✅ Politique linguistique en Bretagne : ouvrons enfin le débat !

✅ Politique linguistique en Bretagne : ouvrons enfin le débat !

La politique linguistique en Bretagne est un échec.

Avec Yannig Baron, nous venons de publier en page débat du Télégramme une sévère critique du déni de réalité de ceux qui sont au Pouvoir à la région, face au constat d’échec de leur politique linguistique.
Tous les chiffres le prouvent.
Nous sommes les plus mauvais – entre 3 et 4 % d’enfants scolarisés en filière bilingue- et avec un taux de progression qui n’a jamais été aussi faible que cette année. A ce compte-là, c’en est fini de nos langues et de nos espérances de les voir sauvegarder.
Les Basques du nord sont à 50 %. Pourquoi ?

Ce qui est le plus choquant, c’est que ce Pouvoir régional n’a jamais été capable d’affronter cet échec …

… ni d’expérimenter, d’évaluer sa politique pour concevoir un autre chemin. A chaque fois, malgré de nombreuses interpellations, nous n’avons entendu que des propos complaisants sur le travail accompli avec la recherche d’excuses exogènes. Ainsi, c’est l’État central qui bloque, les communes ne font rien…
Ils ont juste oublié une chose : la volonté politique.
Cette capacité à mettre la pression sur l’État, cette capacité à dire non face aux forces du système.
Car la Bretagne n’existe que si elle est capable de dire non, de s’opposer et de trouver la force de tracer son propre chemin. Sinon, tout est fini.

La politique linguistique est une politique comme une autre.

On doit pouvoir l’évaluer, la critiquer. Il existe même des chercheurs spécialisés dans l’évaluation des politiques publiques. D’ailleurs, c’est ce que j’avais suggéré lors d’une rencontre avec le région en 2016, au nom de Breizh impacte. Nous n’avons pas été suivis.
Une politique linguistique doit encore être mesurée à l’aune de l’objectif politique affiché.
Alors quel est l’objectif politique de la région Bretagne administrative en la matière ?
Faire semblant ?
Donner le change, histoire de montrer que l’on fait quelque chose pour les langues minoritaires en France ?
Sauver nos langues ?

Si l’objectif est de donner le change, il est certain que cette politique indigente n’est pas en échec.

Nous sommes de plus en plus nombreux à exiger que l’objectif politique de la généralisation de l’enseignement de nos langues (breton et gallo) à l’ensemble de nos enfants soit affiché clairement par la région Bretagne administrative. Il n’en est pas d’autre qui soit logique, naturel, digne de notre histoire et de notre humanité.

Plus un seul enfant de Bretagne ne doit ignorer sa langue et son Histoire.

 

politique linguistique en Bretagne

La politique linguistique menée en région Bretagne administrative sous la présidence de Loïg Chesnais Girard est un échec total.

Ensuite, il faut se donner les moyens de la réussite.

Nous proposons que le plan multilingue et sa pédagogie qui ont fait leurs preuves au pays basque sud, et ailleurs, soit mis en œuvre. C’est encore la meilleure méthode pour convaincre les parents, qui, comme on le sait, souhaitent donner à leur progéniture la meilleure connaissance possible de l’anglais. La connaissance de sa langue est un atout inestimable en termes de bien-être en ces temps troublés. Également de lien social et de réussite scolaire. Elle renforce l’égalité des chances pour nos enfants, par rapport aux enfants de Paris qui bénéficient de tous les avantages.
Enfin, la formation des enseignants doit faire l’objet d’un effort considérable, ce qui passe par une pression forte sur l’État et les Universités.

Mais la région dispose de moyens pour se faire entendre.

Regardons vers la Corse où le rectorat forme 700 enseignants en langue corse pour une population bien moins importante.
Il suffit de vouloir et de renoncer à signer avec l’État des conventions indignes prévoyant la formation de vingt (20) enseignants.

Comment peut-on donner son accord à des politiques pareilles ?

J’apprends que Monsieur le Président de la région a fait contribuer le recteur de l’académie de Rennes à son récent ouvrage. J’aimerais pouvoir lui dire que l’important pour le premier personnage politique de Bretagne est moins de faire copain-copain avec Monsieur le Recteur que de savoir mettre une pression politique de tous les instants.
On se grandit toujours en affrontant ses échecs. Il faut juste en trouver le courage et mettre un terme au « régionalisme de la parlote » que je ne cesse de dénoncer. Franchement, avec des chiffres pareils, nous n’avons vraiment pas de quoi être fiers !

J’aimerais encore ajouter un petit détail qui me tient à coeur.

Si nos responsables à la région administrative pensent que nous ne sommes qu’une région, alors oui, il faut baisser les bras. Puis admettre la secondarisation logique de nos langues jusqu’à leur disparition inévitable. Mais s’ils reconnaissent que nous sommes un peuple, aussi respectable que les autres peuples d’Europe et du monde, alors ils doivent savoir lutter jusqu’à ce que nos droits soient enfin reconnus.
Nous espérons que la parution de cette tribune dans Le Télégramme soit l’amorce d’un véritable débat public. Enfin, sur ce qui devrait être la première priorité politique d’une région Bretagne, la préservation de nos langues par la généralisation de leur enseignement.
Ouvrons le débat !!!!
Nous sommes prêts à en débattre publiquement avec Monsieur Chesnais Girard, Président de la région Bretagne administrative.
Nous voulons croire que la préservation de nos langues est un objectif qui lui tient à cœur.

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Déjà sur ce sujet …

« Nouvelle » politique linguistique de la Région Bretagne : de la poudre de Perlimpimpin

✅ La trop molle présidence de la Région Bretagne.

Previous ✅ Cinquième épisode de la série Nominoë et les Rois de Bretagne
Next ✅ Le Masque Breton, pour mieux se protéger ... partout !

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 20 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Le pouvoir central est condamné à se radicaliser … et à disparaître !

Se radicaliser et disparaître … en 2021 ? Se radicaliser serait donc le choix fait au Palais. L’Hexagone, depuis trop longtemps, est surtout malade d’une hyper-centralisation. Les Démocraties occidentales donnent

✅ GR34 le chemin de grande randonnée de Bretagne.

Le GR34 de Bretagne est très réputé en Europe. En effet, ce chemin breton de grande randonnée GR34 est très réputé dans toute l’Europe, et même au-delà. Bien sûr on

✅ Insoumis bretons et France « insoumise », par Jean Pierre Le Mat

France insoumise. Les députés de la France Insoumise se sont opposés à l’unanimité à la loi Molac sur les langues dites régionales. Voir l’analyse du scrutin par l’assemblée nationale La

2 Comments

  1. Iffig
    décembre 07, 17:21 Reply

    Je pense que le mouvement culturel a soulevé le problème à maintes reprises dans les différents organismes consultatifs ou il est présent et continue à le faire : ce n’est pas une nouveauté !
    Mais prendre la communauté autonome d’Euskadi comme exemple me semble difficile à accepter : dans un pays, à la différence de la France, qui reconnait les peuples et leurs cultures, qui est dirigé depuis maintenant 45 ans par des nationalistes. On est en Bretagne a des milliers de lieux de cela, ou nous n’avons jamais eu le moindre élu issu d’une liste autonome bretonne. Alors battons nous en priorité comme l’a fait la Corse pour obtenir le pouvoir (ils doivent se sentir bien seuls) , et cessons de geindre. Nous avons des gens compétents , alors Yvon , es-tu pret a entrer dans la bataille ?

Laissez votre réponse