Third Meridian, un groupe musical de Bretagne à découvrir

Les interviews de NHU Bretagne : rencontre avec le groupe musical Third Meridian.

Bonjour Third Meridian, et merci de nous recevoir pour cette interview. NHU Bretagne est très attaché à la création en Bretagne, qu’elle soit entrepreneuriale, musicale … Et la Bretagne a cela de très particulier, c’est d’être une terre de toutes les musiques. C’est sans doute une des raisons essentielles pour laquelle il existe sur ce territoire le plus puissant concentré de grands festivals de musiques en Europe.

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît ? Vous êtes cinq du Vannetais, c’est bien cela ?

Oui nous sommes tous Vannetais, nous avons créé le groupe en 2013 avec l’envie de composer une musique instrumentale appuyée par de la projection vidéo.
Nous avons commencé à trois  (Romain, Thomas et Guillaume) à composer aux studios de l’Echonova à Vannes. Quand nous commencions à avoir suffisamment de morceaux, nous voulions les partager avec le public, faire des concerts. En live, on voulait de la puissance, que notre musique garde un côté organique, nous avons donc fait appel à Ronald à la batterie et Julien à la basse qui nous ont rejoint fin 2014. Nous avons continué à composer sous cette forme pendant quelques mois et à l’été 2015, nous sommes allés en studio avec David ARHUIS (l’ingé-son qui nous suit depuis le début) enregistrer les sept titres qui figurent sur notre premier album : « Polarity ».
En parallèle, nous avons progressivement construit notre univers visuel. Grâce à notre rencontre avec Mathieu EZAN, jeune photographe/vidéaste Vannetais (concrétisée par la captation de plusieurs morceaux au Cinéma « Quai 56 » à Guer) et scénique avec un an d’accompagnement en 2016 par la salle de musiques actuelles Vannetaise l’Echonova au travers de résidences et coaching scénique avec Arnaud FOURNIER (La Phaze, Hint, Dead Hippies). Ensuite nous avons enchainé les concerts au Ferrailleur à Nantes, à L’Echonova à Vannes, à la Petite scène à Saint-Nolff…

third meridian

Third Meridian

Pourquoi ce nom Third Meridian ?

Nous souhaitions un nom aux multiples facettes. Un peu comme notre musique en fait. Le nom Third Meridian peut évoquer les méridiens qui relient les pôles et évoquent une certaine dualité, les divers aspects relatifs aux éléments célestes ou encore le lien entre l’auditif et la vision en médecine chinoise… L’idée que chacun puisse faire sa propre interprétation nous séduisait pas mal !

Comment pouvez-vous caractériser votre musique ?

C’est un mélange de plusieurs esthétiques. Du Rock ou Post-Rock, de l’électro, du Métal etc… On ne se fixe pas vraiment de barrière de style en fait. En fait on a tous une base assez rock. On vient tous de là donc il y a forcément de l’énergie dans nos morceaux. Ainsi on met en avant l’appellation « Cinematic Post-Rock » pour que le public puisse mieux identifier ce que l’on propose : une musique instrumentale accompagnée de projection vidéo.

Vos groupes et Musiciens préférés sont …

Nous avons forcément beaucoup d’influences communes, mais pas que.
En tout cas, on se retrouve tous autour de la musique de groupe comme Deftones, Archive, Ez3kiel, Russian Circles ou Massive Attack par exemple… Et de notre attrait commun pour le cinéma et les musiques de film aussi. On peut citer John Murphy, Hans Zimmer ou encore Clint Mansell.

D’où vient votre inspiration ? Pouvez-vous nous en dire plus sur votre processus de création ?

Du quotidien, des rencontres que l’on peut faire, de sensations, de notre imagination… C’est difficilement explicable en fait. C’est un processus assez obscur qui à la limite ne demande pas forcément à s’expliquer ! On ne retient que le résultat ! Mais construire des morceaux est une chose grisante et tellement excitante. C’est vraiment ce qui nous anime et nous réunit. Cette alchimie qui se crée entre nous c’est un sentiment puissant ! La musique exerce véritablement un pouvoir positif sur les gens.
On construit nos morceaux de façon très simple. Parfois l’un de nous arrive avec des idées de riffs ou de rythmique. On les fait évoluer ensuite à cinq ou on part de zéro tous en répèt ou encore on maquette sur nos pc chez nous … Ensuite on travaille des arrangements, des ambiances, on teste des choses ! On avance petit à petit de cette façon, ça prends plus ou moins de temps. Mais quand nous sommes tous satisfaits, on enregistre « le brouillon » du morceau. Puis on le réécoute beaucoup, parfois on remodifie la structure ou les sons, on réarrange etc… Pour la partie vidéo c’est la même chose, on passe du temps à les peaufiner, on teste pleins de trucs, on échange avec des gens du métier, c’est un travail d’artisan de la musique !

Third Meridian est né en 2013 et vous avez sorti votre premier album en 2017. Est-ce difficile de percer au grand jour pour un groupe comme vous ? Pour quelles raisons essentiellement ?

« Percer » n’est pas vraiment l’objectif premier.
Le principal pour nous c’est de passer du bon temps entre nous, rencontrer des gens et se faire plaisir. Nous avons tous des tafs à côté, des familles, on préfère avancer comme ça. C’est notre équilibre. Avant Third Meridian nous avons tous joué dans d’autres groupes. L’expérience et la maturité nous font aller à l’essentiel ! On a appris pleins de choses qui nous servent maintenant à aller plus vite.
Après, pour ce qui est de promouvoir et diffuser notre musique, internet nous ouvre une porte sur le monde ! On utilise pas mal ce levier là. C’est complémentaire des concerts.
Grâce à internet, il y a des gens de Singapour, de Los Angeles, de Finlande ou d’Islande qui écoutent notre son et qui ont acheté notre album. C’est génial !
Heureusement aussi nous avons rencontrés des gens tout au long de notre parcours qui nous aident, nous conseillent et nous épaulent.
Mais au final c’est aussi ta musique qui fait le boulot !
Grâce aussi au soutien des acteurs locaux ou associatifs qui sont le véritable terreau de la culture en Bretagne (radios, webzines, lieux de concerts…). Tous ceux qui nous appuient et nous aident petit à petit les gens s’intéressent à notre univers et notre démarche artistique !
On a de la chance en Bretagne, il y a un vrai vivier de talents dans les arts et la culture au sens large.

Vos ambiances sur scène semblent toutes avoir un côté « darkside ». Et vous projetez souvent de l’image. Pourquoi ces choix ?

En fait il y a les deux. Et parfois dans le même morceau. D’où le choix du nom « Polarity » pour l’album d’ailleurs. Il y a des morceaux comme Tyr Island plus lumineux que Last escape par exemple qui est plus sombre, plus lancinant. On aime jouer avec les nuances.
Concernant la projection vidéo, dès le départ, c’était l’ADN de notre démarche artistique. Nous voulions proposer notre vision de la musique. Il y a aussi le travail visuel et scénographique d’autres artistes qui nous ont marqués comme Ez3kiel ou Woodkid par exemple.
Comme c’est de la musique instrumentale, nous souhaitons qu’en concert, les spectateurs soient emportés par l’association de notre musique et des vidéos qui sont projetées. Que le temps de notre show, ils soient véritablement transportés.
La projection vidéo apporte une dimension supplémentaire ! Une illustration de la musique !. Comme il n’y a pas de chant, ça laisse le champ libre à l’interprétation ! Nous voulions que les images soient un véritable soutien visuel à notre propos musical.
Nous avons laissé carte blanche à Mathieu EZAN pour la création de plusieurs vidéos. Le résultat obtenu est issu de sa propre interprétation de notre musique. Mais c’en est une parmi tant d’autres !

third meridian

Third Meridian, le logo

Quelle symbolique exprime votre sobre et joli logo ?

Justement sobre, c’est le mot. Avec Mathieu EZAN qui nous a aussi fait l’artwork, on ne souhaitait pas un visuel grandiloquent ou surchargé graphiquement. On aime la simplicité. Beau et simple c’était notre souhait. En choisissant la lettre M stylisée, on voulait que le logo soit facilement assimilable visuellement. Comme « une marque de fabrique » qui reste reconnaissable sans être associé à un nom.

Et pour la suite, c’est quoi vos objectifs dans les prochains mois ?

On va encore faire des concerts pour promouvoir « Polarity » ! Et on aime le travail en répèt et en studio, mais la scène, ça a vraiment une autre saveur, c’est le moment où l’on rencontre les gens, c’est notre récréation !
On pense déjà à la suite de « Polarity », ça devrait se concrétiser dans les prochains mois !

www.third-meridian.bandcamp.com
facebook.com/Third-Meridian
instagram.com/third_meridian
twitter.com/Third_Meridian

Merci à vous de nous avoir reçu pour cet entretien. Bravo pour ce que vous faites et plein de bonnes choses pour la suite.

#CroirePlusEnNous

Précédent Chute du premier portique péage Écotaxe : fêtons cet anniversaire !
Suivant Abbaye de Bon Repos en centre Bretagne : sons et lumières

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 203 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Gwenno, la nouvelle voix des Cornouailles à découvrir

Rappelez-vous de ce nom, simple à retenir, pour nous Bretons : Gwenno. De ce côté-ci du Channel, vous ne la connaissez sans doute pas encore. NHU Bretagne veut vous faire

Bretagne, terre de sports et de sportifs.

Bretagne, terre de sportives et de sportifs On ne le sait que trop peu, mais la Bretagne est une vraie terre de sports, qui repose sur trois disciplines majeures :

La Côte de Granit Rose en Bretagne, un petit Paradis caché.

Août 2016, peu de temps après mon arrivée en Bretagne, je suis curieuse. Je cherche alors de nouveaux sites à visiter dans ma belle région d’adoption, heureusement tout est plus

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire