OpenStreetMap en breton, vous connaissez ?

OpenStreetMap en breton, vous connaissez ?

Voir la carte de Bretagne (et du monde) avec les yeux d’un brittophone, c’est possible et c’est utile.

Les noms de lieu sont périssables et certains ne reflètent pas ou plus ce que des gens différents voient dans différents endroits. En Bretagne, la lessiveuse linguistique agite et déforme. Tandis que les cartes papier sont moins utilisées au profit des outils numériques et que la société bretonne réagit pour créer un environnement plus breton.
Ce qui frappe les étrangers au pays, ce sont les panneaux routiers et les indications dans les rues qui, depuis trente ans, font de plus en plus de place au breton moderne. Les communes remettent les noms officiels dans un breton correct et installent des signalisation bilingues. Une grande part est basée sur les données accumulées par l’Office public de la langue bretonne, qui est imité partout en France (Alsace, Aquitaine, Bourgogne, Corse, Flandre, Occitanie, Pays basque).

Open Street Map e brezhoneg.

Forts de cet acquis, des contributeurs à la carte mondiale participative, OpenStreetMap ont mis en ligne une version en breton. Carte qui se remplit petit à petit des noms des hameaux et de ceux des rues. Également de bien d’autres choses : équipements publics, cours d’eau, lieux emblématiques….

La tâche est immense.

Puisque tout le monde peut aider, l’effort collectif commence à payer et cela va s’amplifier. Des sites Internet bretons, celui de la Redadeg par exemple, affichent la carte en breton.
Début février 2018, trente et une mille mentions en breton ont été ajoutées et il ne s’agit que du début. Car il est projeté d’injecter en masse des noms de rue et de créer des applications pour téléphones mobiles.
Pour participer, il faut s’informer sur le site bilingue. Et si nécessaire, contacter le groupe.
Changez l’adresse du site en mettant, au lieu de bzh, cymru (Pays de Galles) ou ie (Irlande). Ainsi vous voyez que les cousins celtiques s’y mettent aussi.
openstreetmap.cymru/
www.openstreetmap.ie/

Participez vous-mêmes à la réalisation de cette carte.

Donc voici le lien direct : OpenStreetMap e brezhoneg, et l’adresse de contact est darempred@openstreetmap.bzh

Note : OpenStreetMap est une entreprise bénévole à laquelle vous pouvez apporter votre pierre pour faire une carte plus précise que celle de Google

Chronologie du projet « La carte en breton »

– 22 janvier 2016 : Création du groupe OSM e brezhoneg avec le soutien de l’Office public de la langue bretonne (OPAB)
– 17 novembre 2016 : L’Office public de la langue bretonne libère les données de ses deux bases toponymiques
– 12 avril 2017 : Mise en ligne de la « carte en breton » et du site OpenStreetMap e brezhoneg
– 18 janvier 2018 : Grâce à un serveur d’OpenStreetMap France, la mise à jour est quotidienne

Précédent Le jacobinisme français a vécu !
Suivant Une langue dont l'enseignement n'est pas obligatoire à l'école est condamnée à mort.

A propos de l'auteur

OpenStreetMap E Brezhoneg
OpenStreetMap E Brezhoneg 1 articles

OpenStreetMap est une entreprise bénévole à laquelle vous pouvez apporter votre pierre pour faire une carte plus précise que celle de Google

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Novembre, le mois de la mémoire

La Grande Guerre à mille kilomètres dans l’est de la Bretagne. Novembre : ayons une pensée en ce moment pour nos Grands Pères et Arrières Grands Pères. Pour tous ceux

Et la Bretagne, accueillerait-elle l’Aquarius ?

L’Aquarius, le navire qui défrayent nos chroniques. Depuis des mois maintenant, ce navire de l’Association SOS Méditerranée occupe l’actualité en Europe. L’Aquarius longe les côtes libyennes, embarque à son bord

Le bonimenteur vend un produit, le polimenteur un programme.

Le bonimenteur est une personne qui raconte des boniments. Et un boniment est un propos dont l’objectif est de plaire, convaincre ou séduire. L’origine de ce mot français est à

2 commentaires

  1. Celtophile
    février 08, 18:18 Répondre
    Le bilinguisme est une richesse incontestable. Je rêve d' une France qui incluera l' enseignement des langues régionales aux niveaux du primaire et du secondaire, La Grande-Bretagne n' a-t elle pas reconnu le gallois comme une des langues du royaume,au point mêmre de l' avoir promu au rang de langue universitaire au Pays de Galles?

Laissez un commentaire