Tost Magazine, ou comment révéler le Finistère.

Tost Magazine, ou comment révéler le Finistère.

Les interviews de NHU Bretagne : TOST.

Cette fois, nous avons été à la rencontre des trois acteurs principaux d’un superbe magazine internet, TOST Magazine.

Bonjour à vous Magali, Elfenn et Guillaume.
Et merci beaucoup de nous recevoir dans les bureaux de TOST Magazine pour cette interview.

tost

Tost Magazine ou comment révéler le Finistère.

Comment vous est venue cette idée de créer ce TOST Magazine internet ?

Magali

C’est un projet qui a germé il y a un an à Quimper. J’avais envie de créer un magazine mettant en valeur les gens, objets et lieux en Finistère, sous une forme de reportages et interviews qui font la part belle à la photo en mettant l’image au service de la narration à travers une unité de lieu.
L’unité de lieu, c’est le Finistère, puis en fonction de la personne interviewée, le lieu du reportage photo doit lui « correspondre » exactement, c’est à dire que c’est un lieu qu’elle affectionne ou qui l’inspire.

Le magazine est indépendant.

Nous sommes libres de choisir qui nous voulons interviewer, le sujet que nous voulons traiter, et pouvoir se permettre de publier de longues histoires originales accompagnées de photographies, sans se limiter.
Il était pour moi incontournable que ce projet soit collectif, à plusieurs on est bien plus intelligent et on a bien plus d’idées, c’est également bien plus stimulant. L’idée était de réunir dans ce magazine des personnes créatives, passionnées, ouvertes avec des compétences diverses comme l’image, la photographie, la vidéo, la rédaction, voire également l’illustration.
J’en ai d’abord parlé à une photographe de Quimper, qui n’a pas continué l’aventure, car elle avait d’autres projets.

J’en avais aussi parlé à Guillaume PRIÉ …

… que je connais depuis plusieurs années à travers son travail de photographe et réalisateur. Car j’aime beaucoup son style minimaliste. Surtout ses portraits, ses photos aquatiques et paysages. Également ses réalisations de courts métrages et clips (Robin Foster, Beaurevoir…).  Il a une « touche » à lui, quelque chose à la fois mystique et poétique. Il arrive à sonder l’âme des personnes qu’il prend en photo et il est aussi très créatif et curieux, il s’intéresse à plein de sujets. Donc j’étais ravie que cette idée de magazine plaise à Guillaume et qu’il souhaite s’y impliquer et se l’approprier.

J’ai aussi pensé à Elfenn QUEMENER …

… grande lectrice, dévoreuse de livres. Elfenn est ouverte d’esprit et aime bien rigoler aussi, c’est important de travailler les zygomatiques !  Je savais qu’elle pourrait être intéressée par un projet comme celui-là, et j’étais heureuse qu’elle accepte de se joindre à nous.

Ainsi, en formant ce trio nous pouvions démarrer le projet, il y a une complémentarité d’idées et de centres d’intérêts, ils sont divers et variés, nous ne connaissons pas les mêmes personnes, nous ne fréquentons pas les mêmes lieux.  Ce qui nous relie, c’est de partager les mêmes valeurs (respect de la nature et de l’environnement, ouverture aux autres et à la diversité, développement durable, liberté), bien que nous venions d’horizons différents, nous sommes aussi reliés chacun à sa manière au Finistère, c’est aussi cela aussi qui nous rapproche. Je pense qu’on peut dire que nous sommes ouverts d’esprit, curieux et aimons rencontrer les gens et apprendre à les connaitre.

Avec Guillaume, nous avons cherché un nom pour le magazine.

Nous voulions qu’il soit court, facile à retenir et écrire pour tous, et en même temps qu’il ait du sens, on s’est dit qu’on pouvait chercher dans le champ lexical breton, et on a trouvé TOST : qui veut dire « proche de », « près de », c’était exactement le nom qu’il nous fallait ! Ensuite nous avons créé le logo et fidèle à
notre façon de voir les choses, il fallait qu’il soit minimaliste, épuré et en même temps qu’il évoque les trois sujets que nous traitons dans le magazine, en respectant son état d’esprit = se rapprocher des gens, lieux, et objets, faire un « focus, d’où l’idée des cercles et des points, faire le point, rentrer dans le cercle, faire parti du cercle, se concentrer sur un sujet …

Le lancement …

Une fois les personnes réunies et le nom trouvé, en début d’année 2018, c’était le bon moment pour lancer le projet, créer le site web et produire les contenus.
On s’était donné comme objectif de date de lancement Avril/Mai 2018 avec plusieurs articles. Afin d’avoir déjà de la matière à proposer à nos futurs lecteurs dès l’annonce officielle de la mise en ligne du site. On a lancé le magazine en ligne sur internet, et on a un peu teasé sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook (suivez-nous sur @TOSTmagazine), on ne savait pas si ça allait plaire, c’était pas gagné à l’avance et on n’en avait pas trop parlé autour de nous, avant que le magazine soit mis en ligne, c’était un projet assez « confidentiel. On est heureux de voir que ça plait, c’est très positif et ça nous encourage à continuer dans cette voie. »

tost

https://tostmagazine.com/2018/justine-chiara-fille-de-l-eau-et-de-l-air-en-finistere/

Pourquoi cet attachement à la Bretagne et au Finistère en particulier ?

Magali.

Centré sur le triptyque Gens, Lieu et Objet, le magazine TOST propose de connecter ses lecteurs au Finistère.  TOST a pour vocation de mettre en lumière des initiatives locales, des expériences, des lieux. Et de rencontrer des personnalités aux parcours et aux sensibilités différentes qui animent le Finistère avec authenticité.
L’idée du magazine est de permettre de nous rapprocher de ce que nous aimons vraiment. C’est-à-dire les gens, la nature, le sport, la musique, l’art, la culture à travers le récit et l’image (photo et vidéo). Le magazine est une source d’inspiration, de découverte et d’évasion, un moment à part pour les lecteurs.
Pourquoi le Finistère ? Parce que j’y vis depuis seize ans avec mari et enfants, dans le Pays Bigouden. J’ai créé mon agence de communication TIKIÔ à Quimper, depuis presque sept ans maintenant. J’ai grandit dans les Alpes, dans la Vallée du Grésivaudan, à côté de Grenoble, à flanc du massif de la Chartreuse. J’aime ce territoire, brut, près de la nature, l’océan, j’y pratique le surf, j’y ai mes amis, mes habitudes, et à bien des égards il me « correspond. »

Elfenn

En ce qui me concerne, c’est là où je suis née, où j’ai grandi et où, après presque vingt ans de vie parisienne, j’ai eu envie de revenir. Comme le dit Magali, ça me correspond de vivre ici.  J’y trouve l’équilibre dont j’ai besoin : le calme et la solitude parfois, l’énergie et l’enthousiasme dans les rencontres que je fais.

Guillaume.

Mon père est Breton, ma mère est Limousine et j’ai grandi à Dinan en Côtes d’Armor. A 18 ans j’ai pris la route de Rennes pour les études et le travail. Après les USA et l’Angleterre ( 2 ans 1/2 ) je suis revenu dans le 35. Ma femme et moi avions besoin après tant d’années autour de Rennes de bouger. La ville, le stress sans cesse en hausse des citadins, nous ont poussé vers l’extérieur. En même temps, plusieurs amis vivaient déjà dans le Finistère, ce qui nous a amené à découvrir ce département et à en tomber amoureux. Nous avons donc débarqué ici avec nos deux petits sous les bras il y a quasiment cinq ans. J’ai grandi en étant tourné vers la nature, mais ici j’ai trouvé le terrain de jeu aux dimensions gigantesques que je n’avais pas connu jusque là. Ici la nature est à portée de main, très peu altérée.
Nous avons aussi développé dans le Cap Sizun de véritables liens et les projets ne manquent pas. Le potentiel est très grand.

Qui compose la dream team de TOST Magazine ?

Magali.

« TOST HA TOST (« côte à côte ») : on s’épaule, on se relit, on s’encourage, on rigole et on « ideate » ensemble, c’est nous :

Elfenn QUEMENER • Guillaume PRIÉ • Magali NOUGUIER.

Elfenn

Pour l’instant nous sommes trois mais nous sommes ouverts à l’idée d’accueillir de nouveaux Tosters au gré de nos rencontres…
Quant à mon parcours : je suis devenue libraire après des études littéraires, j’ai exercé ce métier avec bonheur pendant presque 10 ans. Ensuite, je suis devenue formatrice pour adultes, j’ai enseigné le breton pendant cinq ans au sein d’une scop où j’étais aussi chargée de communication et de développement, je me suis découvert un intérêt pour la rédaction web et je suis aujourd’hui en pleine reconversion professionnelle. Magali m’a proposé de rejoindre l’équipe de Tost à un moment où ça avait du sens pour moi et le projet était tellement enthousiasmant que je ne pouvais pas faire autrement que d’accepter.

Guillaume.

Mon parcours : Bac S spé bio, amoureux de l’anglais. Puis petit bout de fac de bio et DEUG d’anglais à Rennes. Puis Licence aux US et retour pour une maitrise de linguistique. La photo amateur avait pris beaucoup de place et je décide d’en faire mon métier. Petites commandes et grosses galères pendant plusieurs années sur Rennes. Coupure d’un an et demi a Londres avec ma femme. Au retour je me suis replongé dans la photo et cela a commencé a mieux fonctionner. Le pas vers la vidéo et le film se sont faits un peu plus tard. Je touche aussi de temps a autres au dessin et au design d’objets et meubles en bois. Passionné de nature / arts / mouvement / langages en tout genre / apprentissage …

tost

https://tostmagazine.com/2018/les-atelieres-de-la-reine/

Chacun d’entre vous réalise par ailleurs ou de la photo, de la vidéo, de l’écriture et du surf. Vivez-vous de TOST Magazine et/ou de ces autres activités, même si sans doute, tout cela doit commencer à être bien mêlé ?

Magali.

Je fais de la photo depuis mon adolescence. C’est ma grand-mère et mon père qui m’ont transmis cette passion. J’ai fait du cinéma (Section Cinéma) et de la vidéo au Lycée. Je voulais en faire mon métier, et finalement j’ai poursuivi dans une autre direction. Mais je peux dire que j’ai une culture de l’image que je me suis forgée à ma façon. A travers les expos, livres, documentaires et reportages. J’aime le travail des photographes, je m’y suis toujours intéressée. J’aime aussi les côtoyer et j’aime faire des photos. J’ai commencé par de l’argentique sur le CANON AE1 que ma grand-mère avait ramené du Japon et dont j’ai hérité. Puis j’ai aujourd’hui un LEICA D-LUX. J’aime le grain du Leica. Par mon métier, le marketing et la communication, le web et le digital, je sais créer un site web et communiquer, je dis souvent :

« C’est votre histoire qui vous rend unique, c’est notre métier de la révéler !

C’est ce que je fais avec TOST. »
Je pratiquais le ski alpin quand j’habitais dans les Alpes, et naturellement j’ai voulu faire un sport de glisse quand je suis arrivée dans le Pays Bigouden, alors je me suis mise d’abord au Bodyboard puis ensuite au Surf, j’ai d’abord pris des cours et maintenant j’y vais toutes les semaines et toute l’année (même l’hiver) avec des amis. J’aime faire du sport en pleine nature, être connectée avec les éléments, comme l’océan, et m’immerger dans ce milieu, c’est très important pour moi qui suis devant un écran la plupart du temps dans mon travail.
Je ne vis pas de TOST, car c’est un projet personnel, je le réalise sur mon temps perso, en plus de mon travail pro, et je suis par ailleurs déjà bien occupée (agence, famille, loisirs…).  Mais pourquoi pas, nous verrons bien où cela nous mène, je ne m’interdis rien, si ça débouche sur des projets intéressants en adéquation avec mes valeurs et ma façon de travailler, je suis ouverte aux propositions. »

Elfenn

Vivre de l’écriture… le rêve de toute une vie !!! Il y a encore du travail mais qui sait, un jour peut-être…
Comment choisissez-vous les sujets de vos articles ?
En fonction de nos rencontres et de nos centres d’intérêt. L’idée, c’est de montrer que dans notre entourage, tout près de nous, il y a des gens inspirants, des lieux qui valent le détour, des projets qui se créent et qui méritent notre attention. Pour commencer, nous avons pioché dans nos connaissances mais la création de Tost sera l’occasion pour nous de faire de nouvelles rencontres et de belles découvertes que nous partagerons avec nos lecteurs.

Guillaume

Comme explique ci-dessus, l’image est mon métier et l’écriture intervient dans mes conceptions de films et vidéos ( corporate, clips, courts métrages ). Je surfe très peu. Beaucoup d’années de bodyboard en revanche et essentiellement du bodysurf depuis que j’habite ici, dans une démarche minimaliste.

Comment choisissez-vous les sujets de vos articles ?

Magali

Notre envie est de proposer au lecteur de découvrir le territoire à travers les yeux de personnalités très singulières et aux parcours et passions diverses. Mais reliées par cette unité de lieu, le Finistère. Je choisi les sujets en fonction de mes centres d’intérêts, des personnes qui m’intéressent, que j’ai envie de mieux connaitre. »

Guillaume

Nous sommes indépendants et l’idée de départ étant de créer un support qui nous ressemble, nous allons juste intuitivement vers les sujets qui nous intéressent à titre personnel, tout en s’intégrant dans des logiques sociales plus larges.

tost

https://tostmagazine.com/2018/le-gite-de-latelier-havre-de-paix-local-aux-influences-lointaines

S’il y a une question que tu aimerais te voir poser et que personne ne l’a encore fait, c’est le moment de te la poser à toi-même … et donc d’y répondre 🙂

Magali

Si j’avais un super pouvoir ? Le pouvoir d’ubiquité, de téléportation ou « télétransportation ». Se rendre d’un lieu à un autre en claquant des doigts. On pourrait voyager encore plus loin et plus souvent, l’espace temps serait aboli ou presque.
Qui m’inspire ? Hubert Reeves, Albert Jacquard (que j’ai eu la chance de rencontrer), Pierre Rabhi, Stephen Hawking. Ou encore Alexandra David Néel (j’adore cette femme, …
Si j’étais un Hashtag ? #TostHaTost #SoyonsTOST ! »

Elfenn

Puisque Tost met en avant les gens, les lieux, les objets. Quelle est la personne qui t’inspire ? Quel est le lieu que tu préfères ? Quel est l’objet qui t’est indispensable ?
Mes réponses dans l’ordre : mon arrière-grand-mère, la plage du Ris pour la vue qu’on a sur Douarnenez, magnifique quel que soit le temps. Un livre, peu importe lequel mais de préférence un polar bien noir (sans lait sans sucre) Art.

Guillaume

Je ne peux prétendre avoir déjà été exposé a suffisamment de questions pour qu’il en manque une en particulier ! Mais peut-être : Qu’est-ce qui te motive a avancer tous les jours, dans ton métier, en général, à trouver de nouvelles idées ? La vie, tout simplement. Et le sentiment que suivant le point de vue que l’on adopte, on peut toujours apercevoir une invitation à continuer, à garder notre curiosité en éveil, à apprendre.

Nous vous remercions de votre accueil et de votre bonne humeur durant cette heure passée ensemble à échanger.
NHU Bretagne se tient à votre entière disposition pour, s’il en était besoin, participer à donner à TOST Magazine toute la place qu’un magazine de telle qualité mérite.
Nous vous souhaitons plein de bonnes choses et de belles rencontres. Et surtout, surtout, ne changez rien à vos personnalités et à la bonne humeur qui prévaut entre vous.

A retrouver sur https
https://www.tostmagazine.com
https://www.instagram.com/tostmagazine
https://www.facebook.com/TOSTmagazine
#TostHaTost    #SoyonsTost
Précédent En Bretagne on ne balance pas son porc, on les additionne !
Suivant En Bretagne, le Pavillon Bleu est-il un label vraiment utile ?

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 203 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Pour l’Assemblée de Bretagne – Entretien avec Jean Jacques URVOAS

De Jean Jacques URVOAS, Pour l’Assemblée de Bretagne. Pour NHU Bretagne, Jean Jacques URVOAS a accepté de répondre à quelques questions au sujet de son passionnant ouvrage Pour une Assemblée

RZN la brasserie bretonne artisanale et urbaine.

RZN, la volonté de brasser au coeur de la ville. L’implantation d’une microbrasserie au sein même de Rennes/Roazhon résulte avant tout d’une volonté. La volonté de réintroduire la culture brassicole dans la vie

Les hôtels B&B, de Brest en Bretagne

Née à Brest en 1990 sur un coin de table de pizzeria, la chaîne d’hôtels bretonne B&B est devenue européenne. Trois collègues de travail dont Hubert BRUZAC et François BRANNALEC,

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire