Petit conte à l’intention de ceux qui méprisent les « patois ».

Petit conte à l’intention de ceux qui méprisent les « patois ».

Certains amoureux sincères du français ne partagent pas mon attachement pour les autres langues de France. Ce petit conte leur est destiné. (1)

Imaginez…

Imaginez. Nous sommes en 2219 et l’Union européenne a beaucoup progressé. Elle est devenue un Etat unifié doté d’une langue commune : l’anglais.

Imaginez. Désormais, seule la langue de Shakespeare a droit de cité à l’école, à l’université, dans les administrations comme dans les entreprises.

Imaginez. Tous les élus, tous les patrons, tous les avocats, tous les journalistes, tous les artistes s’expriment en anglais.

Imaginez. A l’école, au collège, au lycée, à l’université, on n’enseigne plus à nos chères têtes blondes Molière et Balzac, mais Dickens et Kipling. En histoire, on ne leur parle plus de Louis XIV et de Napoléon, mais d’Henri VIII et de Cromwell.

Imaginez. Dans les cours de récréation, les enfants surpris à utiliser le français sont punis. Les instituteurs expliquent à leurs parents qu’à la maison, il est temps de parler anglais et non plus « patois » : il y va de la réussite de leur progéniture.

Imaginez. L’abbé Gregor qui, en 2119, a écrit un rapport sur « la Nécessité et les Moyens d’anéantir les Patois et d’universaliser l’Usage de la Langue anglaise » vient de faire son entrée au Panthéon des grands hommes européens. A cette occasion, il a été qualifié d’« éveilleur de l’avenir » par le ministre de la Culture de l’Union.

Imaginez. L’article 2 de la Constitution européenne est ainsi rédigé : « la langue de l’Union est l’anglais » …

Poursuivez la lecture de mon article directement sur l’original à retrouver ici dans les colonnes de L’Express.

Dessin de Michel ITURRIA

Précédent La région Bretagne administrative entre au capital d'une entreprise privée.
Suivant Patrimoine de Bretagne : sauvons le Château de Clisson

A propos de l'auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 4 articles

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne national breton

Le Bro Gozh Ma Zadoù est l’hymne national breton. Son nom signifie en langue française « Vieux pays de mes pères ». Sa mélodie s’inspire de l’hymne national du Pays de Galles,

Europe et Bretagne … de quoi parle t-on ? Ignorance ou tromperie ?

On nous vend de l’Europe alors qu’il ne s’agit que de l’UE. Et on nous vend de la Bretagne alors qu’il ne s’agit que la RAB Région Administrative Bretonne. Est-ce

Patrimoine : Ile de France et Bretagne, deux poids, deux mesures …

Au milieu de la nuit, l’Assemblée nationale a adopté (récemment) en nouvelle lecture le projet de loi pour la conservation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. L’incendie et la

1 commentaire

  1. Jean Pierre LE MAT
    janvier 17, 18:38 Répondre
    Voir le même thème, rédigé il y a plus de 5 ans : https://abp.bzh/bretagne-2030-en-route-vers-un-futur-radieux-31589

Laissez un commentaire