✅ “Mon entretien avec Denez” de Michel FELTIN-PALAS

✅ “Mon entretien avec Denez” de Michel FELTIN-PALAS

Denez : “Laisser dépérir la langue bretonne est un crime contre la France !
Denez (Prigent) chante – en breton – sur tous les continents, mais ne passe quasiment jamais à la télévision dans son propre pays. “Je n’ai rien contre le français”, explique-t-il. “En revanche, certains voudraient que je ne sois que français. Là, je dis non.”

Entretien avec Denez.

Chanter en langue régionale n’est pas l’idéal pour faire carrière, sauf, apparemment, quand on a le talent de Denez. Cet artiste étonnant parvient à donner – en breton – des concerts à Paris, en Écosse, en Espagne, en Allemagne, au Québec, au Kazakhstan, en Chine… L’un de ses titres a même été repris par le réalisateur Ridley Scott (Alien, Blade Runner…) dans son film La Chute du Faucon Noir.

Denez a sorti ce 16 avril son onzième album (1), mêlant chant d’inspiration traditionnelle, trame électro, musique acoustique, musiciens solistes, percussionnistes et sonneurs de bagad. Des compositions originales, souvent envoûtantes, dominées par sa voix singulière, qui contribuent à redonner ses lettres de noblesse à une culture souvent méprisée. Une fois n’est pas coutume : c’est sous forme d’entretien que se présente donc cette semaine cette lettre d’information. Pour laisser la parole à un homme rare.

Le breton est-il votre langue maternelle ?

Presque. Mes parents m’ont éduqué en français, mais je passais beaucoup de temps chez ma grand-mère, dans une petite ville du Léon où 95 % de la population parlaient breton. Je ressentais un lien entre cette langue que j’entendais, la force du vent et la beauté des paysages alentour. J’étais fasciné. A 10-12 ans, je parlais les deux langues.

Pourquoi chantez-vous en breton ?

Il n’y a qu’en France que ce genre de situations étonne… Si j’étais né au Tibet, je chanterais en tibétain. Je suis né en Bretagne, il me paraît naturel de parler breton. Le français est une très belle langue, mais chaque langue a sa beauté. Je me souviens d’avoir été invité à une émission de radio avec un homme qui avait réalisé le tour du monde pour écrire un livre sur les odeurs. Je lui ai expliqué qu’en breton, on ne “respire” pas un parfum de fleurs mais qu’on “l’entend”. Il n’en revenait pas. “Je n’ai rencontré cela nulle part ailleurs“, m’a-t-il dit, en avouant ne pas avoir enquêté en Bretagne. C’est typique : les Français ne savent pas voir l’étrangeté dans leur propre pays.

Votre carrière a-t-elle pâti du choix de cette langue ?

Sans doute. On m’a souvent dit : “Avec ta voix, si tu chantais en français, tu aurais beaucoup plus de succès.” J’ai toujours refusé car ce n’est pas dans mon ADN. Je n’ai rien contre le français. En revanche, certains voudraient que je ne sois que français. Là, je dis non. Le breton est ma langue de coeur.

Tout de même : cela ne vous ferme-t-il pas certaines portes ?

C’est certain. Mes disques ne passent en général que sur les radios bretonnes. Dans les télévisions et les radios nationales, on me dit : “C’est en breton ? Alors pas question : les gens ne comprendront pas.” Je leur demande alors pourquoi ils passent des chansons en anglais.

Et que vous répond-on ?

Rien.
Ils se retrouvent face à leurs contradictions.

Sur votre dernier disque, l’un des titres est en trois langues : breton, français et anglais. Pourquoi ce choix ?

Je ne me suis pas posé la question. L’idée était simplement de réunir autour d’un style musical qui ne leur était pas familier trois artistes différents : Aziliz Manrow, qui vient de la country ; Oxmo Puccino, issu du rap français, et moi-même, habitué au chant en langue bretonne.

Vous replier sur le breton n’est-il pas une forme de communautarisme ?

Cet argument est incroyable ! En France, une petite caste parisienne a imposé sa culture à toutes les autres régions et c’est moi, qui suis bilingue, que l’on accuse de repli !
En réalité, les communautaristes, ce sont les partisans de la langue unique …

Continuez la lecture de mon entretien avec Denez sur mon article original.
Et retrouvez-moi sur Facebook.

Titre et photo de NHU Bretagne

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

 

Lisez également trois autres articles de Michel FELTIN-PALAS parus dans NHU Bretagne.

✅ Langues régionales : une hypocrisie française, de Michel FELTIN-PALAS

✅ Pour en finir avec le mot « patois », de Michel FELTIN-PALAS

✅ Lettre d’un « Provincial » aux Parisiens, de Michel FELTIN-PALAS

Mon entretien avec Denez

Previous ✅ Élections législatives au Pays de Galles
Next ✅ To save Breton from extinction, there's only one solution

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 25 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Élections régionales en Bretagne – Parti Breton : interview de Joannic MARTIN

Élections régionales en Bretagne – Parti Breton. Après Daniel CUEFF et sa liste Bretagne Ma Vie, et après Lydie MASSARD de l’UDB sur la liste Bertagne d’Avenir, voici la troisième

✅ Spéculation foncière en Morbihan

Spéculation foncière. L’UDB 56 dénonce une spéculation foncière, une pression immobilière et des méthodes de prospection qui ne cessent de devenir plus agressives. Distribution de prospectus incitant à la vente,

✅ Élections régionales en Bretagne – Bretagne ma vie : l’interview exclusive de Daniel CUEFF

Élections régionales en Bretagne – Bretagne ma vie. Daniel CUEFF bonjour. Et merci de recevoir NHU Bretagne pour cette interview à propos des élections régionales en Bretagne – Bretagne ma

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse