Météo Bretagne, à quand un bulletin météo en breton ?

Connaissez-vous la chaîne météo galloise S4C Tywydd ?

En fait il s’agit du service météo de la chaîne télévisée galloise S4C. Eh oui, les 3,2 millions Gallois ont une vraie chaîne de télévision. S4C comme Sianel Pedwar Cymru (Chadenn Pevar Kembre, ou Chaîne Quatre Pays de Galles en langue française)
Les présentateurs de la chaîne météo sont trois : Chris JONES, Megan WILLIAMS et Steffan GRIFFITHS.
Tous leurs bulletins météo sont en gallois … eveljust (« wrth gwrs » en gallois, ou « bien sûr » en langue française) !

bulletin météo en breton

Chris JONES, Megan WILLIAMS et Steffan GRIFFITHS de S4C Tywydd

 

Et en Bretagne, à quand un bulletin météo en breton ?

En Bretagne, nous n’avons pas (encore) de chaîne télévisée équivalente à la galloise S4C. Mais nous avons un service météo dédiée à la Bretagne : Météo Bretagne. Qui communique très bien par son site www.meteo.bzh et ses réseaux sociaux que nous vous invitons à rejoindre.
L’équipe se compose de quatre personnes : Jérôme DREANO, Steven TUAL, Sébastien DECAUX et Bastien DANIGO.
L’ensemble des bulletins est proposé en langue française.

bulletin météo en breton

Jérôme DREANO, Steven TUAL, Sébastien DECAUX et Bastien DANIGO de Météo Bretagne

Proposition de NHU Bretagne.

Eh Jérôme, Steven, Sébastien et Bastien, et si Météo Bretagne présentait un bulletin météo tout en breton ?
Ne serait-ce qu’un bulletin du Dimanche soir pour présenter la météo de la semaine à venir.
Qu’en pensez-vous ?
Vous n’êtes pas brittophone ? Qu’à cela ne tienne, il y a sûrement des dizaines de jeunes Breton(ne)s parlant notre langue et qui seraient candidats.
On attend bien vite de vos nouvelles : redaction@nhu.bzh

Le gallois, autre langue celtique.

Le gallois, langue celtique très proche du breton, est aujourd’hui parlée par environ 600 000 personnes (base recensement 2011). Mais d’autres données plus récentes indiquent un nombre de locuteurs plus proche de 800 000 personnes. Sur une population globale de 3,2 millions habitants. Donc, entre 25 et 30% de la population galloise parle le gallois. En Bretagne, nous sommes 4,6 millions habitants pour environ 250 000 brittophones. Donc seulement un peu plus de 5% de la population.
Trois raisons essentielles à cette situation. D’abord, Londres n’a jamais cherché à éradiquer à ce point le gallois comme Paris le fait depuis longtemps pour le breton. Ensuite, le gallois est obligatoire dans les écoles. Enfin le Gouvernement autonome gallois met tout en oeuvre pour développer la langue. Alors qu’en Bretagne, la région administrant quatre des cinq départements bretons ne prend que des mesures palliatives. Pour exemple, le Gouvernement gallois consacre vingt euros par an et par habitant pour développer le gallois. Les politiques en charge du breton en Bretagne ne consacrent péniblement que deux euros. Dix fois moins !
Il paraît qu’on a que le personnel politique qu’on mérite !

Précédent L'entrepreneur breton en recherche de personnel qualifié, et le syndrome de bécassine.
Suivant De l'impôt à l'épargne en Bretagne

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 258 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

En Bretagne, l’aubépine ou l’Arbre de Mai.

Le printemps est précoce en Bretagne. L’aubépine – Crataegus monogyna – peut y fleurir en Avril. Toutefois c’est en Mai qu’elle se pare traditionnellement de ces délicates fleurs qui embaument

Le maire, les noms de rue et la diversité culturelle

Le maire, les noms de rue et la diversité culturelle Une manifestation a eu lieu le 14 septembre dans le Finistère pour exiger des noms de rue en langue bretonne

La sécheresse aux portes de la Bretagne

Pour l’instant c’est surtout l’extrême sud du pays qui est touché. Le climat change partout sur notre petite planète. Et c’est notre faute. Globalement, nous consommons trop, de tout. Surtout

1 commentaire

  1. Yann-Baol
    octobre 10, 17:33 Répondre
    Bien sûr qu'une météo en breton serait la bienvenue! Et si on commençait par de pas faire de météo "administrative " ? Par exemple qu'est-ce qu'une météo des «pays de la Loire» quand le Sillon de Bretagne coupe en deux la Loire-Atlantique ... quand il pleut à Savenay et qu'on a du soleil ,au Croisic? Ou quand il y a de la neige à Sillé-le-Guillaume (Sarthe) et 10° à La Baule? Aberrant! Bonne chance donc... chañs vat deoc'h! Yann Baol

Laissez un commentaire