JO Jeux Olympiques Paris 2024 : un suicide financier ?

JO Jeux Olympiques Paris 2024 : un suicide financier ?

Les Jeux Olympiques, le poker menteur.

Les Jeux Olympiques de Paris 2024 sont actuellement budgétés vers 6,2 milliards d’euros. La moitié viendrait de ce qu’il est convenu d’appeler le COJO pour Comité d’Organisation des JO. COJO dans lequel on trouve les sponsors qui versent sûrement et la billetterie qui n’est qu’une supputation à sept ans. Cette première partie du budget est garantie par le CIO Comité International Olympique. Les autres trois milliards ne sont encore que des espoirs. Un tiers devrait venir d’investisseurs privés (qui restent à trouver). Puis un autre tiers d’investisseurs publics : donc nous, Citoyens et contribuables, pour un milliard d’euros. Enfin le dernier milliard serait à la charge des collectivités territoriales françaises qui vont bénéficier à plein de ces jeux olympiques. A savoir la ville de Paris, la région administrative Ile de France et le département 9.3 de la Seine Saint Denis.

C’est celui qui estime le plus mal qui remporte les JO.

D’après Emmanuel FROT, Vice-Président du cabinet spécialisé MicroEconomix, « c’est celui qui estime le plus mal qui remporte les jeux. Et après il doit payer. c’est ce qu’on appelle la malédiction du vainqueur ».
Entre les coûts estimés affichés pour obtenir les Jeux Olympiques et les coûts effectivement à payer après l’évènement, c’est systématiquement le grand, très grand écart.
Barcelone en Catalogne : 3,9 milliards estimés et 10 milliards à payer au final.
Pékin en Chine : 2,6 et 32 !! Londres en Angleterre : 4,8 et 10,9. Athènes en Grèce : 5,3 et 11,1. Etc …
Donc on peut parfaitement imaginer que les Jeux Olympiques de Paris, à 600 kilomètres à l’est de la Bretagne coûteront au moins 12 à 15 milliards d’euros. La part de l’État central sera donc de 2 à 3 milliards au final.

A qui profite le jeu ?

D’abord aux sponsors bien entendu qui payeront pour une visibilité internationale. Aux investisseurs privés dont les grands groupes de construction par exemple. Et aux collectivités territoriales françaises chez qui les épreuves se dérouleront.

Et la Bretagne ?

La Bretagne, territoire on ne peut plus maritime avec ses quelques 2700 kilomètres de côtes, ses longues plages de sable fin, ses spots reconnus de belles vagues, ses cinq grands clubs de foot. La Bretagne, le territoire le plus sportif de l’Hexagone en nombre de licenciés, tous sports confondus, en pourcentage de la population.
La réponse est simple : rien, bleo, nada, netra, que dalle !
Les épreuves nautiques se dérouleront vers Marseille dans le sud de la France.
En 2016 déjà, la Bretagne avait été totalement écartée de l’Euro de football.
Peut-être que Nantes recevrait quelques rencontres de football. Sport qui n’est pas, c’est le moins que l’on puisse dire, une épreuve phare des JO. Mais ce n’est pas encore certain.

Par contre nous allons payer.

Les deux ou trois milliards que l’État central devra verser au final, sera l’argent des contribuables de l’Hexagone. Et les 4,6 millions d’habitants de la Bretagne seront mis à contribution à cette occasion.
En fait c’est le principe du centralisme. Tout le monde paye et seuls ceux du « centre » en profitent. Et dans l’Hexagone ce centre c’est une île, l’Ile de France.
Mais rappelez-vous, vous n’êtes qu’à une heure trente minutes de train pour y aller.

Précédent Les Iles Féroé, également vers l'indépendance.
Suivant Qu'en est-il de notre couverture mobile en Bretagne ?

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 179 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Comment ils ont coupé en deux le football breton ?

« Comment la Bretagne pourrait-elle réussir lorsque son territoire demeure coupé en deux ? » S’interroge le magistrat breton Yvon OLLIVIER. En 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale,

Alan STIVELL, nouvel album et interview exclusive NHU Bretagne

Alan STIVELL bonjour. Et merci, beaucoup, d’avoir accepté de recevoir NHU Bretagne pour nous parler de votre nouvel album Human Kelt en sortie internationale ce 26 Octobre. Alan STIVELL, que

Lettre à Monsieur le Président de la République française.

Il y a un an déjà j’avais écris à ce tout jeune et nouveau Président. Je réitère Monsieur le Président de la République Française. Monsieur le Président de la République

1 commentaire

  1. Papy Patrick
    janvier 31, 18:58 Répondre
    Même si le beau temps nous arrive par la Bretagne le ou la présentation sera faite en commençant par Paris ou le sud de la France c'est plus important, et quand ils nous annonces de la pluie et bien sa, sa nous arrivera dans les prochains jours par la verte Bretagne, mais nous ont l'aime notre pays Breton, quel que soit le temps ??

Laissez un commentaire