PlantKelt, du botanique au numérique.

PlantKelt, du botanique au numérique.

Interview de Roland MOGN pour NHU Bretagne.

Plankelt.
Roland MOGN botaniste et linguiste est le créateur de Plantkelt (http://plantkelt.bzh ) en collaboration avec Gwennole AR MENN chargé de recherche en langues celtiques au CNRS (1938 – 2009) et Claude FIGUREAU, botaniste et ancien directeur du Jardin des plantes de Nantes.

Quelle a été la motivation pour créer ce site Plantkelt ?

J’ai été amené à remarquer, au cours de mes études, que les linguistes n’étaient pas tous des botanistes confirmés et que, de même, les botanistes n’étaient pas tous des linguistes de haut vol. Du coup, j’ai soutenu une thèse sur « les noms des plantes de Bretagne dans les langues de l’Europe de l’Ouest ». Le site est la continuation logique de ce premier travail commencé en 1985 et cela fait donc trente deux ans qu’il s’enrichit tous les jours. Il est consulté principalement par des chercheurs et des passionnés du monde entier. On peut choisir la langue du site : breton – français – anglais. Les explications des noms bretons sont aussi trilingues. Quant aux langues et jargons présents dans la base, il y en a trente. On y trouve aujourd’hui plus de 368 000 références.

plantkelt

Plantkelt : Quercus suber (lat) – Derv spoue (br) – Chêne liège (fr)

Le nom commun des plantes révèle souvent l’aspect thérapeutique ou spirituel qui y est attaché, qu’avez-vous trouvé d’intéressant ?

Pour la thérapeutique, on retrouve les noms de plusieurs affections et maladies « Louzaouenn an droug-skouarn » par exemple, comme dans beaucoup d’autres langues. Mais pour le spirituel, nous sommes les champions des « Louzaouenn Sant-Me-oar-me ». Il faut noter aussi que 9 % des noms de plantes bretons se retrouvent dans les autres langues brittoniques et parfois dans l’ensemble des langues celtiques modernes et anciennes comme le gaulois.

Quel est le nom de plante en Breton qui vous a intrigué le plus ?

Gwennole avait trouvé dans un bulletin paroissial du Trégor le dicton suivant :

Geotenn ar filibardenn                                  Herbe de la filibardenn
seizh brank hag un deodenn                        sept branches et une langue
     an hini he zroc’h diwar flu                       celui qui la coupe d’un seul coup
zo ur sapre falc’her                                         est un sacré faucheur

Ce dicton est resté trois ans à tourner et retourner dans ma tête avant que jaillisse la solution… en pleine nuit. Et si vous voulez savoir quelle plante est geotenn ar filibardenn, allez voir sur PlantKelt… ou sur Termofis qui a pillé PlantKelt sans en demander l’autorisation et sans citer ses sources.

plantkelt

Roland MOGN Plantkelt

Finalement quel serait votre souhait pour le futur de ce site ?

Il est prévu que le site évolue vers une forme opensource. Le problème est celui des garanties scientifiques, tant dans la partie botanique que dans la partie linguistique. Sinon, mon souhait est que les bretons s’inscrivent nombreux à PlantKelt. Cela prend vingt secondes, cela ne coûte rien mais cela permet de donner du poids à un site breton connu internationalement.

Previous NDDL 5-5 Notre Dame des Landes
Next Finboard, nouvelle activité nautique inventée en Bretagne.

Á propos de l'Auteur

Patrick REGNAULT
Patrick REGNAULT 12 posts

J’ai travaillé comme paysagiste en Bretagne, Angleterre et depuis près de 20 ans en Australie. Ma profession est ma passion et j’espère pouvoir la partager avec vous.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Les hôtels B&B, de Brest en Bretagne

Née à Brest en 1990 sur un coin de table de pizzeria, la chaîne d’hôtels bretonne B&B est devenue européenne. Trois collègues de travail dont Hubert BRUZAC et François BRANNALEC,

Renaissance, de Claude CHAMPAUD : un texte puissant à lire absolument

Renaissance, de Claude CHAMPAUD. Dans notre série Bouts de Livres … ce texte Renaissance est la retranscription des quatre dernières pages de l’ouvrage de Claude CHAMPAUD intitulé Quand les Bretons

Bouts de livres : l’autonomie c’est mal ! Sauf …

Bouts de livres … NHU Bretagne, dans cette nouvelle série, vous proposera régulièrement la lecture d’extraits d’ouvrages intéressants. De ces ouvrages essentiels auxquels on devrait consacrer un peu de son

1 Comment

  1. Erwan
    novembre 30, 22:40 Reply

    Demat,

    Dedennus eo ho load (lec’hienn) met n’am eus ket komprennet penaos kavout ur ger resis.
    Aet on o klask ar ger galeg « épis » ha ne ‘m eus kavet e geriadur ebet evit ma brasañ souezhadenn.
    Trugarez

Laissez votre réponse