Annie Le Vaillant : la maire de Pleiben en Bretagne devient proprio de la commune ?

Annie Le Vaillant : la maire de Pleiben en Bretagne devient proprio de la commune ?

Annie Le Vaillant à l’état civil. Nous l’appelerons Annik Ar Vaillañt … et on vous explique pourquoi.

Annik Ar Vaillañt donc, est maire de Pleiben, une petite localité du Penn ar Bed de moins de 4000 habitants. Où une somptueuse église qu’il faut avoir admiré un jour, est l’emblème de Pleiben.
Annie Le Vaillant est maire sans étiquette des fois, et divers droites parfois, depuis 2014, et donc jusqu’en 2020. Date à partir de laquelle nous espérons qu’elle ne le sera plus. Ici nous ne jugerons pas son action économique ou sociale, dont nous ignorons tout et qui ne nous intéresse finalement pas aujourd’hui.
Nous allons juste vous expliquer en quoi consistent les basses besognes de Annie Le Vaillant, pour nous Annik Ar Vaillañt.

Vers un temps qu’on espérait révolu.

Dans toutes les vraies démocraties d’Europe, les minorités ethniques et leurs droits élémentaires sont de plus en plus respectés.
Mais pas dans notre Hexagone, et pas à Pleiben !
Annik Ar Vaillañt (Annie Le Vaillant) s’imagine être devenue propriétaire de « sa » commune.

Extrait d’un article paru dans la presse quotidienne.

annie la vaillant

Article de presse – Annie Le Vaillant joue avec la mémoire, le patrimoine et l’Histoire de Pleiben, Penn ar Bed, Bretagne

« Lors du dernier conseil municipal de Pleyben qui s’est tenu le jeudi 20 juin en séance ordinaire, un point à l’ordre du jour consistait à valider les noms des lieux-dits qui pouvaient, jusque-là, bénéficier de plusieurs orthographes. Ce travail, engagé en partenariat avec La Poste, a notamment pour objectif de faciliter le repérage, l’accès aux secours et aux livraisons, la localisation sur GPS et également de permettre le déploiement de la fibre optique vers des adresses précises.

Peu de changements

Nombre de noms de ces lieux-dits étant en breton, la mairie s’est associé à l’Office de la langue bretonne afin que soient précisées les bonnes orthographes. Il en résulte peu de changements car, à expliqué le maire Annie Le Vaillant, « il ne s’agit pas de créer des soucis aux administrés, en le contraignant à changer d’adresse mais que les lieux soient bien trouvés par GPS. Ainsi par exemple, Bourjell devient Bourjel, Koz Kinkis devient Cosquinquis et les noms portant initialement un K ont été changés en C (Croas Nu …). Keraël est désormais le Rue Yves Le Moal et Lanneueur se confirme au lieu de Lanneguer. Pour la plupart des villages, le Ar sera changé en Le (Le Vernig, Le Ménec …), à l’exception d’Ar C’Hrann »

Morceau de choix, Annie Le Vaillant !!

Car il y a tellement d’objectifs qu’on ne peut pas être contre, voyons ! Qui peut être contre le progrès n’est-ce pas ?
« Faciliter le repérage » : Annie, on ne sait pas si tes Ancêtres sont de Pleiben, mais cela fait des siècles, jusqu’à ces jours-ci, que les habitants de cette commune dont tu es maire seulement de passage, s’orientent avec des noms de lieux en breton. Donc argument non recevable.
« Accès aux secours et aux livraisons » : Lol 😂🤣😉

Le coup du GPS !!

Donc depuis la nuit des temps, les secours ne peuvent pas assister les habitants de Keraël. Ainsi, pour les sauver tu penses que c’est mieux Rue Yves Le Moal ? Quant au livreur de Ar Post ou de DHL, c’est sûr que son GPS fabriqué en Chine ou en Finlande trouvera plus facilement Croas Nu que Kroaz Nu !! Donc argument non valable.
« Et permettre le déploiement de la fibre optique » : Eh Annik, là c’est super Lol 😂🤣😂🤣😂🤣
On avait aussi pensé à un autre argument pour tenter d’expliquer l’inexplicable : Pour permettre aux légumes des potagers des lieux-dits concernés de pousser plus vite.
S’il te plaît Annik, peux-tu, entre adultes cette fois, nous expliquer en quoi franciser des noms de lieux-dits permet le déploiement de la fibre optique ?

Allez on continue !

« L’Office de la langue bretonne … les bonnes orthographes » : c’est pas beau de désinformer, Annik. L’Office de la langue bretonne ne t’a sûrement pas conseillé de changer les Ar en Le ou de changer les K en C. Nous contactons l’Office de la langue bretonne pour en savoir plus. Sais-tu, Annie Le Vaillant, que la lettre C n’existe pas dans l’alphabet breton ? Il existe les lettres CH et C’H, mais pas le C. On imagine pas un instant l’Office de la langue bretonne accepter cette manipulation éhontée.
« Bourjell, Koz Kinkis … » : cela s’appelle prendre « ses » administrés pour des demeurés, tout simplement. Annik, enlever un L à Bourjell va faciliter la reconnaissance d’un GPS ? Et passer de Kos Kinkis à Cosquinquis aussi ? Sais-tu ce qu’est un GPS ? Les lettres C et Q n’existent pas en breton. On voit bien la vraie motivation qui t’anime.
« Ar C’Hann » : le nom de lieu-dit le plus compliqué, à la limite, à écrire sans faute et à prononcer, Ar C’Hrann, est laissé intact. Vous qui habitez Ar C’hrann, fuyez ! Car votre maire vient de vous condamner à mort faute de secours qui ne vous trouveront pas, et à ne plus recevoir de livraison. Vous ne recevrez jamais le fibre optique.

Annie Le Vaillant bafoue la mémoire, le patrimoine et l’Histoire de Pleiben.

La mémoire de nos anciens.

J’ai réalisé une grande partie de ma généalogie familiale. Et il se trouve que j’ai de nombreux ancêtres à Pleiben. A Lanvezenneg, Garzabik, Stereon, Pennoc’h, Lezalain et Kreac’h Kriben.
D’où que tu sois d’origine, comment peut-on, simple maire élu (elles étaient dans ton programme ces basses oeuvres-là ?) de passage pour quelques petites années, oser trahir à ce point la mémoire des personnes et des familles qui ont vécu et travaillé dans ces lieux-dits. Durant des générations et des générations ?

Le patrimoine d’une commune.

Annie Le Vaillant, de quel droit un maire peut-il décider d’arracher des pages entières du patrimoine commun et public d’une commune entière ? Non pas de « sa » commune, mais de la commune dont une partie de la population lui a confié (du mot confiance) un mandat à durée déterminée ? Annik, le mandat de maire d’une commune ne t’en donne pas la propriétée privée.

L’Histoire de la commune.

Car tous ces noms de villages et de lieux-dits ont une histoire. Ils ont tous une signification précise que l’Office de la langue bretonne pourra te préciser. En réalité il est vrai que tu dois t’en moquer comme de ta première couche. Ainsi, certains noms ont été décidé par leurs habitants il y a des siècles. Et toi, Annie Le Vaillant, avec ton écharpe aux trois couleurs, tu décides de refaire l’Histoire de Pleiben en supprimant des lettres, et en francisant des noms entiers.
Comme tu as déjà fait en changeant la Rue Sav Penanguer par la Rue Édouard Rolland. Le propriétaire des terrains dans les années 30 … à moins que ce soit un socialiste du sud de la France qui n’a jamais mis un pied à Pleyben. On en vient à se demander qui à pu avoir cette idée stupide.
Combien de bons points as-tu gagné ?

maires francisateurs, annie le vaillant

Bon point de francisateur

Annik, c’est quoi ta prochaine étape ?

Les noms de famille serait une bonne idée non ?
Ou le nom de la commune ? Plaibin, Plébein … Le suis sûr que le préfet serait d’accord !

Je ne sais pas si pour toi, le tutoiement est une forme de manque de respect. Si cela est, c’est parfait. Je ne veux pas avoir trop de respect pour une personne qui en a si peu pour la mémoire de nos Anciens, pour le patrimoine et l’Histoire de la commune où elle vit.
Annie Le Vaillant, ça fait quelle impression de voir son patronyme saccagé en Annik Ar Vaillañt ?

Previous Xavier de la Gorce, actuel président de la SNSM, veut piquer le canot de Sein
Next Gavé(e) de gavotte ? Jamais !

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 323 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

« Nous sommes en train de nous habituer à l’intolérable. »

Vingt députés bretons viennent de publier une tribune intitulée : « Nous sommes en train de nous habituer à l’intolérable«  Nous reprenons leurs propos et les adaptons librement. Nous ne serons

ESAT : une société se juge à sa capacité d’intégration de tous ses membres avec respect et dignité.

Les Établissement et Services d’Aide par le Travail (ESAT) font parties des structures qui vont dans ce sens. Les ESAT sont des établissements médico-sociaux qui ont pour objectif l’insertion sociale

Les langues régionales mènent-elles au séparatisme ?

Langues minoritaires et séparatisme. Selon certains, les cultures minoritaires constituent une menace pour l’unité nationale. L’exemple suisse montre que ce n’est pas automatique. Vous souhaitez recevoir automatiquement et gratuitement cette

7 Comments

  1. Hamilton
    juillet 30, 11:00 Reply

    Deja bon dieu!!!! ecriver bien les nom des commune pleiben au lieu de pleyben aller vous faire voir bande de con!! Meme pas capable de se renseigner comment ca s ecrit

    • La Rédaction
      juillet 30, 13:21 Reply

      Eh Hamilton, avant d’insulter … Pleiben est l’orthographe en breton qui a été traduite en langue française par Pleyben. Chacun prend celle qu’il veut. La maire de Pleiben francise des noms de lieux en brezhoneg, nous on bretonnise le nom de la commune. D’ailleurs inscrit sur les panneaux de signalisation aux entrées du bourg.
      Autre chose ?

  2. Pythagore
    juillet 30, 18:41 Reply

    Ce n.Est pas le seul cas…Telgruc sur mer aussi à un maire actif en LA matière….

  3. Solenn Bzh
    juillet 30, 20:26 Reply

    Eh Hamilton, essaie de t’exprimer en français correct : on écrit « écrivez bien » et non « écriver » cela n’existe pas en français. De même pour « allez vous faire voir » au lieu de « aller ». C’est quand même dramatique de vouloir briller en français avec autant de lacunes sur votre propre langue. Laissez nous donc notre culture et revoyez vos bases grammaticales avant de prodiguer vos conseils à deux balles.

  4. Reun Allan
    juillet 31, 10:54 Reply

    @hamilton. Vous êtes très fort ! Vous prodiguez des conseils en orthographe à la rédaction.
    Bravo pour la concision de votre propos et pour l’exemplarité. Vous avez fait un score de 6 fautes (seulement) sur deux lignes courtes agrémentées d’insultes à l’auteur de l’article.

    Remarquez qu’avec un avocat comme vous, Madame Annie Le Vaillant aura trouvé au moins un défenseur à son niveau.

  5. Daoulagad du
    juillet 31, 13:55 Reply

    Mat e vefe, memestra, ober aliesoc’h gant ar Brezhoneg! Ha piv a zo kalonek awalc’h evit mond da reizhan ar pannelloū e Pleiben ? Ul labourer a dalv kant lavarer ,neketa ?

Laissez votre réponse