Hydrophone Lorient : en Bretagne, il y a culture … et culture !

Hydrophone Lorient : en Bretagne, il y a culture … et culture !

L’Hydrophone de Lorient et la hiérarchie des cultures.

L’ouverture de l’Hydrophone à Lorient interroge sur l’échelle des valeurs que nos élus bretons, toutes tendances confondues, accordent à la culture. Ou plus exactement aux cultures. Tant il est vrai qu’elles ne sont pas toutes placées sur le même plan.
Il était sans doute nécessaire de doter Lorient de studios dédiée aux musiques « actuelles » comme on en trouve à Brest, Saint Nazaire… Ainsi que d’espaces de répétition pour les artistes, et de bonnes conditions pour assister aux concerts. Mais six millions d’euros … ! Et encore ce n’est pas cher, nous dit-on. Au vu des autres salles du même style à Quimper ou Rennes qui prévoit 16,5 millions.

Où trouve t-on la culture spécifique de Bretagne ?

Il ne doit pas y avoir de hiérarchie des cultures nous dit Jean-Michel le Boulanger (vice-président à la culture au conseil régional) .
Alors d’accord pour 6 millions d’euros à Lorient et 16,5 millions à Rennes pour des grandes structures dédiées à notre culture. Alors pourquoi pas une mise à disposition de cellules aux Capucins à Brest ? Et bien sûr avec les mêmes budgets de fonctionnement permettant d’embaucher directeur, sous-directeur, chargés de développement…
Après les salles nationales, grand théâtre, Quartz … grands temples de la culture parisienne, les salles musiques actuelles pour la culture internationale, dans quel centre ville verrons-nous s’ériger la première grande salle construite toute spécialement pour accueillir, promouvoir et vitaliser notre culture sous tous ses aspects : musique, danses, théâtre, littérature,  hag all, hag all… Et non pas une vague mise à disposition d’un lieu étriqué, excentré, trop exigu, mis à l’écart.

Les Breton(ne)s ont-ils honte de leur culture ?

Une chose sûre est que la grande majorité de nos concitoyens ont une totale méconnaissance de ce qui constitue leurs racines. Comment pourrait-il en être autrement alors que la langue n’est pas présente systématiquement dans les écoles. Comme la musique n’est pas diffusée dans les médias et l’Histoire absente de l’éducation. Comment voulez-vous être fier de ce que l’on essaie de vous cacher, qui doit être sale ou pas légitime ? Le discours sous-jacent est : « Vous ne le valez pas »

Et si au lieu d’essayer de nous persuader que ces vieilles choses n’intéressent plus personne, nos élus à venir montraient un peu de courage politique. Pour inverser le déclin en investissant lourdement dans leur culture. Car elle leur appartient aussi.
Qui le premier lancera le défi que pour nous réapproprier notre culture il va falloir investir pour la mettre réellement en avant ?

Précédent Je suis Breton : Ronan et Erwan BOUROULLEC, les Starck bretons.
Suivant Mona, le chant des îles du nord du monde

A propos de l'auteur

Claudine PERRON
Claudine PERRON 1 articles

Se battre pour défendre notre culture et notre identité est un combat de tous les instants et sur tous le fronts. Il faut juste se dire que nous continuerons tant qu'il le faudra

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Les illuminations des Fêtes de fin d’année en Bretagne

La Bretagne deviendrait-elle championne des illuminations en cette fin d’année ? Il y a en Europe des pays qui tiennent beaucoup à privilégier cette belle période de la fin d’année

Championnat du Monde windsurf 2016 en Bretagne

World Cup 2016 Windsurf La Torche C’est en Bretagne, tout au début du monde en Penn ar Bed. Et c’est sur le spot de plus en plus internationalement connu et

NDDL Notre Dame des Landes 2-5

NDDL 2-5 : NDDL serait-il un aéroport breton ? Voici la seconde question NDDL 2-5 du premier débat NHU Bretagne consacré à NDDL Notre Dame des Landes. Et son projet d’aéroport

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire