Histoire d’agri … Je ne pouvais pas imaginer mon avenir hors du monde agricole

Histoire d’agri … Je ne pouvais pas imaginer mon avenir hors du monde agricole

Histoire d’agri en Bretagne.

Mon histoire d’agri … Je suis Adrien MONTEFUSCO, éleveur de porcs en Cornouaille bretonne.
Celui chez qui une cochonne possède sa propre page Facebook avec plus de mille huit cent Amis 🙂

Des fois je me demande dans quelle galère je me suis jeté en faisant ce métier…

En effet, c’est un « métier-passion » dit-on. Mais je ne sais pas si on se rend compte nous même à quel point il est viscéral…
Parce qu’il n’y a pas un jour sans que je ne pense à mes grands parents…

 

histoire-dagri

Histoire d’Agri – mon premier tracteur

Mon grand-père père avait acheté cette ferme au début des années 60.

Il était le premier du coin à garder ses vaches avec un « paotr-saout » électrique. Autrement dit à garder ses vaches avec un fil de clôture. Alors que les voisins tenaient encore leurs bêtes au pieu et à la chaîne.
La bouse de vache, j’suis tombé dedans dès mon plus jeune âge. Avant même, je crois, de me familiariser avec la bipédie. Orphelin de père, mes grands-parents dont la petite ferme se situait à égale distance entre chez moi et les cousins ont été ma garderie lorsque Manm’ travaillait. Les vacances, les week end, le soir après l’école et les devoirs bâclés … Quelques tranches de brioche englouties … Ainsi, la ferme c’était notre parc de jeu, notre Disneyland … On courait (et ça a duré jusqu’à un âge avancé) comme des dératés en éructant des « trahuuu », des « rrreeeuuuumm crr crr » imitant les chantiers d’ensilage, de moisson, de fumier (« char teil » en breton) avec nos tracteurs rouges à pédale.

 

histoire-agri

Histoire d’Agri – veaux, vaches, cochons …

Histoire d’agri … c’était les années 80, il y avait une vingtaine de vaches, une dizaine de taurillons, cent cochons à l’engraissement, des poules et des lapins.

Le Renault 651 qui est arrivé trois mois avant moi, suffisait au travail des champs. Quatre à cinq hectares de maïs, à peu près autant en céréales, et le reste en prairies, une quinzaine d’hectares.
La première fois que j’ai eu le droit de « conduire » le tracteur, j’avais cinq ans. D’abord en première lente, pendant que Pépé distribuait du maïs « en vert » aux vaches comme on faisait à l’époque. On coupait le maïs des tours de champs à la faucille pour affourager les vaches à l’étable ou au champ. J’étais juste assis sur le siège les mains sur le volant, quoi ! Visage rigolard avec des yeux rieurs.

J’ai souvenir des soirées d’hiver. La chaleur des vaches dans l’étable, une longère en pierre typique en Pays bigouden. Chaque vache à sa place, son nom écrit à la craie sur une ardoise. Mémé se chargeait de la traite qui se faisait au pot, c’était pénible…

histoire-agri

Histoire d’Agri – chargement du bern teil dans le remorque

Elle m’installait sur un coussin de paille contre la grande porte en bois.

Alors là, je regardais, hypnotisé, les griffes de la trayeuse danser sur les pis plein de lait « tch tch tch » et le ronronnement de la machine à traire qui m’entraînait au pays des rêves… jusqu’à ce que Mémé m’apporte mon verre de lait chaud du pie des vaches.
L’odeur des animaux, du maïs ensilage, du foin de prairie, que l’on distribuait dans des auges en bois fabriquées par mon arrière-grand-père, du lait chaud, tout se mélangeait comme un parfum doux et corsé à la fois.

Ces odeurs restent en moi, et lorsque dans mon voisinage encore aujourd’hui je les rencontre, elles me font frémir et me ramènent à mon plus jeune âge.

Le matin, après avoir glissé une semelle de foin dans mes bottes comme Pépé faisait pour avoir chaud, on sortait les vaches. Et dans l’herbe humide, je glissais mes pas dans ceux de mon aïeul qui, malicieux ne pouvait s’empêcher de me donner la main lorsqu’il posait un brin d’herbe pour tester la clôture électrique… Autant dire que j’en ai pris des bourdes…
Avec mon cousin Vincent (le plus assidu avec moi à la ferme), on se battait pour être le premier sur le tracteur. Et pour avoir la paix, le grand père nous casait chacun sur un garde boue.
Lorsque Lanig, le voisin, et mon Pépé faisaient de l’entraide, j’allais dans le fiat !

histoire-agri

Histoire d’Agri – plouz ha foen (paille et foin)

Visage légèrement souriant, ils étaient comme cul et chemise.

Ils faisaient beaucoup de travaux en commun et c’était de vrais copains. Moi j’aimais surtout le « mern-vihan » à l’heure du goûter où la table regorgeait de kig-sal (lard salé), de jambon, d’andouille, de crêpes et que sais-je encore ! Ah si, du pâté et de la graisse salée ! Gast !

On est en pays bigouden vat !

Le « mélicass » (du lambic avec de la crème de cassis) et quelques verres de rouge (chez Lanig c’était du « chistr ») semblait redonner un peu d’entrain pour finir le chantier. Puis la bouteille de rouge étoilée n’était jamais loin 😉 ).
La vie était rude, les travaux pénibles, ils gagnaient chichement leur vie. Mais la vie sociale était riche, et on pouvait compter sur les voisins et la famille dans les coups durs.

Et moi j’avais hâte d’être un grand !

histoire-agri

Histoire d’Agri – paille et foin à la ferme

 

 

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

A propos d’histoire d’agri, lire aussi.

Luna de Kereonnec, la cochonne qui a son compte Facebook.

Agribashing et Breizhbashing : même combat ?

Agriculteurs de Bretagne* : bien plus que vous nourrir.

La Bretagne, leader européen du bien-manger, ou du mieux-manger ?

Previous En Bretagne, je suis une putain de touriste ... (lisez avant de réagir)
Next ✅ Et si des algues bretonnes étaient une solution contre la Covid-19 ?

Á propos de l'Auteur

Adrien MONTEFUSCO
Adrien MONTEFUSCO 2 posts

Bonjour, je m'appelle Adrien Montefusco, je suis éleveur de porcs. Petit-fils d’agriculteur de 38 ans, je me suis installé en 2005 à Saint Yvi. Après l’obtention de mon BTS agricole “productions animales”, j’ai d’abord été salarié 5 ans en élevage de porcs ...

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Les Envahisseurs, seulement une fiction télévisée ?

On ne sait plus très exactement quand sont arrivés les premiers envahisseurs. Ils ont notre apparence et sont venus de l’est. Depuis, on sait les raisons qui les ont poussés

Twin Atlantic, le nouveau son venu d’Écosse

Twin Atlantic Twin Atlantic. Des écossais en Bretagne le 03 Juillet 2015, à Nort sur Erdre près de Nantes, au festival La Nuit de l’Erdre Car ce groupe c’est du

✅ « Tuer le Temps », première partie de la nouvelle « Le Temps qui s’Efface » d’Ewen de Plenac

Une Triste Nouvelle La calèche avançait doucement le long du petit chemin qui menait à la belle et grande demeure de mon grand-oncle : Archibald. Archibald était un respectable vieillard

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse