecter la nature, ses lois sur la procréation, aimer Eros l’ autre différent, complémentaire.

Répondre
MOLLIER Muriel 5 janvier 2020 - 19h18

POURQUOI AUCUN PAYS AIDENT L’AUSTRALIE EN ENVOYANT DES CANADAIRES PAR EXEMPLE ?
C’est d’une stupidité ces humains …. Comment peut-on rester insensibles aux plaintes des animaux brulants vifs.
C’est affreux ! quelle époque !!!

Répondre
Nathalie 7 janvier 2020 - 13h56

Très bien tout ça.
Mais vous avez commis un oubli impardonnable.
Vous faites comme les grands médias du coup !
Plus de 500 000 d’ animaux ont péri dans les flammes.
C’ est monstrueux, ne trouvez vous pas ?
Eux ont aussi font partie de notre planète qu’ est la Terre et c’ est à cause de notre vile espèce s’ ils trouvent l’ Enfer sur Terre.
Merci pour votre attention.

Répondre
Suzy 10 janvier 2020 - 13h24

Et vous dîtes pas comment ils ont volés ces terres? car sur ces terres il y avait des peuples autochtones pourquoi vous les mentionner pas?

Répondre
NHU Bretagne 10 janvier 2020 - 16h15

Parce qu’on ne peut pas tout dire dans un seul article. Parce que cet article avait un sujet autre. NHU Bretagne défend surtout une minorité, à savoir les Breton(ne)s. Sur nos réseaux sociaux, on partage suffisamment à propos des autres minorités, et sur cet aspect, on a pas grand chose à nous reprocher. Merci de votre commentaire, de nous lire, et n’hésitez pas à nous rejoindre pour nous en dire plus sur ces peuples autochtones d’Australie.

Répondre
Konann 31 juillet 2020 - 10h51

Désolé, mais là, je vais être très très désagréable..
À tous les neuneus du réchauffement climatique, avez vous donc un jour entendu parler des « chemtrails », et savez vous à quoi ils servent, et comment tout cela fonctionne ?
Ce serait bien de vous sortir un peu la tête du c..l, d’arrêter de croire à tout ce que l’on vous raconte à la télé, et d’essayer de comprendre cette énorme arnaque, et ce que cela cache.
« Airforce 2025, owning the weather », vous connaissez ?

Répondre
ALCATOR (Fils du Soleil) 31 décembre 2021 - 19h33

Lors de notre visite à Merlin, aux autres Druides et aux Princes Celtes de Carnac ils nous ont tous dit qu’il y avait bien longtemps que leur descendance bretonne avaient oublié leur origine et ne pensait plus à eux.

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.