Le Figuier des Capucins, arbre remarquable de Bretagne

Le Figuier des Capucins, arbre remarquable de Bretagne

Le Figuier des Capucins (1621-1987)  : vie et mort d’un vénérable à Roscoff.

Ce figuier aurait été planté dans la première moitié du XVIIe siècle. Peut-être en 1621, par le Frère Pacifique de Morlaix, dans le jardin du couvent des Capucins.
Il fut abattu en 1987 dans le cadre d’un projet immobilier.

Au fil des siècles, cet arbre vénérable était devenu une véritable attraction.

Les guides touristiques ne manquaient pas de recommander, lors du traditionnel voyage en Bretagne, une visite au figuier des Capucins. Des botanistes de renom venaient s’extasier devant cet arbre si singulier aux proportions exceptionnelles. Il était né d’un pied unique. Puis s’était étendu par marcottage naturel. Félicien Lesourd (1878-1934), ingénieur agricole et horticulteur dans son enquête sur les plus gros arbres de France (1926-1933) prétendait que l’arbre s’étendait sur près de six cent mètres. Ses énormes branches parallèles avaient nécessité la construction de quatre-vingt piliers de bois et de pierre.
Félix Sahut (1835-1904) horticulteur et pomologue, découvreur entre autres du phylloxera, effectue en septembre 1890 un voyage en Bretagne. Et il évoque longuement dans la Revue Horticole cet arbre aux proportions extraordinaires :
« Parmi les végétaux remarquables qui peuplent les jardins de Roscoff, il convient de citer en première ligne un très grand Figuier« .

figuier

Le vénérable Figuier des Capucins à Roscoff en nord Bretagne

Le figuier en Bretagne.

Le Figuier, Fyesen en breton, d’après le dictionnaire du P. G. de Rostrenen, est indigène sur le littoral de la Bretagne. Et porte alors le nom de Fyesen Gouez, c’est-à-dire Figuier sauvage …
Elie-Abel Carrière (1818-1896) horticulteur et botaniste, jardinier en chef des pépinières du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, affirmait en 1879 que cet arbre pouvait être considéré,
non sans raison, comme une merveille du monde …
Les figuiers de belles proportions ne sont pas rares en Bretagne. Notamment sur les rivages et sur les îles où les hivers sont particulièrement doux. Cet arbre méditerranéen craint en fait les gels prolongés en-dessous de 10° Celsius. Et c’est pourquoi il est si souvent cultivé dans des jardins clos. Donc protégés des vents du nord et en situation ensoleillée. Le figuier des Capucins était selon les botanistes un figuier commun – Ficus carica – qui produisait de gros fruits allongés et verdâtres, à la saveur délicieuse. Plus de cinq cent kilogrammes de fruits par an au début du XXe siècle.

figuier

Le vénérable Figuier des Capucins à Roscoff en nord Bretagne

Félix Sahut poursuit :

« C’est probablement le plus fort échantillon de son espèce qui existe en Europe et probablement aussi dans le monde entier. Il est de fait qu’il laisse bien loin derrière lui comme proportions, les plus grands sujets de même nature que nous connaissions …  »
Le figuier des capucins apparaît en effet gigantesque. Non tant par la circonférence de son tronc de 2,40 mètres, ni par sa hauteur, moins de dix mètres, que par son étendue incroyable.
On nous l’indiquait comme étant de cent soixante mètres. Ce qui nous a paru un peu exagéré, mais ce que nous n’avons pu vérifier, faute de temps nécessaire pour le mesurer exactement. Les branches souvent contournées et dont l’écorce est couverte de mousses et de lichens, recouvrent trois cours et s’étendent comme on le voit dans toutes les directions, en constituant ainsi une puissante charpente arborescente.

figuier

Le vénérable Figuier des Capucins à Roscoff en nord Bretagne

Une production abondante …

Elles traîneraient sur le sol, affaissées par leur propre poids, si l’on n’avait eu l’idée de les soutenir au moyen de soixante dix neuf colonnes dont quarante huit en granit et les autres en fer ou en bois. Ces colonnes ont de deux mètres à 2,50 mètres de hauteur. Elles sont alignées sur plusieurs rangs et forment ainsi, entre leurs lignes droites, des allées de promenade entièrement couvertes par un abondant feuillage, à l’ombre duquel les visiteurs circulent aisément. Le tout compose de la sorte une immense salle de verdure, certainement unique en son genre, dont le couvert est si épais qu’il intercepte absolument les rayons du soleil …
Dans les dernières années de son existence, le figuier des Capucins produisait encore dit-on, nombre de figues de la savoureuse variété Blanche d’Argenteuil.
Celle qui semble dit-on encore, comme la plus adaptée au sol et au climat breton.

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

 

Du même Auteur.

La pomme et la Bretagne, c’est une très longue histoire …

En Bretagne, le Chêne de Tronjoly et les Saints Dendrites

Le bocage de Bretagne, une belle et longue histoire

D’autres articles sur les arbres de Bretagne.

Arbres Remarquables de Bretagne : les buis de Saint Lumine (44)

Le gui, la plante « qui guérit tout » des peuples Celtes

Previous Le Plafond de verre
Next Super U Saint Pol de Léon : le discours et la réalité !

Á propos de l'Auteur

Stéphane BROUSSE
Stéphane BROUSSE 27 posts

Je ne suis pas un naturaliste au sens strict du terme mais plutôt un raconteur d’histoires naturelles. Mes premières chroniques ont été publiées dans Horizons Nature et Religions et Histoires. Je participe depuis quelques années à la création d’une collection ayant pour sujet la faune en Bretagne aux éditions Yoran Embanner

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

L’état central détourne 230 M€ de la Région Bretagne administrative

La Région Bretagne administrative va t-elle se laisser déplumer, un peu plus encore, par Paris ? Cette entité territoriale Région Bretagne administrative décidée par Paris perçoit tous les six ans

✅ Réunification Bretagne : consultation, référendum ou décret ?

Réunification Bretagne. La demande est telle qu’on y arrive enfin : la Bretagne sera bientôt réunifiée. Les élections municipales ont déclenché en Bretagne, et en particulier en Loire Atlantique, des

✅ Non à la destruction des commerces de proximité en Bretagne, par Daniel CUEFF

Le gouvernement parle de proximité mais ferme les commerces de proximité. Certes, quand le renard libre est dans le poulailler libre, il faut agir mais : Comment comprendre que les

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse