Petit conte à l’intention de ceux qui méprisent les “patois”.

Petit conte à l’intention de ceux qui méprisent les “patois”.

Certains amoureux sincères du français ne partagent pas mon attachement pour les autres langues de France. Ce petit conte leur est destiné. (1)

Imaginez…

Imaginez. Nous sommes en 2219 et l’Union européenne a beaucoup progressé. Elle est devenue un Etat unifié doté d’une langue commune : l’anglais.

Imaginez. Désormais, seule la langue de Shakespeare a droit de cité à l’école, à l’université, dans les administrations comme dans les entreprises.

Imaginez. Tous les élus, tous les patrons, tous les avocats, tous les journalistes, tous les artistes s’expriment en anglais.

Imaginez. A l’école, au collège, au lycée, à l’université, on n’enseigne plus à nos chères têtes blondes Molière et Balzac, mais Dickens et Kipling. En histoire, on ne leur parle plus de Louis XIV et de Napoléon, mais d’Henri VIII et de Cromwell.

Imaginez. Dans les cours de récréation, les enfants surpris à utiliser le français sont punis. Les instituteurs expliquent à leurs parents qu’à la maison, il est temps de parler anglais et non plus « patois » : il y va de la réussite de leur progéniture.

Imaginez. L’abbé Gregor qui, en 2119, a écrit un rapport sur « la Nécessité et les Moyens d’anéantir les Patois et d’universaliser l’Usage de la Langue anglaise » vient de faire son entrée au Panthéon des grands hommes européens. A cette occasion, il a été qualifié d’« éveilleur de l’avenir » par le ministre de la Culture de l’Union.

Imaginez. L’article 2 de la Constitution européenne est ainsi rédigé : « la langue de l’Union est l’anglais » …

Poursuivez la lecture de mon article directement sur l’original à retrouver ici dans les colonnes de L’Express.

Dessin de Michel ITURRIA

Previous La région Bretagne administrative entre au capital d'une entreprise privée.
Next Patrimoine de Bretagne : sauvons le Château de Clisson

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 24 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Prolétariat : travailleurs pauvres sur-représentés chez les agriculteurs bretons

Les agriculteurs bretons en précarité. Lorqu’on évoque les classes populaires, on pense aux ouvriers, aux familles mono-parentales qui vivent dans des conditions précaires, ou aux salariés au salaire minimum à

En Bretagne, il serait temps de reconnaître un goéland d’une mouette.

Pour celles et ceux qui ne savent pas reconnaître un goéland d’une mouette, voici qui devrait vous aider. Quand vous venez en Bretagne, vous devez, au moins, pouvoir reconnaître ces

✅ Politique linguistique en Bretagne : ouvrons enfin le débat !

La politique linguistique en Bretagne est un échec. Avec Yannig Baron, nous venons de publier en page débat du Télégramme une sévère critique du déni de réalité de ceux qui

1 Comment

Laissez votre réponse